[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Un Français sur trois renonce à se faire soigner pour des raisons financières

santé

Brève publiée le 9 octobre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://m.20minutes.fr/amp/a/2351263

Si certains Français n’ont pas renoncé aux soins, 1 sur 5 avoue avoir eu des difficultés pour payer leurs frais de santé, lors des douze derniers mois…

Certains soins sacrifiés par les Français. Selon un sondage CSA réalisé pour Cofidis, au cours des douze derniers mois, un Français sur trois a renoncé à des soins médicaux, faute de moyens financiers. Pour la majorité d’entre eux, c'est le reste à charge qui est en cause.

Si 30 % des personnes interrogées ont avoué avoir renoncé à se faire soigner cette année, le chiffre monte à 41 % chez les ouvriers et à 36 % chez les moins de 35 ans (36 %). A l’inverse, 81 % des cadres et professions libérales, 78 % des retraités et 73 % des 35 ans et plus ont répondu non.

Les soins dentaires sacrifiés en premier

Si les Français sacrifient certains soins, c’est souvent à cause d’un reste à charge « trop élevé » (51 %). Près 38 % des sondés expliquent qu’ils ont renoncé par manque de moyens pour avancer les honoraires ou les dépassements, et 29 % d’entre eux avancent une « couverture mutuelle » insuffisante. Si certains n’ont pas renoncé aux soins, ils sont 2 personnes sur 10 à avouer avoir eu, au cours de l’année, des difficultés pour payer leurs frais desanté.

Et certains soins sont davantage sacrifiés que d’autres : 67 % des personnes interrogées confirment avoir renoncé ou avoir eu des difficultés financières lorsde soins dentaires, 34 % pour les soins d’optique et 16 % pour les actes pratiqués par des médecins spécialistes. Les deux tiers des sondés (67 %) ont déjà « entendu parler du "reste à charge zéro" pour les lunettes, les soins dentaires et les appareils auditifs initiés par le gouvernement », qui devrait entrer en vigueur en 2021. Selon 9 personnes sur 10, cette mesure aura un impact sur le coût des mutuelles.