[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Saint-Denis : des usagers soutiennent "la grève de ceux qui nettoient"

SNCF

Brève publiée le 4 décembre 2017

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-a-la-gare-des-usagers-soutiennent-la-greve-de-ceux-qui-nettoient-04-12-2017-7432950.php

Les salariés de la société H. Reinier, chargés du nettoyage de 75 gares du réseau SNCF Paris-Nord, ont annoncé la poursuite de leur mouvement, qui dure depuis plus d’un mois.

Malgré les promesses de la SNCF et un nettoyage ce week-end, la gare du centre-ville de Saint-Denis a de nouveau un air de décharge, ce lundi matin : des monticules de détritus s’étalent au pied des poubelles, remplies à ras bord et dépourvues de sac plastique, tandis que les usagers font biper leurs passes Navigo sur des portillons noirs de crasse en évitant de s’y frotter. Seuls à se sentir à l’aise dans ce décor, des pigeons et des souris slaloment entre les restes de nourriture jetés au sol.

Un niveau d’insalubrité record qui agace : « Rien ne change depuis un mois, les quais sont toujours aussi sales », s’insurge Sandrine, 25 ans. « Ecoeurée », Elodie, 64 ans, « n’ose plus s’asseoir sur un banc, de peur d’attraper une infection ». « Choqué » par le comportement des usagers, Sofiane, 20 ans, pointe « des incivilités à répétition ».

Outrés par l’état d’insalubrité de la gare, plusieurs voyageurs, évoquent « la grève de ceux qui nettoient » et ne comprennent pas « pourquoi l’entreprise ne négocie pas avec ses employés ». Car la situation, que tous jugent « inacceptable », dure depuis un mois, lorsqu’une centaine d’agents de nettoyage de l’entreprise H. Reinier, filiale du groupe Onet, sous-traitant pour la SNCF, se sont mis en grève pour dénoncer leurs conditions de travail. Dans la nuit de vendredi à samedi, ils ont été évacués par la police. Réunis ce lundi, les grévistes (86 sur 107 salariés) ont annoncé, malgré tout, la poursuite de la mobilisation, après que « la direction a refusé la levée de sanctions ». En cause : « des lettres de convocation préalables à licenciement envoyées à plusieurs agents pour les intimider », déplore Fabien Dumas, syndicaliste chez Sud Rail.

Les grévistes déterminés

Leurs revendications ? Obtenir de meilleures conditions de travail. « Notre employeur a mis en place une clause de mobilité que nous refusons car nous sommes nombreux à travailler de nuit et à ne pas avoir de permis de conduire », assure une employée. Autre demande : la revalorisation de leur prime de panier-repas à 4 €, alors qu’elle s’élève à 1,90 €. « On ne peut même pas acheter un sandwich à ce prix-là », déplore l’un d’eux. L’homme prévient : il est prêt à « poursuivre longtemps ce bras de fer pour qu’on le respecte ». Contacté, le patron de l’entreprise H. Reinier n’a pas répondu à nos sollicitations.