[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Le SPD allemand en congrès

Allemagne

Brève publiée le 22 avril 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2018/04/22/empetres-dans-leurs-contradictions-les-sociaux-democrates-allemands-tiennent-congres_5288842_3214.html

Favorite pour être élue à la tête du parti dimanche, Andrea Nahles devra présider une formation qui gouverne avec son adversaire, les conservateurs.

Un de plus… Pour la cinquième fois en un an, le Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) se réunit en congrès, dimanche 22 avril. Cette fois, le rendez-vous a lieu à Wiesbaden (Hesse), près de Francfort. L’ordre du jour comporte un seul point : l’élection du nouveau président de la formation, ou plutôt de sa nouvelle présidente, puisque seules deux femmes se disputent le poste : Andrea Nahles, 47 ans, chef de file du groupe SPD au Bundestag, et Simone Lange, 41 ans, maire de Flensburg (Schleswig-Holstein), petite ville du nord de l’Allemagne située à la frontière avec le Danemark.

Sauf énorme surprise, Andrea Nahles devrait l’emporter avec une nette avance. Mais de combien ? C’est toute la question. Un score inférieur à 75 % serait vu comme un revers. En 2015, après sept années à la tête du SPD, Sigmar Gabriel, alors ministre de l’économie, avait été réélu avec 74,3 % des voix. Ce résultat décevant l’avait affaibli au point qu’il dut se résigner, un an plus tard, à passer la main à Martin Schulz.

Pour autant, Andrea Nahles sait qu’un score à l’albanaise ne serait pas forcément de très bon augure. Tout le monde se souvient en effet qu’il y a un an, le 19 mars 2017, M. Schulz avait été élu président du SPD avec 100 % des voix, du jamais vu. Or cela ne l’a pas empêché, le 24 septembre, d’essuyer la pire débâcle jamais subie par le SPD à des élections législatives (20,5 %). Puis de démissionner, en février, après onze mois seulement à la tête du parti.

Le SPD continue de plonger dans les sondages

Première femme à présider le SPD, Andrea Nahles sera-t-elle la première chancelière sociale-démocrate de l’histoire de l’Allemagne ? Ses ambitions sont connues depuis longtemps. Etudiante, cette fille de maçon née en 1970 près de Coblence (Rhénanie-Palatinat) disait déjà qu’elle se voyait « femme au foyer ou chancelière ».

Depuis, son parcours ressemble à une longue marche vers les sommets du pouvoir : présidente des « Jusos » (Jeunes socialistes) de 1995 à 1999, députée presque sans interruption depuis 1998, secrétaire générale du SPD de 2009 à 2013, ministre du travail de 2013 à 2017, présidente du groupe SPD au Bundestag depuis six mois, elle pourrait donc être, dimanche soir, à la tête de son parti. Un CV qui en fait une candidate solide pour la chancellerie.

Mais elle n’en est pas encore là. Pour espérer succéder un jour à Angela Merkel, avec qui elle s’est plutôt bien entendue quand elle fut sa ministre, Andrea Nahles doit en effet d’abord reconstruire un SPD électoralement affaibli et idéologiquement anémié.

Dans les derniers sondages, celui-ci continue de plonger. En cas de nouvelles élections législatives, le SPD n’obtiendrait ainsi que 17 % à 18 % des voix, soit à peine trois points de plus que le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD). Loin, très loin derrière les conservateurs de la CDU-CSU qui, de leur côté, recueilleraient 32 % des voix, ce qui leur permettrait de conserver la chancellerie.

Volte-face

Pour redonner des couleurs au SPD, Andrea Nahles ne manque pas d’atouts : en plus de son expérience, elle peut miser sur son éloquence. De l’avis général, elle est aussi l’une des meilleures oratrices du parti. Si la subtilité n’est pas la première de ses qualités, chacun lui reconnaît ainsi la capacité de réveiller les auditoires les plus alanguis.

Elle en avait fait la démonstration au congrès de Bonn, le 21 janvier. De l’avis général, le discours qu’elle prononça ce jour-là a joué un rôle important – sinon décisif – dans le choix des délégués qui, à une courte majorité, se sont finalement décidés à voter pour la reconduction d’une « grande coalition » entre le SPD et la CDU-CSU.

Mais ces qualités suffiront-elles ? Rien n’est moins sûr car la crise du SPD est plus structurelle que personnelle. Or, de ce point de vue, Andrea Nahles en incarne toutes les contradictions. Après la débâcle du parti aux législatives, et alors que M. Schulz avait assuré que le SPD retournerait dans l’opposition, elle avait prévenu Angela Merkel et ses amis qu’elle leur « en mettrait plein la gueule ».

Après avoir été ministre pendant quatre ans dans un cabinet dominé par les conservateurs, elle semblait alors avoir retrouvé la fougue de sa jeunesse, quand elle incarnait l’aile gauche du SPD, prête à fulminer à la moindre occasion contre Gerhard Schröder, chancelier de 1998 à 2005, coupable à ses yeux de conduire une politique trop libérale.

Cette radicalité retrouvée ne dura que quelques semaines. Deux mois après les élections, la CDU-CSU échoua à former une coalition avec les libéraux et les écologistes. Contrairement à ce qu’il avait promis, M. Schulz se résolut à négocier le retour du SPD au gouvernement. Et Andrea Nahles fut la première à le suivre dans cette volte-face.

Schizophrénie

Or, à la tête du SPD, elle restera empêtrée dans de telles contradictions. En effet, personne n’imagine qu’elle se positionne en opposante d’un gouvernement auquel participe la formation qu’elle préside. D’un autre côté, les résultats des dernières élections ont montré que les sociaux-démocrates n’avaient rien à gagner en se montrant trop proches de la CDU-CSU et en siégeant au gouvernement à leur côté.

A la différence de M. Gabriel, Andrea Nahles ne cumulera pas les fonctions de ministre et de présidente du parti. Sa schizophrénie sera donc moindre. Il n’empêche. Sa mission n’en reste pas moins compliquée puisqu’il s’agit, pour elle, de préparer les conditions d’une victoire sur les conservateurs tout en présidant un parti qui continue de gouverner avec eux.

De ce point de vue, sa relation avec Olaf Scholz, vice-chancelier et ministre des finances, sera décisive. Jusque-là, ils se sont assez bien entendus, l’ancien maire de Hambourg, taiseux et distant par rapport à la base du parti, formant un alliage assez complémentaire avec l’ex-chef des « Jusos », femme d’appareil au caractère éruptif.

Mais le nouveau numéro deux du gouvernement d’Angela Merkel acceptera-t-il facilement de voir Andrea Nahles lui passer devant et, le jour venu, briguer elle-même la succession de la chancelière ? La question n’est pas à l’ordre du jour du congrès de dimanche à Wiesbaden. Mais, compte tenu de ce que furent les guerres de chefs au SPD depuis une dizaine d’années, ne pas se la poser serait un signe de naïveté.