[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    En un an, la CGT a perdu un tiers de ses adhérents

    CGT

    Brève publiée le 28 décembre 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.anti-k.org/2017/12/27/an-cgt-a-perdu-tiers-de-adherents/

    Les effectifs de la confédération syndicale sont en chute libre, et ses bastions historiques ne sont pas épargnés.

    Après la perte de sa première place dans le secteur privé lors des dernières élections professionnelles, la CGT affronte voit désormais le nombre de ses adhérents dégringoler. Le Canard enchaîné à paraître ce mercredi révèle en effet que la confédération syndicale a vu ses effectifs fondre de 34% en un an. Et même s’il s’agit là d’un chiffre provisoire, l’organisation dirigée par Philippe Martinez doit faire face à une crise sans précédent.

    Dans le détail, le nombre d’adhérents ayant réglé au moins un mois de cotisation est passé de 649.899 à 427.431 lors des douze derniers mois, indique l’hebdomadaire satirique.

    La CGT en perte de vitesse dans la métallurgie

    Certaines fédérations sont particulièrement touchées, comme celle du commerce, qui a vu ses effectifs chuter de 45.000 à 22.000 en l’espace d’une année. Les cheminots, eux, ne sont plus que 30.000, contre 42.000 en 2016. Tandis que la métallurgie, fief historique de la CGT, a perdu 43% de ses adhérents en quatre ans, selon Le Canard.

    Pour justifier ces chiffres catastrophiques, Philippe Martinez évoque les manœuvres financières de certaines fédérations, qui pour gagner du temps (et soulager un peu leur trésorerie) retarderaient au maximum le versement de ladite première cotisation à la confédération. Une hypothèse qui pourrait explique le phénomène uniquement à la marge, lui ont toutefois fait remarqué les membres du bureau confédéral, rapporte le journal.

    Alors que la CGT peine à mobiliser au-delà de ses troupes contre les réformes sociales du gouvernement, l’année 2018 s’annonce donc compliquée pour l’organisation syndicale basée à Montreuil.