[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    PSA Aulnay : déclaration de l'UD CGT 94

    CGT PSA

    Brève publiée le 27 juillet 2012

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Délégation de l’UD CGT Val de Marne au rassemblement des salariés de PSA du 25/07

    Une délégation de L’Union départementale CGT du Val de Marne est venue apporter le soutien de l’Union départementale aux syndicats et aux salariés de PSA Peugeot Citroën en lutte contre la suppression de 8000 emplois, dont la fermeture du site d’Aulnay. Elle se félicite du caractère unitaire de ce rassemblement pour le retrait du plan Varin. De fait ce rassemblement qui a rassemblé 2000 personnes dans un climat très offensif prouve à la direction de PSA que tout est loin d’être plié. Mr Varin lors du CCE du 25/07 souhaitait aller très vite pour profiter des congés estivaux mais il a été mis en échec par les syndicats qui ont obtenu la nomination d’un expert qui va avoir comme principale vertu de gagner du temps jusqu’à la rentrée.

    L’UD CGT 94 dénonce la désindustrialisation qui sévit en France depuis des années, l’accélération des plans sociaux (PSA, Sanofi, Air France, Doux, les sous traitants …).

    3,5 millions de voitures étaient produites en France en 2005. La balance commerciale automobile était excédentaire de 9 milliards d’euros. Maintenant 2 millions sont produites et la balance commerciale est devenue déficitaire. Il y va de l’intérêt général de notre pays

    De l’aveu du Président de la République le plan de suppression de 8000 emplois chez PSA est inacceptable. L’Etat ne saurait donc s’exonérer de ses responsabilités en renvoyant au « dialogue social » comme le propose la communication du ministre du redressement productif au Conseil des ministres de ce 25 juillet : ce n’est pas une question de « dialogue », c’est un conflit majeur entre la direction et les actionnaires de PSA et l’ensemble des organisations syndicales et des salariés. Lors du rassemblement devant la direction de PSA les salariés réclamaient le retrait du plan Varin, l’interdiction pure et simple des licenciements.

    PSA a reçu des aides publiques, d’autres sont prévues pour la filière automobile ; elles ne sauraient récompenser le maintien d’un plan social qui doit être supprimé. Et cela d’autant plus que la suppression d’emplois en Recherche et Développement chez PSA, tout comme chez Sanofi, est significative d’une stratégie sacrifiant la France au profit des pays à bas salaires et à faible protection sociale. Ce PSE risquerait fort d’être suivi d’autres sous les prétextes les plus divers

    M Varin parle beaucoup de concurrence. Il en a une conception sélective : PSA a des accords avec Ford, General Motors, BMW, Fiat et Toyota. La concurrence dont parle M Varin c’est la concurrence entre salariés à la baisse du coût du travail.

    Il fait même de la provocation, au nom de l’ensemble du patronat : le premier ministre a clairement indiqué son refus des accords compétitivité – emploi. M Varin conditionne le maintien de Sevelnord – et au-delà à tout le groupe - à un tel accord

    Son chantage reçoit un certain écho : au nom de la « compétitivité «  la communication au Conseil des ministres ouvre la voie à une baisse supplémentaire des cotisations sociales patronales, exigence du MEDEF depuis toujours. Pour la CGT ce serait inacceptable

    La Commission européenne, soi disant garante de la concurrence « libre et non faussée », ne trouve rien à redire aux accords entre constructeurs. Elle n’a aucune politique industrielle ou plutôt sa politique industrielle se borne à « l’élimination des obstacles au commerce entre Etats », laissant comme seule voie la concurrence entre sites aux salaires variant de 1 à 10. Le désastre de l’industrie automobile est une raison de plus de s’opposer à la ratification du Pacte budgétaire, gravant dans le marbre l’austérité à perpétuité.

    La CGT Val de Marne est solidaire des salariés de PSA en lutte :
    Aucune régression sociale ! Maintien de tous les sites ! Maintien de tous les emplois y compris chez les sous traitants !

    Site réalisé avec nos petites mains
    et des logiciels libres (emacs, notepad++, etc.).

    Contact Tendance CLAIRE : contact@tendanceclaire.org