[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Italie: face à l’offensive de Renzi

    international Italie

    Brève publiée le 27 juin 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://npa2009.org/idees/italie-face-loffensive-de-renzi

    Avec ses spécificités, le Parti démocrate italien tient aujourd’hui dans ce pays la place tenue ailleurs par la social-démocratie. Il réunit des courants issus à la fois de la gauche anciennement communiste (le puissant parti communiste italien avait évolué de plus en plus vers la social-démocratie et s’était auto-dissous en 1991) et de la démocratie chrétienne. Converti au néo-libéralisme, il est actuellement dirigé par Matteo Renzi [article traduit de l’italien par Henri Wilno].

    Dans le contexte de la crise économique, la bourgeoisie italienne a des difficultés à mettre en place une combinaison gouvernementale, politique et institutionnelle, stable et qui puisse bénéficier d’un consensus dans la population. Malgré la faiblesse de l’opposition politique et sociale, l’Italie a connu ces dernières années une succession de solutions gouvernementales appuyées sur des majorités politiques variables. En effet, depuis la chute du gouvernement Berlusconi en 2011, trois chefs de gouvernement se sont succédé. Le dernier est Matteo Renzi.

    Renzi a retenu une leçon de Silvio Berlusconi : il faut avoir un parti d’exécutants fidèles qui aiment profondément leur leader. Berlusconi n’avait pas de parti ; il a dû en construire un à son image. Renzi avait déjà un parti : le Parti démocrate ; il devait seulement en prendre le contrôle pour le transformer de l’intérieur à son image. Grâce à l’institution américaine des primaires, qui conduisent à désigner le secrétaire du parti par des élections auxquelles participe une « foule » hétérogène de centaines de milliers d’électeurs, il a obtenu un résultat plébiscitaire en sa faveur. Ce n’était pas une nouveauté : en fait, ce système de primaires ne fait  rien d’autre que couronner celui qui a été déjà désigné par les médias comme le plus visible et le plus apte à l’emporter.

    Devenu secrétaire, Renzi « rénova » la direction du parti en promouvant les appétits d’une nouvelle couche de cadres moyens d’âge intermédiaire et en accueillant dans son courant de vieux notables qui avaient senti le sens du vent. Une fois le parti conquis, comme celui-ci était déjà le chef de file de la majorité gouvernementale, il ne resterait plus qu’à remplacer le chef du gouvernement, membre également du Parti démocrate. Cela fut fait, non par un vote du parlement mais par le vote d’une large majorité de la direction nationale du Parti démocrate.

    Le 22 février 2014, Renzi devint ainsi chef du gouvernement. Il avait conquis le parti, humilié ses adversaires internes, conquis le gouvernement, gagné le soutien de la majorité des médias nationaux et de la classe dominante ; il lui manquait seulement d’avoir remporté une élection, comptant en fait sur les leviers du pouvoir gouvernemental pour s’assurer le succès. L’occasion s’en présenta avec les européennes de 2014, quand il obtint pour les démocrates le soutien presque intégral de l’électorat centriste de Monti (le chef de gouvernement qui avait succédé à Berlusconi et s’était montré l’exécutant zélé des injonctions de la Troïka) et celui d’une partie des électeurs déçu des autres partis. Le Parti démocrate remporta ainsi un succès impressionnant, reflet de la complexité et du recul de la situation italienne.

    Rupture postmoderne

    Pour accéder au gouvernement, Renzi s’est mis d’accord avec le parti de Berlusconi (Forza Italia), puis avec un secteur sorti de ce parti. Sa politique a trouvé le soutien tant de l’antiberlusconisme que des berlusconiens, ces derniers ayant pesé sur les choix de politique économique et les réformes institutionnelles.

    Pour faire passer ses réformes, Renzi a utilisé une vielle méthode : celle des majorités variables. Selon l’opportunité du moment ou les circonstances, il s’est tourné vers la droite ou vers la gauche avec une absence de préjugés qui rappelle une vieille expression de l’histoire politique italienne : le transformisme. Il s’est construit une image de rénovateur radical du système à travers une série de slogans simples et sans argumentation. L’esthétique de la communication prévaut sur une démocratie de plus en plus émotionnelle. En fait, cela représente une étape supplémentaire dans la décadence de la démocratie politique et des instances élues. Parmi les institutions politiques, le centre des initiatives et des décisions est passé du parlement à l’exécutif. Le pouvoir gouvernemental s’est étendu et est utilisé pour diriger le parti qui a porté Renzi au pouvoir.

    Face au monde réel ravagé par la crise, Renzi a construit un monde virtuel fondé sur axiome postmoderne simpliste mais efficace : la réalité est ce que  je dis qu’elle est, l’objectivité est un point de vue personnel. Les chiffres économiques et sociaux sont préoccupants ? Ce n’est pas un problème pour qui recourt à un vieux truc que les statisticiens dénomment la cueillette des cerises, c’est-à-dire ne prendre en considération que les chiffres qui me donnent raison. Plus que la politique elle-même, c’est le langage de la politique et sa mise en scène qui ont changé. Renzi est le plus jeune président du Conseil de l’histoire de la République italienne ; son équipe gouvernementale, avec un âge médian de 47 ans, est la plus jeune et peut-être la plus inexpérimentée et elle comprend huit ministres femmes !

    Derrière les images, les faits

    Les politiques, économiques, sociales et institutionnelles du gouvernement sont en pleine conformité avec les prescriptions du néolibéralisme : il a accéléré le rythme des réformes que la droite avait voulu faire sans y réussir pleinement. Des baisses d’impôt considérables en faveur des entreprises ont été mises en œuvre. Le marché du travail a été libéralisé dans le sens d’une flexibilité et d’une précarité accrues. La dépense publique a été réduite mais en faisant porter les coupes sur les collectivités locales (régions et communes), ce qui permet de dire avec aplomb que le gouvernement ne réduit pas les dépenses et n’augmente pas les impôts. Une nouvelle loi électorale détestable est passée en force. Une modification substantielle de la Constitution est prévue. La précarisation du travail des enseignants est aussi un objectif.

    En février 2015,  une série de décrets-lois ont annulé le Statut des travailleurs. Ainsi sont remises en causes des garanties arrachées par les grandes luttes des années 1960 et 70 du 20e siècle ; garanties qui ont constitué l’armature des droits dans laquelle le mouvement ouvrier et syndical a pu agir ces 40 dernières années. A partir de maintenant, n’importe quel travailleur est plus exploitable, plus facile à licencier individuellement ou collectivement ; sa situation tend à devenir celle d’un précaire à vie. 

    La loi électorale récemment approuvée est scandaleuse. Elle permet de créer une majorité parlementaire artificielle indépendamment des suffrages exprimés, grâce à une prime de majorité au parti qui obtient 40 % des voix ; si aucun des partis ne les obtient, il y a ballotage entre les deux premiers et celui qui gagne a la majorité au parlement. Les représentants au parlement seront pour beaucoup ceux désignés par les partis qui décideront de qui doit être élu. Cette nouvelle loi s’accompagne d’une réforme de la Constitution aujourd’hui fondée sur le bicamérisme (chambre des députés et sénat) : ce dernier ne sera plus élu par les citoyens mais composés de personnes désignées par les partis majoritaires.

    Le gouvernement et les commentateurs officiels disent que l’objectif est de réduire les coûts de la politique et d’abattre le pouvoir de la classe politique. En réalité, la reconfiguration du système électoral et des institutions n’abolit pas la caste politique, mais en crée une plus restreinte et encore plus subordonnée aux exigences du patronat et des pouvoirs financiers qui s’expriment dans les politiques antipopulaires menées au niveau national et par les institutions de l’Union européenne.

    Et ce n’est pas tout : ces jours-ci est présentée au parlement la version définitive de la loi sur l’école : l’adjectif  
    « bonne » est désormais accolé à 
    « école ». Cela montre clairement l’objectif réel de la « réforme ». Elle est inspirée d’une philosophie ultralibérale ; elle se situe dans le sillage des précédentes réformes qui ont déjà ôté beaucoup de ressources à l’école publique. Le projet est basé sur une proposition d’échange indécent entre l’accession à un temps indéterminé d’un certain nombre d’enseignants précaires  et la dégradation généralisée de la situation de tous les travailleurs de l’école.  La réforme institue un proviseur-manager qui pourra engager et licencier des salariés et gérer des établissements scolaires de plus en plus semblables à des entreprises privées. La liberté des enseignants est réduite ; les crédits aux écoles privées sont augmentés et rien n’est restitué à l’école publique de ce qui lui a été enlevé ces dernières années.

    Faiblesse et limites de l’opposition

    Est-il possible de résister aux assauts de ce gouvernement ? L’automne dernier, cela semblait le cas. Des millions de travailleurs le réclamaient : ils avaient fait grève et étaient descendus dans la rue contre la libéralisation du marché du travail (le « Jobs act »), mettant le gouvernement en difficulté. Dommage que la CGIL, le principal syndicat du pays (l’équivalent de la CGT française), n’ait pas voulu donner de prolongement à la lutte. Après la grève du 12 décembre 2014, ont suivi des mois d’absence d’initiative de la part des syndicats, une retraite piteuse mais pas sans précédent. Ensuite, les salariés des écoles se sont finalement mobilisés contre le projet de la prétendue « bonne » école. Le 5 mai dernier, la grève fut appelée par tous les syndicats et fut marquée par des manifestations dans de nombreuses villes. Cette mobilisation réussie pourrait ouvrir une fenêtre  pour battre ce gouvernement et sa politique.

    Certes, c’est un mouvement encore fragile qui a besoin de se consolider et surtout de durer. Il y a toujours le risque que les directions syndicales, après avoir annoncé la mobilisation, utilisent les forces accumulées pour négocier avec le gouvernement et se contenter de quelques petites modifications à la loi. Mais la vieille tactique syndicale de mobiliser les travailleurs pour se légitimer et peser sur le Parti démocrate pour obtenir des concessions ne fonctionne plus.

    « Nous sommes sans un parti de référence », admettent les syndicalistes. Et c’est vrai. Leur parti traditionnel de référence est aujourd’hui en première ligne pour désavouer et condamner toutes les actions syndicales. Les directions syndicales, lors du débat parlementaire sur la réforme du travail, ont placé beaucoup d’espoir dans l’aile gauche du Parti démocrate pour que soient atténués les points les pires du « Jobs act ». C’est en fait une gauche flexible qui ne brille pas par son courage et son initiative et  qui n’a pas les cartes nécessaires pour s’opposer à Renzi, ayant accepté auparavant de participer à un gouvernement de coalition avec Berlusconi.  C’est une gauche plus de nom que de faits, confuse et divisée entre une fidélité malgré tout à la ligne du parti même quand elle ne la partage pas et de faibles escarmouches d’opposition.

    Quand le 30 avril 2015, le gouvernement a fait sur le Parti démocrate un chantage à la chute de l’exécutif, il l’a emporté et a gagné sa confiance une fois de plus, tandis que  les minorités internes, confuses et divisées, ont subi une défaite de plus. Les leaders de la contestation sont les deux précédents secrétaires du parti, le prédécesseur de Renzi à la tète du gouvernement et d’autres figures de proue des luttes internes. Mais seules 38 voix du Parti démocrate ont manqué au gouvernement, sur un potentiel de 110 parlementaires plus ou moins critiques de la mesure proposée, à comparer aux 190 députés qui ont soutenu depuis le début le projet de réforme électorale. Et deux tiers de ces 110 se sont donc déjà inclinés devant Renzi.

    Encore une fois, se vérifie l’écart entre le ton et les arguments opposés à la loi électorale et les actes qui auraient dû découler de telles critiques. « C’est une violence envers le parlement », a déclaré l’ex-chef du groupe du Parti démocrate, qui a démissionné. « C’est une logique inacceptable », a ajouté l’ex-chef du gouvernement, Enrico Letta, qui a continué en affirmant que Renzi était pire que Berlusconi. « Ce n’est plus mon parti, la démocratie est en jeu », a dit l’ancien secrétaire du Parti démocrate, Bersani.

    Mais où sont les choix cohérents qui correspondraient à de telles affirmations ? Cela fait longtemps que la minorité critique et grogne. Comme les actes concrets ne suivent pas, la crédibilité de ceux qui critiquent s’évapore. Il est incompréhensible que ses membres restent dans un parti qu’ils ne sentent plus comme le leur, et encore moins compréhensible de continuer à soutenir un gouvernement qu’ils accusent de faire violence au parlement. Soit ils croient réellement à ce qu’ils disent et doivent en tirer les conséquences, soit ce n’est pas le cas et on se trouve devant un phénomène de « schizophrénie » politique.

    Mais il y a quand même eu des retombées. Après le vote sur la réforme électorale, quelque chose semble s’esquisser. La secrétaire de la CGIL, Camusso, a déclaré qu’elle ne voterait plus pour le Parti démocrate. Beaucoup de travailleurs des écoles ont manifesté avec des pancartes annonçant qu’ils ne voteraient plus pour ce parti. Serait-ce l’heure des comptes ? Deux figures marquantes de la minorité sont déjà sorties du parti, tandis que les autres se contorsionnaient avec des déclarations hyperboliques.

    Landini, le dirigeant de la FIOM, le syndicat de la métallurgie de la CGIL, tente de coaguler une coalition sociale à partir de la manifestation du 28 mars dernier durant laquelle il a durement critiqué l’agression gouvernementale envers les droits des travailleurs et dénoncé le saut qualitatif que signifient ses attaques antipopulaires. Il a aussi affirmé qu’une convergence était nécessaire avec les travailleurs précaires qui ne se reconnaissent pas dans les syndicats, et souligné que le syndicat devait réaffirmer son droit à « faire de la politique » sans  remettre en cause l’autonomie des partis. 

    Pour une gauche anticapitaliste

    Malgré le petit succès de la liste « Tsipras » (formée de partis et courants à gauche du Parti démocrate et plus ou moins radicaux) aux européennes, il n’existe encore aucune voix incisive en capacité de fournir une alternative crédible pour des secteurs importants de l’opinion publique.

    Il existe certes une opposition large au parlement et dans le pays, qui s’est exprimée dans le vote pour le « Mouvement 5 étoiles » de Beppe Grillo. Un mouvement qui a des limites profondes et dont la stratégie politique est marquée par une incertitude significative. La nature du groupe dirigeant, restreint et fermé, ne l’aide pas. Cette formation, capable à certains moments de batailles démocratiques sur le terrain institutionnel, se limite en fait à demander au peuple une délégation tout à fait étrangère à une idée et à une perspective de recomposition sociale et de lutte.

    En fait, une telle perspective implique de partir de l’activité d’un syndicalisme de classe : c’est la seule clef pour réussir à construire une opposition à la hauteur des enjeux, une réelle alternative, modifier les rapports de force en donnant de l’efficacité au désir de résistance de quelques secteurs et peser sur l’incertitude et l’indécision des plus larges masses.

    C’est pour cela que Sinistra anticapitalista (la Gauche anticapitaliste, organisation italienne avec laquelle le NPA entretient des rapports) continue à se battre pour construire un front le plus large possible contre les politiques d’austérité, la soumission aux institutions de l’Union européenne, et contre ceux qui les mènent dans le gouvernement national et les institutions locales. Il s’agit de construire la solidarité avec les luttes en cours, pour converger partout où c’est possible, y compris aux élections si c’est possible et crédible, avec les autres forces de classe sur la base de plateformes politiques alternatives, antilibérales mais aussi anticapitalistes, parce que cela est nécessaire au combat social.

    Diego Giachetti