[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Infos Catalogne

Catalogne

Brève publiée le 5 décembre 2017

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://npaherault.blogspot.fr/2017/12/catalunya-infos-en-continu-montpellier.html

Sur fond de guignolade judiciaire, l'indécrottable gauche inscrite dans le système pour, dit-elle, le modifier... 

A/ Guignol est juge...

Le Tribunal Suprême (TS) espagnol manoeuvre sur la demande d'extradition de Carles Puigdemont et des autres exilé-es.  
 


Mardi 5 décembre, le Tribunal suprême espagnol retire le mandat d’arrêt européen qui pesait jusqu’alors sur l’ex-président de la Généralité catalane et 4 de ses proches conseillers, exilés en Belgique depuis le 30 octobre. Le mandat d’arrêt espagnol est, quant à lui maintenu.
La campagne électorale des élections en Catalogne du 21 décembre prochain s’ouvre dans un climat inédit, pour ne pas dire « bordélique »… Le scrutin va-t-il clarifier ce feuilleton? Cliquer ici
 

 Le TS, qui a pris en main le dossier d'extradition instruit par la Audiencia Nacional, renonce à demander cette extradition par crainte de se la voir refusée par la justice belge : le probable refus de la Belgique de reprendre à son compte l'ensemble des chefs d'accusation avancés par la justice espagnole contre les "exilé-es" catalans mettrait, par ailleurs, celle-ci en porte-à-faux vis-à-vis des mis-es en examen incarcéré-es dans l'Etat espagnol sous les chefs d'accusation qui auraient été refusés par les Belges. L'égalité de traitement judiciaire pour des faits imputés identiques altèrerait la qualité (sic) de l'instruction ! 

 Jargon de prétoire qui ne change pas grand chose au fond d'une persécution judiciaire de tous et toutes ces personnes élues ou responsables politiques catalanes au service d'une politique de criminalisation d'une revendication démocratique d'auto-gouvernement : dès que ces exilé-es remettront le pied dans l'Etat espagnol ils/elles seront arrêté-es et une instruction judiciaire "adaptée" à la nécessité d'homogénéiser les chefs d'accusation leur sera signifiée ! Dans la guignolade judiciaire espagnole, Monsieur le Bailli (le Juge dans Guignol), derrière lequel s'agite le Gendarme en manque de bastonnade à donner, ne craint pas le grotesque ! Mais l'essentiel, le déni de démocratie reste aussi sinistre qu'avant. Lire ici



.................................. 

B/ Guignol est de gauche? 

La gauche qui, au bord de l'abîme politique, veut, par des voies différentes, rompre avec toute radicalité antisystème...

 


Le débat de la gauche

Pedro Sánchez (PSOE, à gauche : Il faut prendre ses distances vis-à-vis de la radicalité pour ne pas effrayer l'électeur modéré qui est l'électeur traditionnel en Espagne. 

Pablo Iglesias (Podemos), à droite : Mensonge ! Il faut prendre ses distances vis-à-vis de la radicalité pour ne pas réveiller le fantôme du fascisme. C'est ça qui serait indispensable ! (1) Voir ici


(1) La radicalité que cible Iglesias est celle de l'indépendantisme catalan. Lire ici  

 

Le refus, annoncé hier, de Marta Sibina, la numéro deux au Congrès des Députés pour En Comú Podem (qui regroupe les proches de la maire de Barcelone, Ada Colau, et ceux et celles de Iglesias), de soutenir le candidat de cette coalition aux élections catalanes à venir, repose, selon ses dires, entre autres raisons, sur son refus de considérer, comme fait Iglesias, que l'indépendantisme catalan, qu'elle soutient, fasse le lit du fascisme.