[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Eleveurs ruinés par la mondialisation capitaliste

agriculture économie

Brève publiée le 20 juillet 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Soumis à la double peine des prix bas du fait de la mondialisation capitaliste et de l’augmentation des coûts de production imputables à la sécheresse, les éleveurs ont mené des actions spectaculaires ces derniers jours. Stéphane Le Foll promet de le recevoir jeudi prochain, alors qu’un rapport sur les prix des produits agricoles doit lui être remis la veille

Ceux et celles qui s’informent régulièrement  sur l’Humanité.fr n’auront as été surpris par les actions menées ce week-end et poursuivies aujourd’hui par les éleveurs normands autour de Caen. Qu’ils produisent de la viande bovine, de la viande porcine ou du lait de vache, nous avons montré depuis plusieurs semaines que la situation des éleveurs devenait intenable. Dans ces trois productions, les prix payés aux paysans ne couvrent pas les coûts de production.  A l’issue de réunions tenues au ministère de l’Agriculture en mai et le 17 juin, les abatteurs et les distributeurs s’étaient engagés à sur une hausse du prix du kilo de carcasse de bovin de 5 centimes par semaine durant douze semaines afin de parvenir à une augmentation globale de 60 centimes du kilo vers la fin de l’été.

Les mêmes avaient aussi donné leur parole  pour une augmentation de 20 centimes du kilo de carcasse de porc   dont le prix du marché au cadran de Plérin dans les Côtes d’Armor sert d’indicateur. Dans un cas comme dans l’autre,  les engagements  des abatteurs et des distributeurs ’ont pas été tenus, chacun  accusant l’autre de ne pas avoir joué le jeu. Résultat, le prix du kilo de carcasse de porc était en légère baisse au début du mois de juillet par rapport à la dernière semaine de juin et il en était de même pour les jeunes bovins de boucherie comme pour les vaches de réforme.

S’agissant du lait, la sortie des quotas en avril 2015 a mis fin aux  limitations des volumes à produire dans les 28 pays membres de l’Union européenne. Certains pays  dont l’Allemagne, les Pays Bas, l’Irlande  et la Pologne avaient déjà augmenté leur production et gardé plus de vaches que les années précédentes en vue de produire plus de lait à partir de cette année. Leur but était de gagner des parts de marché  dans les pays non membres de l’Union européenne pour la poudre de lait, le beurre et certains fromages. Mais l’embargo russe décrété en août 2014 en rétorsion aux sanctions économiques prises par l’Europe contre la Russie a durablement fermé la porte à une partie des surplus laitiers européens. Comme les importations chinoises sont également  moins importantes que prévues, il en résulte en Europe une surproduction laitière. Quand il y a surproduction, les industriels de la transformation laitière fabriquent davantage de beurre et de poudre de lait, deux produits stockables dont les cours mondiaux s’orientent alors à la baisse. Voilà pourquoi le prix moyen du lait  payé aux producteurs a chuté de 17% depuis 2014 passant d’un prix moyen de 365€ les 1.000 litres à 305€ en ce début d’été 2015.

S’exprimant samedi lors d’un déplacement en Lozère, François Hollande  a déclaré : « Je lance un appel à cette grande distribution, pour qu’elle offre aux consommateurs de la qualité  et aux agriculteurs un prix ». Réplique facile de Jacques Creyssel , de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution : « les distributeurs ont joué le jeu , pour la viande comme pour le lait. Nous demandons que le médiateur (nommé par le gouvernement, ndlr) vérifie que cela a été le cas à tous les échelons de la filière. Dans nos rayons viande, notre marge est négative», a-t-il ajouté.

Cela peut arriver en effet pour deux raisons   que le consommateur a du mal à saisir. Les viandes sont souvent des produits d’appel mis en promotion. Mais ce sont alors les abatteurs qui paient la note en baissant leur prix de vente à la grande enseigne. Quand elle met de la viande  en promotion, la grande surface cherche à faire venir plus de clients dans ses magasins  en se disant qu’ils y feront toutes leurs courses  une fois entrés. Voilà à quoi servent les prix d’appel sur la viande. Mais il y a souvent une part d’invendus plus ou moins importante qui finira à la poubelle, voire sera donnée aux organisations caritatives pour cause de date limite de vente. Quand au consommateur « malin », il va  congeler une bonne partie cette viande  bon marché et  en achètera rarement en dehors des promotions. Voilà comment  les promotions  servent aussi à faire baisser le prix de la viande payée au producteur, qu’elle soit porcine, bovine ou de volaille.

Voilà aussi pourquoi  l’appel du président de la République   aux grandes surfaces n’aura aucun effet. Il en aura  d’autant moins que la concurrence intra-européenne est forte  et que la Commission , avec l’accord des chefs d’Etat  et de gouvernement  -dont François Hollande – continue de négocier des accords de libre échange avec les Etats Unis et d’autres groupes de pays pour importer demain, avec des tarifs douaniers réduits, plus de viande des pays tiers dans l’Union européenne. Ajoutons  que la sécheresse en cours, peut conduire beaucoup d’éleveurs de bovins   à vendre  plus d’animaux que prévu d’ici l’automne pour économiser les fourrages. Et cette nouvelle offre de viande sur un marché  déprimé ferait encore baisser les prix.

Il est grand temps pour le gouvernement de sortir du commentaire sur la crise pour prendre des mesures susceptibles d’assurer un revenu aux éleveurs.  Alors que les manifestants normands réclamaient la venue du ministre de l’Agriculture, ce dernier a fait savoir qu’il les recevrait jeudi prochain  après avoir prix connaissance, la veille, d’un nouveau rapport du médiateur sur l’évolution des prix  depuis le 17 juin.