[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Garrel et Navarre - Draveil (Val-de-Marne) En grève pour les 1.000 euros de prime !

lutte-de-classe

Brève publiée le 11 mai 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2284&id=48

L'entreprise de transport Garrel et Navarre assure les lignes de bus sur les communes de Draveil et Vigneux, dans le Val-de-Marne. La grève y a éclaté vendredi 4 mai, suite à l'annonce de la perte de 1.000 euros sur le montant de la prime annuelle, celle-ci tombant à 300 euros. Depuis, plus aucun bus ne circule !

Début avril la direction avait déjà annoncé la suppression des cinq jours de carence qui étaient remboursés par l'entreprise en cas d'arrêt maladie. La direction locale a parlé de résultats en baisse, de pertes de marchés, de la hausse du carburant... bref, la crise économique sert de prétexte. De l'avis unanime des 80 chauffeurs de bus, massivement en grève, ce ne sont pas les ouvriers qui sont responsables de cela, alors il n'est pas question que ce soit à eux de payer !

L'argument de la direction révolte d'autant plus les chauffeurs que cette société a mis de côté plus de 2 millions d'euros, sans compter que le groupe Keolis, auquel appartient la société Garrel et Navarre, est une des plus importantes entreprises au monde pour les transports urbains, avec un chiffre d'affaires de plusieurs milliards d'euros.

Lundi 7 mai, après une manifestation en direction d'un autre site de bus situé à Athis-Mons, les chauffeurs réunis en assemblée générale ont voté à une écrasante majorité la poursuite de la grève. Pas question pour eux de céder au chantage de la direction locale qui leur demande de laisser quelques bus circuler en échange d'une ouverture des négociations. « Si la direction a quelque chose à nous proposer, qu'elle le dise tout de suite ! », ont répondu les chauffeurs.

Correspondant LO