[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    SNCF: une note demande aux agents de signaler les militants se rendant au G20

    SNCF

    Brève publiée le 5 juillet 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.francetvinfo.fr/monde/g20/la-sncf-demande-a-ses-agents-de-signaler-les-groupes-de-militants-qui-se-rendent-au-g20_2268787.html

    Le syndicat SUD-Rail, qui révèle une note interne, dénonce une "directive liberticide". La SNCF a présenté ses excuses, précisant qu'il ne s'agissait pas "d'un document de la direction générale" de l'entreprise.

    La direction de la SNCF a présenté ses excuses, mardi 4 juillet, après une note interne demandant aux contrôleurs et personnels en gare de "signaler tout mouvement ou groupe suspect" se rendant au G20 à Hambourg (Allemagne). Ce document, révélé par le syndicat SUD-Rail et consulté par l'AFP, évoquait une "demande de l'Etat" afin "d'anticiper au mieux les interventions si nécessaire". Le sommet international doit se tenir les vendredi 7 et samedi 8 juillet.

    "Une initiative malheureuse"

    La directive demandait aux personnels des trains et des escales de signaler jusqu'au 13 juillet les "personnes dont le comportement pourrait laisser supposer un comportement militant porté à l'extrême (personnes appartenant au mouvement zadiste venant de Notre-Dame-des-Landes mais également des Alpes)". Les signalements, précisait la note, seront transmis en temps réel au poste de commandement des agents de sécurité de la SNCF (Suge). Le document évoquait une procédure "déjà déclenchée lors de l'Euro 2016" afin, notamment, "d'anticiper les mouvements de foule difficiles".

    Selon la direction de la SNCF, cette note interne est "une initiative locale, malheureuse et regrettable". "Il ne s'agit absolument pas d'un document de la direction générale de SNCF (....), aucun des propos ne saurait engager l'entreprise ou refléter ses valeurs", a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'entreprise. Le groupe a présenté ses "excuses aux personnes qui en sont choquées".