[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Goodyear -- Amiens : après des années de lutte, un recul patronal

Goodyear lutte-de-classe

Brève publiée le 15 juin 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2289&id=23

Les actionnaires de Goodyear souhaitent fermer l'usine d'Amiens depuis longtemps. Ils voulaient vendre les lignes de production de pneus agricoles à un repreneur et licencier les ouvriers du secteur « pneus de tourisme ». Mercredi 6 juin, après presque six ans de vaines tentatives, la direction de l'usine a enfin confirmé qu'elle renonçait à son plan de licenciements concernant les 817 salariés du secteur tourisme. Selon elle, désormais, « il n'est plus question de licenciements contraints mais uniquement d'un plan de départs volontaires ».

Ce renoncement est lié aux multiples invalidations du plan par la justice (trop impatiente, la direction a souvent mal respecté les procédures) et à la détermination persistante des travailleurs de l'usine qui ont clairement fait comprendre qu'ils ne se laisseraient pas jeter dehors sans qu'il y ait une énorme explosion de colère. Ainsi, les arrêts de travail, les manifestations imposantes aux côtés des ouvriers de Continental, les débrayages massifs pour soutenir les délégués syndicaux menacés de licenciement ont-ils conduit la direction à une certaine prudence. Celle-ci n'est toutefois peut-être pas dénuée d'arrière-pensées.

La direction affirme que 200 à 300 personnes sont déjà intéressées par ces départs volontaires, et dans l'usine, surtout parmi les ouvriers les plus anciens, les rumeurs sur le montant de la prime de départ suscitent bien des espoirs. La très forte section syndicale CGT, qui a mené la discussion avec la direction, affirme que cela signifie que l'usine est sauvée de façon pérenne : le secteur pneus de tourisme n'est plus sous le coup du plan social et les emplois des 500 ouvriers du secteur pneus agricoles ont de leur côté de bonnes chances d'être conservés par le repreneur.

Mais le repreneur éventuel du secteur pneus agricoles, le groupe Titan, discute depuis déjà deux ans des conditions du rachat et ne semble pas pressé de conclure. Comme il n'est pas possible de couper l'usine en deux, sa condition de reprise était justement que Goodyear se débarrasse au préalable des lignes de pneus tourisme ! D'autre part les patrons ne remplaceront pas les départs volontaires, ce qui signifie que des centaines d'emplois seront bel et bien supprimés. Et puis la direction ne s'engage à aucun des investissements indispensables à la poursuite de la production de pneus de tourisme, dans cette usine où tout tombe en ruine faute de renouvellement du parc des machines, dont beaucoup ont cinquante ans d'âge !

La direction a été obligée de modérer ses ardeurs pour l'instant et de reculer. Il est probable qu'elle garde dans l'idée de poursuivre sa politique d'usure des forces ouvrières en continuant à diminuer le nombre de travailleurs dans l'usine. Les effectifs sont déjà passés de 1 700 à 1 300 en quatre ans suite aux accords individuels pour des départs à l'amiable.

Alors, si à l'avenir la direction veut de nouveau tenter de faire passer en force son projet de fermeture d'usine, les travailleurs, une fois de plus, ne pourront compter que sur leur lutte pour sauver leur gagne-pain.

Correspondant LO