[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    L’union locale CGT d'Alès fait bloc derrière son militant

    CGT

    Brève publiée le 16 janvier 2012

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.midilibre.fr/2012/01/14/l-union-locale-cgt-fait-bloc-derriere-son-militant,443537.php

    Le malaise était perceptible hier lors de l’assemblée générale de la CGT à la Bourse du travail d’Alès. Une soixantaine de militants étaient là pour soutenir Olivier Bireaud, menacé de licenciement (et non licencié comme indiqué par erreur hier) par la fédération commerce CGT à Paris.

    Situation ubuesque

    Une situation ubuesque d’un syndicat qui licencie un syndicaliste. "Les patrons en rêvaient, la CGT l’a fait", a lancé Richard Valmalle, membre de la délégation présente jeudi à Montreuil (Paris) au siège de la fédération CGT commerce où les militants n’ont été reçus que par la confédération CGT. "Manifester contre sa propre fédération CGT, il faut le faire", a relevé un militant. L’Alésien n’est pas le seul sous la menace d’un licenciement. Un autre militant CGT alsacien est aussi concerné et l’union syndicale CGT commerce Paris a vu son financement coupé. Avec les postes de quatre permanents et une secrétaire menacés par l’absence de ressources.

    Une situation qui découle du dernier congrès national de la fédération commerce CGT où les divergences étaient patentes. Olivier Bireaud a déjà reçu sa lettre d’entretien préalable qui pour l’heure n’a pas pu encore se dérouler. Hier les militants de l’union locale d’Alès étaient fortement mobilisés pour soutenir leur collègue afin que la fédération revienne sur sa décision. Ils ont également l’intention d’interpeller largement les militants nationaux.