[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Lille : tout changer pour que rien ne change

urbanisme

Brève publiée le 7 décembre 2017

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2017/12/06/lille-tout-changer-pour-que-rien-ne-change/

Cet ouvrage a été écrit par une équipe pluridisciplinaire composée d’enseignants-chercheurs sociologues, politistes et géographes des universités de Lille et de Paris-Est-Marne la Vallée, regroupés dans le Collectif Degeyter, du nom du compositeur de l’Internationale.

Malgré le format contraint de 120 pages, l’ouvrage restitue, à partir de nombreux matériaux empiriques, un panorama précis et cohérent de la métropole lilloise avec un diagnostic implacable : « Lille est l’agglomération la plus ségrégée de l’hexagone »Les chapitres de l’ouvrage sont consacrées à l’étude des principales facettes de la métropole lilloise (90 communes autour des 3 pôles Lille-Roubaix-Tourcoing) : l’histoire économique, sociale et résidentielle de l’agglomération ; les liens entre les recompositions du marché du travail et la ségrégation socio-spatiale ; le poids de l’enseignement privé dans la reproduction des inégalités ; la politique culturelle évènementielle (Lille 2004, Lille 3000).

Dans cette courte chronique, seuls quelques aspects du livre vont être illustrés.

L’ouvrage présente une analyse précise de la situation des classes populaires (précarité, chômage, paupérisation), en la mettant en rapport avec la prospérité d’un patronat reconverti dans le tertiaire (COFIDIS, Verspieren, ACCOR ; Auchan, Flunch, Leroy-Merlin, Kiabi, Pimkie, Décathlon, Kiloutou, Norauto, La Redoute, Les 3 Suisses, etc…). Les deux faces d’une même médaille (la crise du textile) apparaissent clairement : d’un côté, les restructurations et leurs dégâts sociaux ; de l’autre côté, une reconversion réussie de la bourgeoisie textile vers le tertiaire.

La dimension politique est abordée par l’étude des transformations électorales et militantes dans un territoire qualifié, il y a peu, de « bastion socialiste ». L’ouvrage met bien relief le reflux de l’hégémonie du PS depuis plusieurs années qui conduira, aidé en cela par le bilan de Hollande et l’émergence de Macron, à une véritable Bérézina en juillet 2017 où aucun candidat socialiste dans l’agglomération lilloise (et dans le Nord Pas de Calais !) n’arrivera à se hisser …. au 2nd tour. Au passage, on apprend qu’à Lille seuls 200 militants étaient réellement actifs, avant même les législatives.

Le livre est tout aussi convaincant dans l’analyse politique au niveau métropolitain. C’est à ce niveau que s’est forgé « un consensus intercommunal » c’est-à-dire un compromis politique entre les maires de gauche et de droite pour assurer « l’attractivité et le rayonnement du territoire » afin d’opérer la bifurcation vers le tertiaire. Les grands projets en sont l’illustration : TGV Transmanche, Gare Lille Europe, Euralille 1 et 2, Euratechnologies, Eurasanté, Grand Stade Pierre Mauroy, etc. Ces réalisations ont modifié indéniablement la « carte de visite » de l’agglomération mais n’ont pu empêcher le maintien de la ségrégation aussi parce que « l’agglomération est rassemblée qu’à la condition d’abandonner toute vocation redistributrice et planificatrice à l’échelon de l’agglomération ». Dans ces conditions, se perpétue la coexistence de territoires à la richesse insolente et d’espaces en profonde crise, à l’instar de Roubaix, la grande ville la plus pauvre de France où 45% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, qui jouxte les communes de Croix, Marcq en Baroeul et Bondues où le nombre de contribuables à l’ISF atteint des records.

L’ouvrage « Sociologie de Lille » est à la fois un livre utile et critique en ce qu’il met à jour et confirme la ségrégation forte du territoire en apportant un regard critique sur les compromis politiques et la trajectoire de la métropole. En cela, l’ouvrage oblige à poser la question d’une nouvelle représentation des salariés, des habitants, des classes populaires.

Collectif Degeyter : La sociologie de Lille

Le collectif Degeyter est composé de neuf enseignants-chercheurs sociologues, politistes et géographes des universités Lille 1, Lille 2, Lille 3 et Paris-Est-MLV : Antonio Delfini, Fabien Desage, Fabien Eloire, Remi Lefebvre, Yoan Miot, Frédéric Poulard, Stéphanie Pryen, Juliette Verdière et Cécile Vignal (coord.).

Editions de la Découverte – Repères, Paris 2017, 128 pages, 10 euros

Corrado Delfini