[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Une nouvelle vidéo fragilise la défense de Benalla

    Benalla

    Brève publiée le 30 juillet 2018

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (France info) Ces images mettent à mal la stratégie de défense d'Alexandre Benalla. Il affirmait dans le JDD dimanche 29 juillet qu'il s'était cantonné au rôle d'observateur au Jardin des Plantes à Paris.

    Alexandre Benalla et Vincent Crase sont-ils intervenus aux côtés des forces de l'ordre en marge de la manifestation du 1er-Mai à Paris ?

    Dans une vidéo que franceinfo et Mediapart se sont procurée lundi 30 juillet, on peut voir deux hommes ressemblant fortement à Alexandre Benalla et Vincent Crase traîner un manifestant dans le Jardin des Plantes, avant les évènements de la place de la ContrescarpeLibération avait déjà révélé vendredi que deux plaintes avaient été déposées par deux manifestants pour violences lors des événements du Jardin des Plantes - ce dont franceinfo a eu confirmation.

    Alexandre Benalla, Vincent Crase et Philippe Mizerski mis en cause

    Un jeune homme et une jeune femme disent avoir été victimes de violences, vidéo à l'appui. Sur cette première vidéo, on distingue trois personnes qui "ressemblent fortement" à Alexandre Benalla, Vincent Crase et  Philippe Mizerski, avait indiqué l'avocat de la jeune femme, Grégory Saint-Michel, vendredi à franceinfo.

    Dans une interview donnée ce dimanche au JDD, après les révélations deLibération, Alexandre Benalla a démenti avoir participé à une quelconque interpellation au Jardin des Plantes. "J'étais derrière les policiers en tant qu'observateur, on peut le voir distinctement, je n'ai ni casque, ni brassard, ni radio", assurait-il au Journal du Dimanche. Ce que cette nouvelle vidéo semble donc contredire.

    Une enquête ouverte par le parquet de Paris

    Lundi 30 juillet, le parquet de Paris a ouvert une enquête sur les chefs d'accusation de violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique, d'usurpation de signes réservés à l'autorité publique, d'immixtion dans l'exercice d'une fonction publique, d'atteinte arbitraire à la liberté individuelle, de dégradation volontaire d'un bien en l'espèce d'une vidéo et d'introduction frauduleuse dans un système de traitement de données personnelles.

    Voir toutes les vidéos