[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Infos Catalogne dimanche

Catalogne

Brève publiée le 22 octobre 2017

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://npaherault.blogspot.fr/2017/10/catalunya-vers-la-reprise-des-hostilites.html

22 octobre

12h40

Le Parti Socialiste des Iles Baléares se prononce contre l'utilisation du "155" en Catalogne et se dit inquiet de voir la direction du PSOE appuyer cette mesure. Le PSC se trouve en position très instable (lire ci-dessous) car cet appui du PSOE met en danger les municipalités qu'il dirige en Catalogne, parfois avec l'appoint de partis qui rejettent totalement le recours au "155". Le maire de Terrasa, l'un des pétitionnaires contre le "155", envisage de démissionner du PSC. 

 Le pas a été franchi par Joan Majó, un ancien ministre de l'Industrie de Felipe González (1982-1996), qui, lui, est un furieux soutien de Rajoy !  Pas simple aujourd'hui d'être socialiste entre le marteau de la revendication nationale catalane et l'enclume de la politique extrémisée unioniste de Rajoy.

Appel à manifester à Madrid

 Rassemblement pour que le peuple catalan puisse décider librement. Non au "155" !

21 octobre 

Lignes de fracture chez les socialistes

Au 155

Rajoy, entouré de son juge et de son patron, montre l'affiche de l'employé du mois dans l'entreprise 155. Il est à gauche et c'est le ravi socialiste Pedro Sánchez, au grand désespoir du centriste, extrémisé très à droite, Albert Rivera (Ciudadanos) qui doit s'estimer mal récompensé de son zèle anticatalan(iste)...

En signe de protestation contre l'approbation du "155" par sescamarades espagnols, la maire socialiste de Santa Coloma de Gramenet (située 8 km au nord de Barcelone, elle est la 9e ville la plus peuplée de Catalogne), Núria Parlon, démissionne de la Commission Exécutive du PSOE où elle y représentait le PSC (socialistes catalans). Elle signe également avec trois autres maires catalans un appel, cette fois au PSC, à refuser de soutenir le "155". 

La porte-parole de ce parti, tout en réitérant le rejet, par les socialistes catalans, de toute DUI (Déclaration Unilatérale d'Indépendance), a, en quelque sorte, répondu favorablement à cette demande derefuser de soutenir le "155" et a annoncé que donc le PSC ne donnera pas un chèque en blanc au parti frère, le PSOE, au Sénat, sur le vote de cet article. Le PSC ne voit comme porte de sortie de la crise que la poursuite des efforts en faveur du dialogue entre les parties en conflit et la convocation d'élections anticipées au Parlament. Rappelons que la maire de Barcelone, Ada Colau (Catalogne en Commun), qui ne fait majorité que grâce à l'appui du PSC, envisageait sérieusement de rompre l'accord avec son partenaire s'il appuyait le "155"... 

 La séparation des pouvoirs à l'espagnole

 (envoyé par Miguel S)

Les ondes (de choc) de la désobéissance civile et professionnelle...

Les travailleurs de la station publique catalane Catalunya Ràdio ont fait savoir, par communiqué commun du "conseil professionnel" (des salarié-es) et du comité d'entreprise que, si le gouvernement central "choisissait un nouveau directeur de la station, il ne pourraient que refuser de reconnaître son autorité". Le communiqué porte le titre "Sans médias publics il n'y a pas de démocratie". Par ailleurs les personnels de la chaîne publique TV3 dénoncent les mesures annoncées, attentatoires aux libertés d'expression, d'information et de presse. Sans aller aussi loin dans la désobéissance que leurs collègues de la radio, ils affirment qu'ils resteront fidèles aux mandats du Parlament élu démocratiquement en 2015. Lire l'info en espagnol