[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

BD : Octobre 17

1917 culture

Brève publiée le 12 janvier 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://npa2009.org/idees/culture/bd-octobre-17

Scénario Patrick Rotman, dessin Benoît Blary. Delcourt-Seuil, 109 pages, 17 euros.

Fin octobre, on avait zappé « Octobre 17 », la BD de Patrick Rotman. Il faut dire que la présentation faite par l’éditeur n’était guère encourageante : « Lénine et Trotski, deux leaders que leurs ambitions opposaient, organisent le basculement révolutionnaire. Ensemble, ils se saisissent d’une opportunité historique, et posent la fondation de l’empire soviétique. Ce sont les fameux jours d’Octobre 17 ».

L’épilogue de la BD elle-même affirmait que « la révolution avait dévoré ses enfants » tandis que le chroniqueur de l’Huma surenchérissait le 26 octobre : « P. Rotman désire démontrer que, dans le cas d’Octobre 1917, c’est une poignée d’hommes surdéterminés qui ont fait basculer l’histoire, par leur seule volonté farouche de changer le cours d’une révolution engagée en février. » 

Des tableaux puissants et tragiques

Eh bien non : la BD ne sort pas des faits (têtus, paraît-il), de l’histoire de 1917. Quel qu’ait été son évolution, Patrick Rotman n’a pas oublié son « Histoire de la révolution russe ». En conséquence, la mobilisation des masses ouvrières et paysannes ainsi que des soldats occupent la première place dans la BD. Les hésitations (pour ne pas dire plus) des dirigeants révolutionnaires ne sont pas cachées, et c’est Alexandra Kollontaï qui les résume le mieux lors des manifestations monstres de Juillet 1917 depuis le balcon du Parti : « Les masses nous tournent le dos, c’est fort pour un parti d’avant-garde ! » Trotski aura du mal à rattraper la bévue lorsque la manifestation arrivera devant le soviet.

Par nécessité, les auteurs ont recentré le scénario sur Petrograd, sur quelques usines et sur une poignée de dirigeants (Lénine, Trotski, Zinoviev, Kamenev, Staline et Kollontaï), de « témoins » (John Reed, Maïakovski). À partir du coup d’état raté de Kornilov en août, la BD (comme la révolution) s’accélère. Sur proposition de Trotski, le principe de la prise de pouvoir est voté de justesse par le Comité central du Parti le 10 octobre (on appréciera les hésitations du rusé Staline). Les images fusent et explosent sur tous les fronts jusqu’à la décision (permise par une erreur gouvernementale de Kerensky) du Comité militaire du Soviet basé à Smolny de passer à l’offensive, de prendre le « Palais d’hiver » et de fracasser l’histoire le 25 octobre.

Patrick Rotman n’est pas un scénariste de BD et Benoît Blary est plus illustrateur que dessinateur, mais les deux auteurs se complètent parfaitement pour graver des tableaux puissants et tragiques. La ligne du dessin est épurée pour donner davantage de vérité aux personnages (ouvrier ou dirigeant). La place d’Alexandra Kollontaï est importante et son féminisme entre en conflit avec la plupart des autres dirigeants.

En définitive, un très bel objet. Les cadeaux, c’est jusqu’à la fin du mois de janvier.

Sylvain Chardon