[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Enghien-les-Bains: Les croupiers en colère menacent de faire grève

lutte-de-classe

Brève publiée le 5 février 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://communismeouvrier.wordpress.com/2015/02/05/enghien-les-bains-les-croupiers-en-colere-menacent-de-faire-greve/

Le Parisien, 5 février 2015 :

Les croupiers d’Enghien sont inquiets. Le projet d’installation de trois roulettes automatiques électroniques dans la salle des jeux de table, leur fait craindre des suppressions de postes. « En six ans, on a perdu 130 postes, rappelle Hassan El Moumen, secrétaire du comité d’hygiène.

Hier après-midi, ils étaient une cinquantaine réunis en assemblée générale à l’appel de la CGT et de FO (le groupe Barrière à Enghien compte aujourd’hui 685 salariés.)

Trois roulettes automatiques sont prévues

Après la mise en place d’une première roulette électronique, dans la salle des machines à sous du premier étage, voici un an, c’est maintenant au milieu des tables de jeux traditionnels que la direction souhaite installer ces prochains mois, trois roulettes électroniques de 6 à 18 postes au total. « Les roulettes électroniques n’ont pas besoin de croupiers ou de chef de table, explique Jean-Christophe Tirat, délégué FO. Dans tous les casinos de France où l’on en a installé, des tables de jeu ont fermé ! »

Jeudi prochain, en réunion avec la direction, les représentants syndicaux comptent adopter une position ferme. « Pas de roulette électronique automatique, en salle de jeux de table, résume Yasmina Ruellan, déléguée CGT, sinon on appellera à la grève ! »

Les croupiers demandent à être plus nombreux en salle et à pouvoir ouvrir plus de tables de jeu. « On est seulement 24 à 30 croupiers et on laisse des tables fermées alors qu’il y a des joueurs qui attendent, déplore Jean-Christophe Tirat. On devrait être 56 pour 39 tables. »

Le personnel déplore également l’insécurité liée au manque de sélection de la clientèle. « On se fait régulièrement insulter », décrit un croupier. Le personnel refuse également le projet de fermeture à 5 heures, au lieu de 4 heures.

Le directeur général du casino, Laurent Balmier, évoque la nécessité de s’adapter pour pérenniser l’activité. « L’objectif est de développer la clientèle et la croissance, explique-t-il. C’est la meilleure assurance pour les emplois. » Il rappelle avoir embauché huit croupiers ces dernières semaines et se dit prêt à garantir le niveau d’effectif de cette catégorie professionnelle.