[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Nicaragua. Un tournant politique et social

Brève publiée le 24 avril 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://alencontre.org/ameriques/amelat/nicaragua/nicaragua-un-tournant-politique-et-social-dans-le-cadre-de-nouveaux-rapports-de-forces.html

Par Oscar-René Vargas

Plus de 100’000 personnes ont participé à la marche du lundi 23 avril à Managua [1]. Sans la participation des citoyens d’autres départements du pays et sans disposer de ressources.

Quand la marche arriva dans le quartier de Bello Horizonte, il y avait encore des gens qui attendaient au point de départ, sur la Rotonda Cristo Rey (Santo Domingo); certains sont arrivés jusqu’à l’Université Polytechnique (UPOLI). Il y avait des milliers et des milliers de personnes, certaines vêtues de noir en mémoire des manifestants tués.

La résistance des étudiants à la répression gouvernementale dans l’UPOLI était devenue le bastion de la lutte du mouvement social. Il était donc important que la manifestation se dirige vers ce secteur.

Des marches ont également eu lieu simultanément dans les villes de León, Estelí, Jinotepe, Bluefields et Matagalpa. D’après des photos reconnues, nous pouvons dire que qu’elles étaient importantes. Je ne connais pas le nombre de mobilisations dans les départements. Mais sans crainte de se tromper, quelque 250’000 personnes se sont mobilisées dans tout le pays.

Les éléments sociologiques et politiques à retenir sont les suivants.

  1. La grande majorité des participant·e·s étaient des jeunes de moins de 30 ans. Au moins 50% des manifestants étaient des femmes.
  2. Les partis politiques traditionnels, «parasites», n’ont pas eu de présence ou d’influence significative sur le développement des événements. Ils n’ont aucune force dans le mouvement social émergent.
  3. Les slogans dominants au cours de la marche étaient: fin à la répression, soutien aux étudiant·e·s, condamnation des assassinats, Ortega et Somoza sont les mêmes, non à la corruption, policiers assassins, élimination des forces répressives spéciales, le peuple uni ne sera jamais vaincu, etc.
  4. Tout ce qui précède corrobore notre analyse selon laquelle le mouvement social était à un stade de gestation et qu’à un moment donné, il allait émerger sur la scène politique nationale.
  5. Le défi pour le mouvement social est de se donner un leadership représentatif qui a la capacité de continuer à unifier le mécontentement social qui s’est manifesté.
  6. Sans un leadership représentatif et visible, il est à craindre que le mouvement social ne s’oriente vers la dispersion ou l’anarchie.
  7. Une réunion précoce des responsables de jeunesse est nécessaire pour établir une stratégie à suivre et pour faire connaître les mesures tactiques à prendre.
  8. Il faut reconnaître que le mouvement social ne peut se maintenir sans un leadership reconnu par tous et toutes.
  9. Ortega-Murillo [le président Daniel Ortega et sa femme, vice-présidente, Rosario Murillo] a été défait politiquement et socialement. Ils sont isolés. Ils ont perdu le contrôle de la rue. L’esprit de la marche était celui du rejet du couple présidentiel étant donné leur manque total de respect de la vie et des droits des citoyens.
  10. En raison de l’ampleur des mobilisations sociales et du degré de répression exercée par le gouvernement Ortega-Murillo, les différents pouvoirs réels ont changé de position. En d’autres termes, il existe un processus dynamique de mise en place d’une nouvelle corrélation des forces.
  11. Les grands hommes d’affaires se distancient, mais sans rompre avec le gouvernement. Le pacte Ortega-COSEP [Consejo Superior de la Empresa Privada] se dilue, il y a différentes voix au sein du secteur privé. Selon moi, le président du COSEP, Chano Aguerri, n’était plus le représentant des différents secteurs du monde des affaires.
  12. La majorité des évêques de l’Eglise catholique a cessé d’être un acteur absent de la scène national et a décidé de soutenir le mouvement social.
  13. Le parti gouvernemental est immobilisé. La séparation entre les anciens cadres [«sandinistes»] l’a laissé sans capacité de réponse. C’est pourquoi le gouvernement a eu recours à des forces de choc (lumpen), sans base sociale.
  14. Les syndicats pro-gouvernementaux ont démontré leur incapacité à mobiliser la base qu’ils prétendent représenter. La question de la contre-réforme de l’INSS (Institut nicaraguayen de sécurité sociale), la répression et l’assassinat des étudiants, l’inexistence de toute légitimité des dirigeants, tout cela les a conduits à la paralysie.
  15. Le gouvernement ne peut pas compter sur le soutien des travailleurs de l’Etat, car bien qu’ils ne se soient pas prononcés publiquement en faveur du mouvement social, ils ne constituent pas non plus une base sociale inconditionnelle.
  16. Bien qu’il garde le contrôle des médias, il a perdu son influence en raison de l’existence des réseaux sociaux. Ceux-ci ont été le moyen utilisé pour être informé des événements au cours de ces derniers jours.
  17. Sur le plan international, la question du Nicaragua et la crise politique dont souffre le gouvernement Ortega-Murillo se trouvent exposés dans les principaux médias écrits et électroniques. Le gouvernement a perdu l’invisibilité internationale qui lui avait profité. Désormais, les médias chercheront à mettre au jour le pourquoi et les causes de l’explosion sociale.
  18. Le gouvernement Ortega-Murillo commencera à être décrit comme une dictature familiale, semblable à celle de la famille Somoza. Cela nuira à l’appui international reçu de la part de gouvernements et de la «gauche internationale».
  19. Les Etats-Unis, l’Union européenne et divers pays d’Amérique latine se sont prononcés en faveur de la fin de la répression et du rétablissement de la démocratie.
  20. Les différentes branches du gouvernement (judiciaire, Conseil suprême électoral, législatif et contrôle de l’administration et des finances) sont mises en question par le mouvement social. Elles ont donc perdu le peu de légitimité qu’elles conservaient encore.
  21. La corruption du gouvernement était un autre problème qui échappait aux médias internationaux. Le thème de l’enrichissement inexplicable de nombreux fonctionnaires municipaux et centraux a été présent dans les mobilisations sociales.
  22. La police est l’institution la plus critiquée par la population pour ses actions répressives et pour les tueries perpétrées. Il y a une revendication générale: la démission des chefs de la police Aminta Granera et Francisco Díaz. L’un des plus gros problèmes sera de savoir comment nettoyer cette institution pour la rendre sûre aux yeux de la population.
  23. L’armée a été un peu en marge du conflit. Les voix des anciens dirigeants de l’armée (Humberto Ortega et Joaquín Cuadra) ont joué un rôle pour qu’Ortega n’utilise pas cette institution à des fins répressives. Cependant, Ortega l’a utilisée pour sauvegarder différentes institutions étatiques.
  24. Jusqu’à ce jour, le 24 avril 2018, on peut dire que la situation est la suivante: socialement, le gouvernement Ortega-Murillo est isolé, sans soutien; économiquement, la situation tend à se détériorer, ce qui entraînera un plus grand mécontentement; sur le plan international, le pouvoir est plus isolé que jamais; politiquement, cette situation favorise l’absence de leadership visible et unificateur pour le moment.
  25. Cependant, le gouvernement Ortega-Murillo est plus vulnérable que jamais au cours des douze dernières années (2007-2018).
  26. La lutte immédiate est pour la libération de tous les prisonniers politiques et pour que les hôpitaux publics soignent les blessés.
  27. Les revendications les plus importantes sont: la formation d’un gouvernement provisoire avec représentation des jeunes, des universitaires honnêtes, d’autres secteurs de la société civile (femmes, paysans luttant contre le projet de canal inter-océanique, mineurs [dans le secteur aurifère, entre autres]).
  28. La création d’une Commission Vérité pour enquêter et punir les responsables des crimes et meurtres de 30 citoyens, ainsi que la corruption des fonctionnaires.
  29. Demander aux secteurs honnêtes de l’armée et de la police de soutenir le gouvernement provisoire.
  30. L’objectif d’un gouvernement intérimaire serait, entre autres, de changer la logique de l’Etat voleur [Estado-Botin, Etat-butin], d’abolir le système autoritaire actuel, d’éliminer l’impunité omniprésente de la classe politique, de défendre les ressources naturelles (forêts, eau, biodiversité) et de lutter pour réduire les inégalités sociales. (Managua, le 24 avril 2018; article envoyé par l’auteur; traduction A l’Encontre)

____

[1] Depuis le mois de juin 2017, le FMI faisait «connaître» au gouvernement du président Daniel Ortega et de la vice-présidente Rosario Murillo la nécessité de réorganiser la gestion des dépenses de l’Institut de sécurité sociale. Cela d’autant plus que l’utilisation des fonds était tout sauf transparente et que divers projets d’investissement mégalomanes avaient un fort goût de corruption. De plus, les aides du Venezuela ne faisaient que se réduire depuis deux ans. La contre-réforme pilotée par le gouvernement impliquait une baisse des retraites de 5% et une augmentation des cotisations des salariés et aussi des employeurs, ceci dans le but de capter un montant à hauteur de 250 millions de dollars. Les manifestations contre cette réforme ont pris une grande ampleur dès le 20 avril. Elles ont été qualifiées par la vice-présidente comme des actions quasi criminelles visant «à briser la paix et l’harmonie». Cette qualification ne pouvait que conduire au déchaînement d’une violente répression correspondant au mépris du gouvernement pour la population. Le nombre de morts – 30 – révèle à la fois la violence répressive et le caractère du gouvernement Ortega-Murillo. Les manifestations n’ont pas cessé. Le 22 avril, Ortega a été contraint de reculer et proposer l’ouverture de négociations. Le 23 avril, des manifestations, encore plus amples, avaient lieu dans l’ensemble du pays. Oscar René Vargas établit ici les causes de cette situation – dont plusieurs se retrouvent dans le cadre de ses articles publiés sur ce site – et les revendications propres au mouvement social, ainsi que les objectifs politiques qui peuvent, peut-être, émerger de cette mobilisation. (Rédaction A l’Encontre)