[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Irak-Syrie: EI avance toujours

    international Irak Syrie

    Brève publiée le 5 novembre 2014

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://atlasalternatif.over-blog.com/article-irak-syrie-ei-avance-toujours-124924943.html

    Pepe Escobar l'explique sur Asia Times (traduit sur Afrique-Asie) : "Le chef de l’État islamique, le calife Ibrahim, alias Abou Bakr al-Baghdadi, ne cesse de nous étonner tous, y compris ses puissants commanditaires bourrés de pétrodollars. Le calife est pratiquement devenu un grand producteur de pétrole digne de faire partie de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). Depuis quelque temps, en théorie du moins, ses brutes mercenaires takfiri pompent du pétrole, le raffinent, l’expédient ou le passent en contrebande. Les contrats juteux qu’ils décrochent concernent d’énormes quantités de pétrole et leur rapportent des profits de l’ordre de 2 milliards de dollars par jour."

    En attendant le président turc Erdogan ne s'engage pas pour les Turkmènes en Irak, et filtre les peshmergas kurdes irakiens dépêchés pour aider la ville kurde syrienne de Kobané encore assiégée malgré la libération de certains autres territoires jurdes Syriens. Le Mont Sinjar en Irak - 1463 m d’altitude, situé à 124 km à l’ouest de Mossoul - où sont réfugiées les milices yézidies est désormais totalement encerclé par les djihadistes et à Bagdad, Mithaq Al-Mozani, un des principaux députés du Bloc Al-Ahrar, le groupe parlementaire irakien affilié au mouvement chiite de Moqtada al-Sadr accuse ouvertement Washington d'avoir livré des armes à l'Etat Islamique (EI/Daesh) à Kobané et en tire argument pour demander le départ de tous les conseillers militaires d'Irak (où 6 700personnes ont été tuées en octobre). Sans aller jusque là beaucoup se demandent déjà pourquoi les Occidentaux ont laissé avancer EI jusqu'à cette ville alors que, si les frappes aériennes ne servent à rien dans les zones habitées, elles sont censées au moins pouvoir permettre de stopper une guérilla qui avance sur une route.

    Ce weekend deux des principaux groupes rebelles syriens auxquels les Etats-Unis fournissaient des armes (roquettes Grad et missiles anti-chars TOW), Harakat Hazm et le Front syrien révolutionnaire se sont rendus à l'alliance EI-Al-Nosra, ce qui implique que leurs armes vont directement à EI désormais, et qu'il n'y a plus de groupes armés "modérés" dans ce pays. Les 15 000hommes d'EI continuent de contrôler fermement leur territoire face à la stratégie hésitante des Occidentaux, largemet grâce aux complicités dont ils bénéficient en Turquie, dans les pétromonarchies et les milieux d'affaires internationaux.