[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Une "marée rouge" décime la population aquatique en Floride

écologie USA

Brève publiée le 17 août 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.anti-k.org/2018/08/16/une-maree-rouge-decime-la-population-aquatique-de-la-cote-ouest-de-la-floride/

Les autorités ont décrété l’état d’urgence en Floride, où une « marée rouge » dévastatrice noircit l’eau de mer et tue dauphins, tortues marines et poissons à un rythme effréné.

Rien que ce mois-ci, plus de cent tonnes d’animaux marins ont été ramassées sur des plages désertes et empestées par une odeur nauséabonde autour de la ville de Sarasota, sur la côte ouest de la Floride, normalement très prisée des touristes.

Depuis le 7 août, douze dauphins se sont échoués sur le rivage du comté, tous morts, un bilan équivalent à celui d’une année entière normalement.

« C’est physiquement et mentalement épuisant », lâche Gretchen Lovewell, du Mote Marine Laboratory, en charge d’une équipe recueillant les tortues et les mammifères marins en détresse ou décédés.

La marée rouge, « red tide » en anglais, est un phénomène naturel provoqué par le Karenia brevis, un organisme unicellulaire microscopique surtout présent dans le Golfe du Mexique. Il relâche une neurotoxine puissante pouvant se propager dans l’air, causant migraines, toux et crises d’asthme chez l’homme.

Le Karenia brevis se retrouve tout au long de l’année en faible quantité. Mais si ces organismes se multiplient, le péril est grand pour les animaux. Les tortues marines et les lamantins risquent de respirer leurs neurotoxines ou de mourir en ayant mangé des poissons ou des algues infectés.

– Il s’appelait Speck –

Le dauphin Speck, photographié le 2 décembre 2015 par le programme de recherche sur le dauphin de Sarasota, a été retrouvé mort le 12 août 2018 ( Sarasota Dolphin Research Program/AFP / HO )

Dimanche, Le dauphin Speck, photographié le 2 décembre 2015 par le programme de recherche sur le dauphin de Sarasota, a été retrouvé mort le 12 août 2018 ( Sarasota Dolphin Research Program/AFP / HO )près de Siesta Key, classée parmi les plus belles plages des Etats-Unis, Mme Lovewell a été appelée pour récupérer un dauphin en décomposition.

Il s’appelait Speck. Il avait 12 ans. Ce mâle avait été aperçu au moins 300 fois par des chercheurs qui suivent avec attention plusieurs générations de grands dauphins sauvages dans la baie de Sarasota.

« C’était bouleversant », raconte Randall Wells, directeur du programme de recherches sur le dauphin de Sarasota.

Le scientifique sort une carte attestant de tous les endroits où Speck a été aperçu par les chercheurs ces dernières années.

La mère et la grand-mère du dauphin avaient également été suivies à la trace. Elles sont mortes en avalant du matériel de pêche.

« Speck, on le connaissait depuis sa naissance », se remémore Wells. « On lui avait donné le nom de mon père. »

Les scientifiques soupçonnent la marée rouge d’être responsable de la mort de ce cétacé. Il faudra attendre les résultats du laboratoire, dans les prochaines semaines, pour s’en assurer.

Le phénomène qui touche actuellement la Floride a débuté en octobre 2017, mais il s’est largement accentué ces dernières semaines, se propageant sur la côte ouest de l’Etat, de Tampa à Naples, sur une distance de 320 kilomètres.

L’agriculture industrielle et un mauvais traitement des déchets peuvent favoriser la prolifération des algues toxiques, bleues ou vertes, un autre problème qui touche les eaux de Floride. Et il en serait de même pour la marée rouge, selon des experts.

– Le tourisme en souffre –

L’odeur du poisson en décomposition a fait mal à l’économie locale, privée de millions de dollars des revenus provenant de la pêche et du tourisme en haute saison.

« Notre vie, c’est le tourisme ici dans le sud-ouest de la Floride », se lamente Omar Botana, propriétaire d’un commerce de location de bateaux à Bonita Springs, au nord de Naples.

« Ca a touché notre commerce à hauteur de 40% je dirais », confie-t-il.

Les riverains touchés espèrent que des mesures vont être prises, comme la construction de lacs de retenue afin de traiter l’eau, ou une utilisation réduite d’engrais favorisant la prolifération d’algues nuisibles.

Après la dernière marée rouge d’envergure, en 2005-2006, les dauphins avaient continué à en souffrir, note Randall Wells.

Seuls deux dauphins auraient été tués à l’époque à cause des toxines. Mais de très nombreux poissons étaient morts, poussant les cétacés affamés à se rabattre sur les filets de pêche, qui représentent pour eux un risque conséquent.

Résultat de recherche d'images pour "Karenia brevis"                             la-jolla-red-tide-780


Le Karenia brevis

À propos de Florida Red Tides

http://myfwc.com/r

Les marées rouges de Floride se produisent presque chaque année dans le golfe du Mexique et peuvent nuire aux animaux marins et aux humains.

Image au microscope électronique à balayage de Karenia brevis, l'organisme de la marée rouge de FlorideMarée rouge au large de Johns Pass, Floride

Les marées rouges, également appelées proliférations d’algues nuisibles, se produisent lorsque les algues microscopiques se multiplient à des concentrations supérieures à la normale, décolorant souvent l’eau. Bien que plus de 50 espèces d’HAB soient présentes dans le golfe du Mexique, l’une des espèces les plus connues est Karenia brevis , l’organisme à marée rouge de Floride. Karenia brevis se trouve toute l’année à des concentrations de fond de 1 000 cellules par litre ou moins. Chaque cellule a généralement une longueur de 20 à 45 micromètres et une profondeur de 10 à 15 micromètres. Il comporte deux appendices appelés « flagelles » qui les propulsent et les dirigent dans l’eau à une vitesse d’un mètre par heure. Dans les eaux de Floride, K. brevisprospère dans les zones à forte salinité (teneur en sel) mais peut tolérer un large éventail de salinités et de températures. L’espèce forme des floraisons presque monospécifiques (une seule espèce) en dépassant ou en excluant d’autres espèces de phytoplancton.

poisson de marée rouge tuer

Karenia brevis produit des brevetoxines capables de tuer les poissons, les oiseaux et d’autres animaux marins. Les brevétoxines peuvent également causer des problèmes de santé chez l’homme, y compris une irritation respiratoire lorsque l’action des vagues brise les cellules ouvertes et que les toxines deviennent aéroportées. Les personnes qui consomment des fruits de mer contaminés par des brevetoxines peuvent souffrir d’une intoxication neurotoxique par les mollusques.

La floraison de K. brevis affecte également l’économie de la Floride. Les communautés côtières qui dépendent du tourisme perdent des millions de dollars lorsque des poissons morts se lavent sur les plages ou que les amateurs de plage ressentent une irritation des yeux et des voies respiratoires, et que les entreprises de conchyliculture perdent leur revenu. Une étude de trois proliférations de marées rouges survenues dans les années 1970 et 1980 a estimé que les pertes de chacun se situeraient entre 15 et 25 millions de dollars.

Les proliférations de Karenia brevis se produisent presque chaque année dans le golfe du Mexique, généralement à la fin de l’été ou au début de l’automne. Ils sont plus communs au large des côtes centrales et sud-ouest de la Floride, entre Clearwater et l’île Sanibel, mais peuvent se trouver n’importe où dans le golfe. Les floraisons sont moins courantes mais se produisent le long de la côte sud-est de l’Atlantique, au nord jusqu’à la Caroline du Nord. La plupart des floraisons durent de trois à cinq mois et touchent des centaines de kilomètres carrés, mais elles peuvent se poursuivre de façon sporadique pendant 18 mois, affectant des milliers de kilomètres carrés.

Avant le début des années 1970, on pensait que les marées rouges de la Floride venaient de la côte car les fleurs et les irritations respiratoires étaient le plus souvent observées d’abord autour des passes et des îles-barrières. Nous savons maintenant que les marées rouges de la Floride commencent dans des eaux pauvres en éléments nutritifs situées entre 18 et 74 kilomètres au large.

Floraison en Floride

Les fleurs se développent en quatre étapes. L’étape d’initiation se produit lorsqu’une population de K. breviss’accumule et se déplace dans une zone. Au cours de la deuxième étape, la croissance augmente régulièrement. En quelques semaines, les concentrations de K. brevis peuvent être suffisamment élevées pour tuer les poissons. La troisième étape est l’entretien, au cours duquel le vent et les courants contrôlent le mouvement de la floraison. Si la prolifération se déplace vers la côte, le ruissellement d’éléments nutritifs provenant de la terre peut favoriser l’expansion de la floraison. Une floraison peut persister dans les zones côtières pendant des jours, des semaines ou même des mois. La quatrième étape est la dissipation ou la résiliation. Au cours de cette étape, des mécanismes tels que les vents et les courants dispersent les cellules, introduisent de nouvelles masses d’eau qui réduisent la concentration des cellules de K. brevis ou déplacent la fleur dans une zone différente.

Les biologistes ont documenté la présence et l’abondance de K. brevis pendant plus de 50 ans, au cours desquels les technologies de détection et de surveillance ont radicalement changé. Pour surveiller et suivre les proliférations de K. brevis , le groupe HAB combine l’échantillonnage et le dénombrement de l’eau (dénombrement cellulaire), les outils moléculaires, l’analyse des toxines, la détection par imagerie satellitaire et les modèles prédictifs du mouvement des proliférations. Les données générées par l’échantillonnage environnemental traditionnel, combinées aux données générées par de nouvelles approches telles que la télédétection et la modélisation, peuvent donner aux scientifiques la capacité de prévoir les marées rouges et d’atténuer potentiellement leurs effets.