[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Les routiers bloquent le dépôt Total de Lespinasse

lutte-de-classe

Brève publiée le 20 janvier 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://communismeouvrier.wordpress.com/2015/01/20/les-routiers-bloquent-le-depot-total-de-lespinasse/

La Dépêche, 20 janvier 2015 :

Les routiers bloquent, depuis hier matin, le dépôt d’essence de Total à Lespinasse. Ils comptent perturber «la marchandise, mais pas la population».

On bloque depuis 4 heures ce matin, mais nos collègues de la CGT ont commencé, hier soir (dimanche soir, N.D.L.R.) vers 21 heures, au péage de Saint-Jory», mais sans gêner la circulation. Comme beaucoup de chauffeurs poids lourd en grève, René Perez, syndicaliste FO, souhaite respecter le mot d’ordre : «bloquer la marchandise, mais pas la population». Les syndicats de transports FO et CGT bloquent depuis hier matin les entrées et sorties du dépôt d’essence de Total de Lespinasse, au nord de Toulouse. Selon la gendarmerie, la circulation dans cette zone n’a pas été perturbée par cette action syndicale. Les routiers ont en revanche créé quelques désagréments aux automobilistes, hier matin, sur l’A68 entre Toulouse et Albi.

«On fait en sorte que les camions ne puissent pas sortir de la raffinerie, de même on empêche les autres d’entrer, ajoute le délégué FO. Nous sommes une dizaine à Lespinasse. Ce qu’on revendique, c’est un meilleur salaire. Les syndicats ont demandé au patronat un taux plus conséquent, car depuis trois ans nous ne sommes pas d’accord avec le patronat. Nous essayons d’obtenir le meilleur pourcentage possible, on verra bien».

Ce que réclament également les routiers grévistes, c’est «l’obtention d’un treizième mois et une meilleure convention avec les mutuelles, car nous sommes mal remboursés et la Sécurité sociale rembourse de moins en moins», ajoute René Perez. À ce propos, les chauffeurs routiers souhaitent qu’en cas de maladie «leurs cinq jours de carence soient ramenés à trois jours».

Le mouvement de grogne a été lancé par une intersyndicale CGT, FO, CFTC et CFE-CGC en décembre, après une dernière séance de négociation annuelle obligatoire (NAO) jugée infructueuse. Organisations syndicales et patronales se retrouvent, aujourd’hui, à Paris pour relancer les discussions qui «s’annoncent très tendues». Les routiers réclament une revalorisation salariale de 5 % pour tous les salariés. Le patronat va présenter mardi une «proposition améliorée» de «1 % à 2 % de hausse».