[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Une majorité de Bulgares nostalgiques du régime d’avant 1989

histoire international

Brève publiée le 22 novembre 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/article-une-nette-majorite-de-bulgares-prefere-le-regime-communiste-d-avant-1989-au-systeme-capitaliste-actu-125046926.html

Article paru dans Avante, journal du Parti communiste portugais

Un quart de siècle après la chute du régime socialiste en Bulgarie, la majorité de la population (55 %) porte un jugement positif sur le gouvernement communiste mené par Todor Jivkov, contre seulement 25 % qui en ont une opinion négative.

Selon ce que révèle une étude réalisée par l'Institut Alpha Research, publiée le 9 novembre, il y a plus d'opinions positives sur le développement du pays sous le régime socialiste (43 %) que négatives (14 %).

Les résultats obtenus ont surpris les auteurs de l'enquête, rappelant qu'en 1991, deux ans après la chute du régime, 76 % de la population réprouvait le régime, contre seulement 16 % qui étaient prêts à le défendre.

Boriana Dimitrova, présidente d'Alpha Research, citée par l'AFP, explique ce changement, notant que « la nostalgie du système de sécurité sociale occupe la première place ».

Toutefois, trouve-t-on encore dans l'étude, la majorité des Bulgares est déçue par la transition au capitalisme, principalement à cause de la corruption.

Ainsi, seuls 2 % des personnes interrogées estiment que la loi l'emporte dans le pays. La moitié considère que le développement capitaliste a été un échec, 10 % affirment que ce fut un succès, alors que 25 % disent qu'il y a eu des aspects négatifs comme positifs.

Pour les Bulgares, les grands bénéficiaires de la transition ont été les politiques (41 %) et les mafieux (27 %). Les grands perdants ont été les citoyens ordinaires (54 %).

Mécontents des résultats de leur propre étude, les auteurs regrettent que le système éducatif néglige « les leçons de l'histoire récente » et l' « absence de débat public » sur le régime socialiste.