[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Les salariés de l’OFPRA en grève contre la loi Asile-Immigration

immigration

Brève publiée le 20 février 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://ouvalacgt.over-blog.com/2018/02/les-salaries-de-l-ofpra-en-greve-contre-la-loi-asile-immigration.html

Jeudi prochain, les salariés de l’Office Français de « Protection » des Réfugiés et Apatrides (bien mal nommé…) seront en grève à l’appel de deux syndicats dont la CGT.

[Mise à jour 19 février] Nous rajoutons que les salariés de la CNDA (Cour Nationale du Droit d'Asile) de Montreuil sont en grève depuis maintenant une semaine pour la même raison, avec l'Intersyndicale CGT, FO et UNSA. Voir leur Facebook "CNDA en grève", et le communiqué de la CGT.

Dans le grand mouvement qui secoue le monde associatif, syndical, judiciaire contre la nouvelle loi Macron/Collomb (voir le projet ci-contre à droite), c’est l’inquiétude croissante qui fait surface et se transforme désormais en indignation et en révolte.

Le tract d’appel au mouvement de jeudi prochain fait une critique détaillée du projet de loi, utile et complète, bien plus d’ailleurs que l’appel pour la grève du mouvement des sans-papiers (lire « La CGT lance un nouveau mouvement de grève collective des sans-papiers ».

Le tract souligne la justice d’exception établie pour la Guyane, il aurait faire de même pour Mayotte (article 35), où la justice des libertés prend un caractère complètement expéditif en exigeant une décision sous 24h… (de « l’abattage » juridique, rien d’autre).

Nous publions ci-dessous ce tract, pour le faire connaître largement et contribuer à la mobilisation contre le gouvernement et sa politique inique envers les migrants et les sans-papiers. Au minimum, il faut le faire connaître auprès des adhérents dans la presse syndicale, c’est à la portée de tous les syndicats qui ont le souci de la solidarité internationale, et de l'unité internationale des prolétaires !