[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Malgré la guerre, l’économie communale croît au Rojava

    international Irak Syrie Turquie

    Brève publiée le 9 août 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://ucl-saguenay.blogspot.fr/2015/07/malgre-la-guerre-leconomie-communale.html

    Traduit de l'anglais par le Collectif Emma Goldman.

    Malgré les pénuries et les souffrances causées par la guerre, le Rojava devient rapidement un centre de production et d’échange. C’est ce que rapporte Özgür Gündem dans un article pour ANHA

    Le développement économique se construit à travers le leadership mit de l’avant par le Mouvement pour la liberté kurde et la croissance économique actuelle est menée par des communes nouvellement fondées, des comités, des syndicats et des organisations civiles dans le cadre du modèle d’économie démocratique.

    Pour le seul canton d’Efrîn, où à peine un atelier a existé sous le régime Baas, un nouveau parc industriel de 84 milles mètres carrés, près du quartier d’Eşefiyê, est maintenant le domicile de 800 lieux de travail assurant le gagne-pain de 5 000 familles.

    Cette croissance est en partie possible grâce aux forces de défense des YPG/YPJ présentes dans le canton et qui ont fait d’Efrîn un endroit de paix et de sécurité malgré la guerre civile qui fait rage dans le reste du pays. Peuplé d’à peine 200 000 habitant-e-s avant la guerre, le canton abrite désormais une population d’1 million d’habitant-e-s. Le nouveau parc industriel permet d’employer des milliers de personnes.

    Tout travail effectué au sein de ce parc est organisé par des comités, des syndicats et des organisations civiles rattachées aux communes.

    Malgré ce succès, plusieurs résidentEs se plaignent toujours des prix élevés des batteries de véhicules, de l’équipement agricole, de certaines machines et des produits du plastique. Les pénuries d’approvisionnement causées par la guerre sont en grande partie responsables de l’augmentation des coûts.

    Selah Misto, l’un des administrateurs du syndicat industriel, explique que des procédures ont été développées afin de s’assurer que le travail puisse continuer dans l’ordre, et que tout travail était organisé par des comités rattachés à la production des communes. Il a ajouté que des communes ont déjà été formées pour la fabrication de ressources comme les produits du fer, des batteries et des pièces d’automobile. La coordination entre ces groupes a aidé à surmonter les problèmes liés à la production, et les comités de travail nouvellement fondés travaillent à fournir expertise et supervision. 

    Ces communes sont devenues en même temps le lieu de l’organisation de la vie sociale. Par exemple, un tournoi de football a récemment été organisé entre les travailleurs-euses. Il a précisé de plus que l’économie était développée en tant que partie intégrante du projet d’Administration Autonome et Démocratique, et qu’un nouveau plan était actuellement en cours pour chercher un endroit où établir 150 nouveaux lieux de travail.