[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

1981: Reagan licencie 11.359 contrôleurs aériens

histoire international

Brève publiée le 18 juillet 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.secoursrouge.org/Reagan-licencie-11-359-controleurs-aeriens

Le 3 août 1981, les 13.000 contrôleurs aériens affiliés au syndicat PATCO (la Professional Air Traffic Controllers Organization) entreprenaient une grève contre l’agence fédérale de l’aviation pour demander une réduction des heures de travail, le recrutement de nouveaux employés et des augmentations de salaire.

Manifestation des contrôleurs grévistesManifestation des contrôleurs grévistes

Le jour même , le président Ronald Reagan passait à la télévision pour dénoncer les grévistes, évoquer un péril pour la "sécurité nationale" et lancer un ultimatum : où bien ils reprenaient le travail dans les 48 heures, où ils étaient licenciés et interdits de façon permanente de tout emploi fédéral. Reagan invoquait la Taft-Hartley de 1947. il s’agissait d’une législation anti-syndicale qui rendait illégaux les débrayages spontanés et obligatoire des préavis de grève de 60 jours, qui retirait le droit de grève aux fonctionnaires fédéraux, aux fonctionnaires d’états et aux fonctionnaires des collectivités locales, qui donnait le droit au gouvernement fédéral d’interdire une grève mettant en danger la sécurité nationale, et qui obligeait les responsables syndicaux à prêter serment de non-communisme (cette dernière disposition sera décrétée inconstitutionnelle en 1965).

Reagan, flanqué du ministre des transports, annonce le 5 août le licenciement des grévistesReagan, flanqué du ministre des transports, annonce le 5 août le licenciement des grévistes

Le 5 août, Reagan licenciait les 11.359 contrôleurs qui avaient défié l’ordre de retour au travail et les faisait remplacer en partie par des militaires. Commença alors une opération antisyndicale radicale, qui se termina par la création d’une liste noire et le licenciement permanent des travailleurs, la saisie des finances de la PATCO et la révocation de l’accréditation syndicale du syndicat. Des agents du FBI sont intervenus contre les piquets de grève. Des dirigeants de la PATCO furent arrêtés et emmenés en prison avec les fers aux pieds, entourés d’agents du FBI l’arme au poing. Quatre membres de la PATCO ont été emprisonnés par le gouvernement fédéral au printemps et à l’été 1983. Ron May, Gary Greene, Lee Grant et Dick Hoover avaient été ciblés pour leur militantisme lors de la grève. Accusés de délit majeur de grève contre le gouvernement, ils seront emprisonnés, frappés d’amende et privés de façon permanente de leurs droits civiques.

1983 : Les syndicalistes Lee Grant, Ron May et Gary Greene devant un tribunal fédéral1983 : Les syndicalistes Lee Grant, Ron May et Gary Greene devant un tribunal fédéral

Les attaques de Reagan contre les grévistes de la PATCO ont provoqué une opposition massive des travailleurs tant aux Etats-Unis qu’ailleurs dans le monde. Un mois après que Reagan eut congédié les grévistes de la PATCO, plus de 500 000 travailleurs ont convergé sur Washington, DC, lors d’une « journée de solidarité » — la plus grande manifestation jamais organisée aux Etats-Unis.

19 septembre 1981 : Journée de solidarité avec les grévistes de PATCO19 septembre 1981 : Journée de solidarité avec les grévistes de PATCO

Mais les grandes centrales syndicales — l’AFL-CIO, les Travailleurs unis de l’automobile, les Teamsters, etc.— n’ont pas soutenu la PATCO. Suite à l’ultimatum de Reagan adressé aux grévistes de la PATCO, l’AFL-CIO a ordonné à ses affiliés (pilotes, machinistes et agents de bord) de franchir les piquets de grève pour se rendre au travail.
La défaite de la PATCO a été le signal d’une vague antisyndicale, de compressions salariales et de licenciement de masse menée par les grandes entreprises dans tous les secteurs de l’économie américaine. Le modèle était posé : Thatcher allait âtre la première à le suivre en Angleterre, les autres gouvernements européens suivant rapidement. La fin de la grève des contrôleurs aériens a marqué la fin des politiques du réformisme et des compromis de classe qui ont prédominé dans la période de l’après-guerre et le déclenchement de l’offensive néo-libérale qui se poursuit toujours aujourd’hui.