[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Hamon ne veut plus abroger la loi travail

    hamon Khomri

    Brève publiée le 19 février 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/droit-du-travail/video-benoit-hamon-veut-une-nouvelle-loi-travail-et-non-plus-son-abrogation_2066009.html

    Le candidat socialiste à l'élection présidentielle est revenu sur sa promesse d'abroger la loi El Khomri s'il était élu à l'Elysée.

    Faut-il y voir un geste d'apaisement adressé aux socialistes réformateurs ? Invité du "Grand Jury", dimanche 19 février, sur RTL, Le Figaro et LCI, Benoît Hamon a déclaré qu'il voulait "une nouvelle loi Travail". Le candidat socialiste à l'élection présidentielle ne promet donc plus, comme il l'avait fait pendant la campagne de la primaire de la gauche, d'abroger la loi El Khomri, symbole de la fracture entre la majorité et les électeurs de gauche.

    Compte personnel d'activité, droit à la déconnexion, garantie jeune... L'ancien "frondeur", qui avait signé la motion de défiance contre le gouvernement de Manuel Valls après le recours à l'article 49.3 pour faire adopter cette réforme controversée sans vote des députés, a listé les mesures qu'il entendait conserver dans la loi El Khomri.

    "Sans état d'âme"

    Mi-janvier, le candidat tenait un tout autre discours. "Je commencerai par un geste très politique et très symbolique", déclarait-il devant l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis). "Sans état d'âme, j'abroge la loi travail", symbole, disait-il, "d'un déni de démocratie".

    A l'époque, il jugeait que la garantie jeunes n'aurait "plus forcément vocation à exister" du fait de la mise en place d'un revenu universel, qui serait, dans une première étape, ouvert notamment aux jeunes de moins de 25 ans. Ce dispositif "serait finalement avalé par le revenu universel d'existence qui a une portée bien supérieure à la garantie jeunes", a-t-il affirmé.