[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    L’Allemagne n’a jamais été aussi peuplée

    Allemagne

    Brève publiée le 31 janvier 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/l-allemagne-n-a-jamais-ete-aussi-peuplee-633833.html

    La population allemande a atteint 82,8 millions d'habitants en 2016 en raison de l'augmentation du solde migratoire. Le précédent record de 2002 est dépassé. Mais les menaces à long terme demeurent.

    L'Allemagne n'a jamais été aussi peuplée. Selon les chiffres préliminaires de Destatis, l'Office fédéral des Statistiques allemand, la population allemande à la fin de 2016 atteignait 82,8 millions d'habitants, soit 600.000 personnes de plus qu'un an plus tôt. Grâce à cette poussée, le précédent record de population, qui datait de 2002 et se situait à 82,5 millions d'habitants, a été dépassé. Ces chiffres doivent cependant être pris avec beaucoup de réserves, prévient Destatis, en raison d'un changement méthodique. On se souvient que le recensement de 2011 avait révélé une population inférieure de 2 millions à l'estimation annuelle alors publiée par Destatis qui s'appuie sur les chiffres des enregistrements municipaux pas toujours très fiables.

    Solde migratoire positif...

    La raison de cette croissance démographique importante demeure le solde migratoire hautement positif, estimé pour 2016 à plus de 750.000 personnes. En 2015, ce solde migratoire se situait à 1,1 million de personnes. Le détail de ce chiffre n'est pas encore connu, mais il supposerait des entrées de personnes en Allemagne à un niveau proche de 1,5 million de personne l'an dernier.

    Evidemment, comme en 2015, les populations réfugiées du moyen et proche Orient devraient représenter une grande partie de ces entrées sur le territoire allemand, mais il convient de ne pas oublier que plusieurs pays d'Europe méridionale et centrale (Pologne, Espagne, Grèce, Portugal) continuent de connaitre des soldes migratoires négatifs vis-à-vis de l'Allemagne. En 2014, avant l'arrivée des réfugiés, l'Allemagne avait ainsi déjà connu une forte croissance de son solde migratoire de 550.000 personnes en termes nets.

    ... et historiquement élevé

    Ce solde migratoire positif de 750.000 personnes reste, en tout cas, extrêmement élevé, alors que les flux de réfugiés se sont pratiquement arrêtés depuis le printemps. Outre l'exceptionnelle année 2015, il faut remonter en 1992 pour trouver un chiffre supérieur dans l'histoire de la République fédérale. Il sera intéressant de savoir si, malgré l'impression de frontières désormais maîtrisées que donne le gouvernement fédéral, les arrivées se sont poursuivies tout au long de l'année, ou si elles se sont brutalement ralenties. Reste que le solde migratoire a, en trois ans, apporté pas moins de 2,3 millions d'habitants supplémentaires à une Allemagne qui, par ailleurs, connaît une démographie naturelle préoccupante.

    Solde naturel négatif

    Car, le solde naturel allemand, lui, continue à être très négatif. Destatis l'évalue dans une fourchette allant de 150.000 à 190.000 personnes. En 2015, il y avait eu outre-Rhin 188.000 décès de plus que de naissance en Allemagne, on devrait donc se situer un peu en deçà de ce chiffre en raison d'une stagnation des décès et d'une légère remontée des naissances. Mais ce déficit naturel demeure préoccupant pour deux raisons. D'abord en raison du vieillissement accru de la population qu'il induit. Ensuite, parce qu'il contraint l'Allemagne à maintenir un solde migratoire élevé de façon durable pour éviter de voir sa population reculer. Enfin, parce que ce solde naturel migratoire s'auto-amplifie en conduisant à une réduction de la population en âge de procréer.

    Croissance migratoire encore insuffisante à long terme

    En mars 2015, Destatis avait ainsi publié des prévisions de population assez négatives, malgré la hausse du solde migratoire. « Le vieillissement de la population n'est pas réversible par le haut niveau de migration », avait indiqué l'Office. Avec un niveau moyen de solde migratoire positif de 300.000 personnes en moyenne à partir de 2016 pendant un quart de siècle, la population allemande resterait stable en 2040 avec une augmentation de 43 % des plus de 67 ans et une baisse de 11 % des moins des 20-66 ans. Ceci posera un problème de main d'œuvre et de financement des retraites. Dans cette option, la population allemande finirait, malgré tout par descendre à 77,8 millions d'habitants en 2060.

    Coût réduit

    Dans l'immédiat, cette croissance de la population est plutôt une aubaine économique pour l'Allemagne qui a vu sa croissance en 2016 s'accélérer à 1,9 % malgré un faible investissement et une progression de l'épargne des ménages. Elle a contraint l'Etat allemand à investir et dépenser, quoique à un niveau encore inférieur aux besoins de l'économie. Le ministre des Finances Wolfgang Schäuble a estimé jeudi 26 janvier à 21,7 milliards d'euros le « coût » de cette migration. C'est finalement assez peu pour une économie de 3.000 milliards d'euros et un budget fédéral de 317 milliards d'euros.