[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Brève occupation du lycée Charlemagne contre Parcousup

étudiants ParcourSup selectionbac2018

Brève publiée le 1 juin 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Le lycée a été occupé ce vendredi soir, avant que les CRS interviennent et évacuent le lycée (pas d'arrestation)

(afp) Plusieurs dizaines de personnes ont brièvement occupé aujourd'hui le prestigieux lycée Charlemagne à Paris pour protester contre la réforme de l'enseignement supérieur, avant d'en être évacuées dans le calme, a-t-on appris de sources concordantes. Présents à l'intérieur de l'établissement situé au coeur de la capitale, une quarantaine de lycéens avaient déployé des banderoles aux fenêtres afin de dénoncer notamment la mise en place de la nouvelle plateforme d'admission post-bac Parcoursup, a indiqué à l'AFP le secrétaire général de la CGT Benoît Martin, présent sur place.

Cette plateforme est accusée par ses détracteurs d'instaurer un système de sélection déguisée à l'entrée à la fac, une affirmation rejetée par le gouvernement. Quelque 810.000 élèves s'y sont inscrits et près de 240.000 d'entre eux étaient vendredi toujours en attente d'une affectation. Dépêchées sur place, les forces de l'ordre ont évacué ce lycée qui affiche un taux de réussite au bac de près de 100% et qui compte parmi ses anciens élèves Léon Blum, Balzac et Lionel Jospin.

L'évacuation s'est déroulée dans le calme et sans incident et les forces de l'ordre n'ont procédé à aucune interpellation, a indiqué à l'AFP la préfecture de police. Aucune dégradation n'a été constatée à l'intérieur de l'établissement, selon cette source. Le 22 mai, 102 personnes avaient été interpellées après avoir fait irruption dans le lycée Arago (XIIe arrondissement), peu après la dispersion d'une manifestation de fonctionnaires. Quatorze mineurs avaient par la suite été déférés devant le juge des enfants, provoquant la colère des parents et des critiques de plusieurs responsables politiques à gauche.