[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    L’armée turque entre en Syrie

    international Irak Syrie Turquie

    Brève publiée le 11 août 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.secoursrouge.org/Turquie-Kurdistan-L-armee-turque-entre-en-Syrie-journee-la-plus-meurtriere

    Cette journée a été la plus meurtrière depuis la fin du cessez-le-feu du PKK. Dans la province de Sirnak, quatre policiers qui circulaient dans un véhicule blindé ont été tués par l’explosion d’un IED en bordure de route. A Istanbul, une voiture piégée a explosé devant le commissariat du district de Sultanbeyli, tuant un assaillant et blessant 10 personnes, dont trois policiers. Deux militants présumés et un autre policier ont été tués dans des affrontements qui ont suivi. Un militaire a également été tué lorsque des combattants du PKK ont tiré sur un hélicoptère militaire au moment de son décollage dans le district de Beytussebap. Au moins sept autres soldats ont été blessés à cette occasion. D’autres attaques contre la police et l’armée ont eu lieu dans la ville de Lice, dans la province de Diyarbakir, mais le bilan n’est pas encore connu. Les hélicoptères turcs ont bombardé des objectifs du PKK. L’aviation turque estime avoir tué près de 400 combattants kurdes dans les bombardements de ces derniers jours.

    En Syrie, l’armée turque à lancé l’opération qu’elle prévoyait depuis des semaines, l’occupation de la partie du Rojava qui n’a pas encore été libérée par les YPG/YPJ. Les brigades baptisées "Sultan Murat Brigade" et "Fatih Sultan Mehmet Brigade" sont entrées dans la ville syrienne de Azaz via le checkpoint de Bab Al-Selamê avec des véhicules blindés arborant des drapeaux turcs. Cette ville était à priori sous contrôle du front al-Nosra, ces derniers seraient partis sans opposer de résistance. S’il ne fait aucun doute que la Turquie a bien amorcé ce lundi son plan d’occupation d’une ’zone tampon’ dans le but d’empêcher le création d’un état kurde (ou d’une région autonome) à sa frontière, la Turquie est encore très discrète dans sa communication. Difficile de comprendre pour le moment si les brigades qui sont entrées sont officiellement turques ou si ce sont les prétendus ’insurgés modérés’ que veulent soutenir les USA et la Turquie. Ce qui est sûr, c’est que ces nouveaux belligérants sont entrainés et envoyés par le MIT (Service secret turc).

    Notre site sera régulièrement mis à jour au sujet de ces nouveaux événements. En attendant, n’hésitez pas à consulter notre dossier "Notes sur le Kurdistan" pour mieux comprendre la situation sur place.

    Le commissariat du district de SultanbeyliLe commissariat du district de Sultanbeyli

    -------------------------------------

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/08/10/97001-20150810FILWWW00345-turquie-discussions-en-vue-d-une-coalition.php

    L'AKP, le parti au pouvoir en Turquie, et le Parti républicain du peuple (CHP), le principal mouvement d'opposition, prendront une décision définitive cette semaine sur la formation ou non d'une coalition gouvernementale après l'échec de leurs négociations initiales. Les partis représentés au Parlement ont jusqu'au 23 août pour former une coalition, faute de quoi de nouvelles élections législatives devront être convoquées.

    Le Premier ministre, Ahmet Davutoglu, a rencontré le président du CHP, Kemal Kilicdaroglu, à Ankara aujourd'hui, après plusieurs semaines de pourparlers menés par d'autres responsables des deux partis. "Les deux présidents vont de nouveau se rencontrer jeudi ou vendredi, en fonction de leur emploi du temps. Y aura-t-il ou pas une coalition ? Une réponse claire à cette question sera donnée après la réunion", a déclaré le ministre de la Culture et du Tourisme, Omer Celik, qui a mené les négociations pour l'AKP. Haluk Koc, vice-président du CHP, a lui aussi dit que la rencontre aurait lieu jeudi ou vendredi.

    L'AKP, le parti du président Recep Tayyip Erdogan, a perdu sa majorité absolue lors des élections législatives du 7 juin, ne recueillant que 40,9% des voix, son plus mauvais score électorale depuis plus de dix ans. Un sondage publié aujourd'hui montre que l'AKP pourrait retrouver une majorité absolue en cas de nouveau scrutin.