[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Cantines à marseille : la grève va durer la semaine prochaine

lutte-de-classe

Brève publiée le 14 mars 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://communismeouvrier.wordpress.com/2015/03/13/cantines-a-marseille-la-greve-va-durer-la-semaine-prochaine/

La Provence, le vendredi 15 mars 2015

Six mois que ça dure. « Et ça va encore durer », promettaient les agents des écoles CGT, réunis hier midi devant l’hôtel de ville. Leur mouvement s’essouffle toutefois : ainsi, sur 444 écoles, seules 85 cantines étaient encore fermées hier (dans 43 d’entre elles, on pouvait pique-niquer). Ce vendredi, elles devraient néanmoins être 103. « On a une grosse pression de notre hiérarchie directe », dénonce Pascale Beaulieux, secrétaire générale de la CGT Territoriaux.

Actualités - Cantines à Marseille : la grève va durer la semaine prochaine

Reçu en mairie, le 6 mars dernier, le syndicat en est sorti déçu : « Ce qui nous a été annoncé est très loin de suffire », appuie Françoise Risterucci, déléguée syndicale. La grève quotidienne est donc maintenue jusqu’au 20 mars. Avant les vacances de février, elle se cantonnait au seul vendredi, jour des très controversés Temps d’activités périscolaires (Tap). L’Unsa ou la FSU s’associaient alors à la grogne.

Après les élections professionnelles, et les Tap se généralisant, les deux syndicats sont rentrés dans le rang. La CGT est seule désormais à appeler à débrayer.« C’est pour la sécurité des enfants que nous nous battons, martèlent les femmes. Si les parents savaient comment ça se passe ! » 

« Nous avons négocié sur la base de 200 et obtenu 175 personnes supplémentaires »

La CGT continue de réclamer « avant tout des effectifs », à savoir 300 personnels composant un futur « corps d’agents volants », susceptibles de pallier les postes vacants et le fort taux d’absentéisme du service. Une question que la CGT espère voir évoquer lors du comité technique « extraordinaire »évoqué le 6 mars par la direction générale des services. 300, Patrick Rué, le leader de Force ouvrière, syndicat majoritaire à la Ville, n’irait pas jusque-là :« Nous avons négocié sur la base de 200 et obtenu 175 personnes supplémentaires », indiquait-il hier.

Ces agents seront 100 Asics, 40 Atsem, 20 agents techniques, 15 responsables de restauration. « Il est prématuré de parler d’un corps de volants, mais ils seront sur le terrain au 11 mai », juge le patron de FO qui se défend d’avoir opportunément obtenu gain de cause à quelques jours d’une échéance électorale. « Les gens s’en foutent des cantonales, grogne-t-il. Avec la Ville, nous, nous sommes en négociations permanentes. Et puis nous avions posé un ultimatum : ce vendredi, nous réunissons nos délégués. Selon les annonces, tout était possible… » Depuis septembre, FO a toujours refusé d’appeler à la grève, satisfait de ce qu’il avait obtenu en comité technique, en juillet 2014 (jours de congé, tickets resto) ; pas convaincue, une frange de ses troupes s’est néanmoins agrégée au mouvement de fronde.