[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Incroyable ! Benalla mandaté par l’Élysée malgré son contrôle judiciaire

    Benalla

    Brève publiée le 2 août 2018

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lepoint.fr/politique/exclusif-alexandre-benalla-a-t-il-vraiment-ete-mis-a-pied-27-07-2018-2239696_20.php

    L'ex-chargé de mission s'est rendu à la PJ à bord d'un véhicule de l'Élysée. Huit jours plus tard, il a tenté de le récupérer à la fourrière, mandaté par... l'Élysée.

    Le 20 juillet, deux jours après les révélations du Monde sur l'affaire Benalla, le jour même de sa mise à pied par l'Élysée, le jeune garde du corps de 26 ans était encore au volant d'un véhicule de la flotte présidentielle. La RenaultTalisman, immatriculée EY-196-VZ, gérée par le commandement militaire du palais de l'Élysée, dirigé par le général Éric Bio-Farina, était garée en stationnement gênant sur le trottoir d'une rue adjacente au tribunal de grande instance, dans le quartier des Batignolles. Ce jour-là, l'ex-chargé de la sécurité présidentielle se rendait en effet à une convocation de la PJ dans ses nouveaux locaux du 17e arrondissement de Paris.

    C'est donc à bord de ce véhicule que le chargé de mission auprès du sous-préfet François-Xavier Lauch, chef de cabinet de la présidence, a déféré à sa convocation. Mais le jeune homme n'a décidément pas de chance : après 36 heures de garde à vue suivie de sa mise en examen, il ne retrouve pas la voiture : malgré son gyrophare deux tons et son pare-soleil estampillé « police », elle a été embarquée, direction la fourrière Chevaleret, dans le sud de la capitale.

    Une procuration du commandement militaire de l'Élysée

    Huit jours et près de 500 euros de frais d'amende et de garde plus tard, c'est Alexandre Benalla en personne qui s'est présenté pour retirer la Renault présidentielle. Il était bien mandaté par le commandement militaire basé au sein du palais présidentiel, contrairement aux dénégations très vigoureuses que nous avait alors faites l'Élysée. Sur ordre du général Bio-Farina, c'est le chef d'escadron Jean-Luc Minet, commandant militaire en second de la présidence de la République, qui a fait parvenir une procuration avec sa pièce d'identité afin qu'Alexandre Benalla, pourtant mis à pied depuis huit jours, remplisse cette mission.

    Alerté de la présence de Benalla à la fourrière, le magistrat instructeur avait aussitôt saisi la police judiciaire. Ce qui a permis aux enquêteurs du « 36 » de perquisitionner la voiture officielle.

    « Le juge de la liberté et de la détention aurait dû être saisi »

    En agissant de la sorte, l'Élysée et Alexandre Benalla ont violé les règles du contrôle judiciaire qui interdit au bodyguard du président d'exercer une mission de service public. Interrogé, le parquet de Paris ne voit aucun problème dans le fait que le commandement militaire chargé de la sécurité du Palais de l'Élysée passe par Benalla pour récupérer un véhicule officiel. Et ne croit pas que les gendarmes de l'Élysée aient voulu soustraire le véhicule à la curiosité de la police judiciaire.

    Ce n'est pas l'avis des protagonistes de ce dossier d'instruction : « Être missionné par le commandement militaire de l'Élysée peut s'apparenter à une mission de service public. Le juge de la liberté et de la détention aurait dû être saisi. Pas pour qu'Alexandre Benalla aille en prison [ce qui est prévu en cas de non-respect du contrôle judiciaire, NDLR] mais pour démontrer que la justice traite tous les mis en cause à égalité. »

    Ce n'est pas la première fois que l'Élysée reste à la manœuvre pour assister son ex-chargé de mission, pourtant mis à pied depuis le 20 juillet.

    De même, l'organisation de son interview parue dans Le Monde pouvait laisser songeur. C'est Michèle Marchand, chargée de l'image du couple présidentiel, qui a présenté Marc Francelet au chargé de mission du chef de cabinet du président de la République. La papesse des paparazzis connaît l'ex-barbouze Francelet de longue date. Tous deux ont eu pour clients communs, entre autres, Johnny Hallyday ou bien, plus récemment, Zahia, le « cadeau d'anniversaire  » de Franck Ribéry alors qu'elle était mineure. Leur mission : valoriser et défendre leur image dans les médias.