[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Henri Lefebvre et la Commune de 1871

histoire

Brève publiée le 13 octobre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.zones-subversives.com/2018/09/henri-lefebvre-et-la-commune-de-1871.html

La Commune incarne la révolte ouvrière contre l'Etat central. Cette insurrection permet de repenser la stratégie révolutionnaire.

La Commune de 1871 reste un des moments révolutionnaires les plus emblématiques. Cette révolte fait l’objet de réflexions avant le mouvement de Mai 68. Le philosophe marxiste Henri Lefebvre et les situationnistes échangent leurs analyses sur la Commune. Comprendre l’échec et les potentialités des révoltes historiques doit permettre de réinventer la révolution.

Les situationnistes insistent sur « l’impression des insurgés d’être devenus les maîtres de leur propre histoire, non au niveau de la décision politique "gouvernementale" qu’au niveau de leur vie quotidienne ». Les réflexions sont alimentées par la critique de la vie quotidienne. « La Commune a été la plus grande fête du XIXe siècle », affirment les situationnistes. Cette insurrection reflète également une critique de l’urbanisme. L’appropriation sociale de l’espace et la transformation de la vie quotidienne sont les deux aspects majeurs de cette révolte. Henri Lefebvre analyse aussi la Commune comme un moment de double pouvoir. La légitimité s’oppose à la légalité. Henri Lefebvre propose ses réflexions dans le livre La proclamation de la Commune.

                      La proclamation de la commune 26 mars 1871

Interprétations de la Commune

La Commune de Paris s’oppose au régime du Second empire qui s’ouvre avec le coup d’Etat du 2 décembre 1852. Karl Marx, dans Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, décrit cette période. L’analyse économique et sociologique permet de comprendre les failles de la société française. L’Etat veut tout contrôler mais ne résout aucun problème.

Henri Lefebvre, influencé par les situationnistes, insiste sur la dimension festive de la Commune. Cette révolte exprime un désir de liberté. L’action humaine est guidée par une conscience historique, liée à une conscience de classe. Ensuite, une vision de l’avenir et un horizon utopique fondent l’activité révolutionnaire. Contre le marxisme orthodoxe qui réduit les événements à une dimension économique, Henri Lefebvre valorise la liberté et l’utopie. « Une révolution constitue selon nous un phénomène total, à la fois économique, sociologique, historique, idéologique, psychologique, etc. », estime Henri Lefebvre.

Les interprétations de la Commune sont diverses. Les réactionnaires réduisent cette révolte à un complot fomenté par l’Association internationale des travailleurs (AIT). Les républicains et les modérés décrivent un mouvement patriotique sans caractère de classe et un mouvement démocratique petit-bourgeois. Parmi les partisans de la Commune, des participants proposent leur témoignage. Ces textes deviennent des sources importantes, mais ne sont pas des écrits historiques. Ils ignorent les analyses de Marx et ne proposent pas une réflexion globale sur les événements.

Léon Trotsky, dans sa préface au livre de C .Talès, propose des analyses historiques. En bon bolchevique, il estime qu’un parti et des chefs auraient pu guider les masses. De manière plus pertinente, il compare le Comité central de la garde nationale à un soviet. Mais, loin d’être directement élu par les masses, ce Comité comprend des petits bourgeois qui développent une approche parlementariste. Ils refusent de remettre en cause le pouvoir légal réunit à Versailles. Léon Trotsky a le mérite d’analyser les causes de l’échec de la Commune et de poser la question stratégique. Mais il se contente de plaquer un modèle figé sans tenter de comprendre la dynamique politique des événements. Les limites de la Commune permettent surtout au chef de l’Armée rouge de valoriser le modèle autoritaire de la révolution bolchevique.

 

Causes de la Commune

L’insurrection de la Commune s’explique par des causes sociales. Les ouvriers vivent dans la misère et ne cessent de s’appauvrir. Dans les grandes usines, comme au Creusot, une solidarité ouvrière se crée. De nombreuses grèves éclatent. La lutte des bronziers devient emblématique.

Le bonapartisme s’appuie sur la bureaucratie et l’appareil d’Etat. « Cet Etat s’érige au-dessus de la société et devient la merveilleuse proie que se disputent les fractions de classe dirigeantes, au nom de leurs intérêts propres », analyse Henri Lefebvre. L’Etat se pose en arbitre et en grand défenseur de l’intérêt général. Mais il défend uniquement l’intérêt général de la bourgeoisie. Le régime bonapartiste ne s’oppose pas au développement du mouvement ouvrier. Comme l’Allemagne de Bismark, il pense intégrer les revendications du socialisme d’Etat. Mais, à l’exception des jacobins, toutes les tendances révolutionnaires du mouvement ouvrier français se révèlent anti-étatiques.

La Commune ne s’explique pas uniquement par des causes sociales. La conscience historique imprègne alors les classes populaires. Des personnes qui ont participé à l’insurrection de 1848, voire de 1830, tissent un fil historique. L’histoire de France est scandée par des vagues de révoltes qui parviennent à renverser le régime en place. Auguste Blanqui, enfermé en 1871, incarne la continuité historique des insurrections.

Un imaginaire populaire de la société se développe. La littérature de Victor Hugo dessine une vision manichéenne : les riches sont méchants et les pauvres sont bons. La réalité est évidemment plus complexe. Mais le peuple, qui regroupe les prolétaires et les artisans, est effectivement poussé à la solidarité de classe dans un monde de misère. Pour le prolétariat parisien, c’est le propriétaire qui attise l’hostilité. « Bien plus que le patron, le peuple exècre l’homme qui détient le logement, qui dispose des lois les plus rigoureuses pour se faire payer, qui peut jeter à la rue le locataire en gardant pour gage le pauvre mobilier », décrit Henri Lefebvre.

La Commune comprend plusieurs dimensions. C’est un mouvement patriotique contre l’étranger envahisseur et les traîtres du régime bonapartiste. C’est aussi un mouvement d’opinion républicaine contre l’Assemblée de Versailles rurale et conservatrice. C’est un mouvement révolutionnaire contre l’Etat centralisé et l’autorité. C’est un mouvement prolétarien et socialiste contre la bourgeoisie et le capitalisme. La Commune apparaît comme un compromis entre ces grandes forces et aspirations parfois contradictoires. Même les militants de l’Internationale ou les blanquistes n’ont pas de perspectives claires, sinon celle du renversement de l’Etat existant. Mais la théorie de Marx du dépérissement de l’Etat provient directement de l’observation de la Commune. « Cette expérience s’accomplit donc dans une grande confusion, celle de la vie spontanée et créatrice », résume Henri Lefebvre.

       ★ Le conflit Marx-Bakounine

Idéologies de la Commune

P.J. Proudhon propose le fédéralisme et le mutuellisme pour remplacer l’Etat centralisé. « Il aboutit à l’anarchie, c'est-à-dire à la suppression du gouvernement des hommes au profit de l’administration des choses », décrit Henri Lefebvre. Proudhon critique l’Etat comme instrument d’oppression. En revanche, il ne propose aucune analyse de classe. Contrairement à Marx, il ne s’appuie pas sur les luttes des classes et sur l’objectif d’une révolution prolétarienne. Proudhon privilégie un approche idéaliste. Il tente de concilier l’Autorité et la Liberté à travers le fédéralisme. Pour Bakounine, l’insurrection doit permettre la fin immédiate de l’Etat. Pour Proudhon, c’est l’autogestion des groupes territoriaux qui doit remplacer l’Etat. Cette démarche semble plus réformiste, à travers le crédit et l’assurance mutuelle. Néanmoins, la critique de l’Etat par Proudhon et la décentralisation influencent la Commune.

Les anarchistes, disciples de Bakounine, ont adhéré à l’Internationale. Ils sont surtout présents à Lyon et à Marseille. Ce sont des organisateurs efficaces. Leur critique de l’autorité leur permet de gagner en autorité personnelle. Néanmoins, leur idéologie semble confuse. Ils n’ont pas de perspectives claires au-delà de l’insurrection. Mais ils donnent à la Commune une dimension décentralisatrice.

L’Internationale devient une organisation de masse qui passe du réformisme à la révolution. Elle permet la confrontation des idées de Marx, de Proudhon et de Bakounine. Les marxistes et les anarchistes s’accordent pour remettre en cause le « socialisme mutuelliste » des proudhoniens. L’Internationale insiste sur l’abolition de la propriété privée pour permettre une propriété collective des terres et des instruments de travail. Mais les ouvriers français ne sont pas portés sur la théorie. Ils privilégient l’action.

L’Internationale oscille entre le républicanisme et l’organisation de la classe ouvrière uniquement sur un plan économique. Néanmoins, l’Internationale contribue à diffuser une perspective fédéraliste et internationaliste. La Commune reste portée par les ouvriers, mais aussi par une bohème artistique rejetée par la bourgeoisie. Lautréamont, Rimbaud, Jules Vallès ou le peintre Courbet incarnent ce groupe social.

 

Mouvement spontané contre l’Etat

La Commune émerge après la délitement du pouvoir central. Avec la guerre contre l’Allemagne, le ravitaillement et les problèmes du quotidien sont organisés à l’échelle de l’arrondissement et du quartier. Une effervescence spontanée émerge dans Paris. La séparation entre la politique et la vie quotidienne disparaît. Les comités locaux se coordonnent de manière fédérale. Une grande autonomie est laissée à la base et les mandataires directs sont élus et révocables.

Lorsque l’Etat s’effondre, le Comité central doit réorganiser la société. Néanmoins, les communards restent trop légalistes. Ils n’osent pas s’emparer de la Banque de France et de ses caisses. En revanche, l’administration et les services publics sont réorganisés en dehors de toute bureaucratie étatique. Ce sont les travailleurs qui prennent le contrôle des PTT selon une organisation décentralisée et fédéraliste. Le coût des loyers est diminué.

La Commune apparaît comme un moment révolutionnaire incontournable. L’Etat, la bureaucratie et les institutions sont écartés. Une nouvelle forme d’organisation transforme la vie quotidienne. « Elle se métamorphose d’un bon en communauté, en communion au sein de laquelle le travail, la joie, le loisir, l’accomplissement des besoins – et d’abord des besoins sociaux et des besoins de sociabilité – ne se sépareront plus », analyse Henri Lefebvre. La politique disparaît comme fonction spécialisée et le quotidien devient une fête perpétuelle. Les insurgés deviennent maîtres de leur vie et de leur histoire. « La plus grande mesure sociale de la Commune était sa propre existence en acte », estime Karl Marx.

La Commune nourrit la critique radicale de l’Etat chez Marx. Contrairement à Lassale et à son socialisme d’Etat, la Commune expérimente une forme d’auto-organisation. Contre la vision stalinienne de la dictature du prolétariat, la Commune montre que l’initiative vient d’en bas, directement des classes populaires.

La Commune ne s’appuie sur aucun grand chef pour guider les masses. La dimension collective prime sur le modèle de l’avant-garde éclairée. La spontanéité et l’organisation à la base semblent bien plus efficaces que les chefs ou les partis. Les marxistes orthodoxes estiment qu’il manque à la Commune une armée et un pouvoir centralisé. Mais c’est au contraire la résurgence du jacobinisme et du légalisme qui empêche de s’emparer des banques.

Ce n’est pas la spontanéité mais, au contraire, les vieilles habitudes et idéologies qui ne permettent à la Commune d’aboutir. « La Commune et sa défaite montrent comment les défenseurs du vieux monde bénéficiaient de la complicité des révolutionnaires, de ceux qui pensent ou prétendent penser la révolution », analyse Henri Lefebvre. Les idéologies jacobine ou proudhonienne alimentent la confusion et les vieilles pratiques plutôt que de s’appuyer sur la créativité et la spontanéité. Il semble difficile de refaire l’histoire. Mais la limite de la Commune relève surtout de sa dimension locale. C’est surtout Paris qui est emporté par l’insurrection. Dans les autres régions de France, les structures et les institutions restent intactes.

         

Utopie en action

Le livre d’Henri Lefebvre tranche avec l’approche historique traditionnelle. Certes, son livre présente les événements marquants de la Commune. Mais il ne se contente pas d’une banale description. Le philosophe marxiste évoque la Commune pour mieux affirmer la perspective d’une révolution sociale et libertaire. Henri Lefebvre s’inscrit dans un romantisme révolutionnaire qui tente de relier la lutte sociale et l’utopie. Ce moment de la Commune permet d’affirmer un point de vue politique et théorique.

L’influence des situationnistes se ressent bien dans ce livre. Comme ses jeunes amis, Henri Lefebvre insiste sur la créativité et la spontanéité. Contre les avant-gardes et les partis, la révolution reste l’action des classes populaires qui reprennent le contrôle de leurs vies.

Malgré des épisodes sanglants, Henri Lefebvre insiste sur la dimension festive de la Commune. Cette approche permet une critique de la société marchande et dumilitantisme gauchiste. Présenter la Commune comme une fête permet d’attaquerl’industrie culturelle et les loisirs qui ne proposent que des fêtes artificielles et vides de sens. La véritable fête s’exprime dans la lutte et la révolte. C’est uniquement lorsque les normes et les contraintes sociales s’effondrent que la fête peut véritablement commencer.

Ensuite, la vision festive de la Commune permet de s’opposer au marxisme orthodoxe qui réduit la contestation à sa dimension économique. Une révolution doit bouleverser tous les aspects de la vie. La révolte ne doit pas se contenter d’un discours misérabiliste, elle doit aussi affirmer une dimension festive et joyeusement libertaire. Le plaisir et le désir sont également des moteurs de la révolte. Henri Lefebvre tient à ne pas réduire les causes de la Commune à une dimension sociale. C’est aussi le désir d’un autre monde qui pousse à dresser des barricades.

L’influence situationniste se ressent également dans le panorama des idéologies de la Commune. Henri Lefebvre propose une critique des différents courants du mouvement ouvrier. Il tente de montrer les diverses impasses idéologiques. Les jacobins et les blanquistes restent attachés à une autorité centrale. Les proudhoniens refusent la lutte des classes pour valoriser les alternatives. Les anarchistes organisent l’insurrection sans envisager une perspective claire.

Ces critiques restent toujours pertinentes pour analyser les limites des diverses idéologies qui traversent le mouvement social actuel. De même, Henri Lefebvre évoque les vieilles habitudes et le légalisme qui ne permettent pas à un mouvement spontané de faire preuve de l’audace nécessaire pour attaquer le capitalisme. Henri Lefebvre s’oppose aux idéologies et aux partis pour mieux valoriser une pratique de lutte fondée sur la créativité et la spontanéité.

Mais Henri Lefebvre n’est pas uniquement proche des situationnistes. Il reste, tout au long de sa vie, très attaché au Parti communiste. Il est longtemps militant de cette puissante organisation, et reste sous son influence intellectuelle et politique. Lénine reste une référence théorique majeure. Sa critique implacable du jacobinisme ne lui donne pas la lucidité de remettre en cause l’attachement au modèle marxiste-léniniste. Il ne perçoit pas la contradiction entre Lénine et la valorisation de la spontanéité révolutionnaire.

Henri Lefebvre réussit à concilier les deux courants opposés dans un même paragraphe. Il évoque Lénine qui insiste sur les conditions objectives de la révolution. Le chef bolchevik s’attaque au gauchisme et aux théories de la spontanéité révolutionnaire. Lénine pense que la révolution dépend uniquement d’un contexte objectif, avec une crise économique et politique. Les amis de Rosa Luxemburg insistent au contraire sur la subjectivité et la spontanéité de la révolte. Henri Lefebvre observe que la révolution dépend évidemment de facteurs objectifs et subjectifs.

Mais il n’est pas nécessaire de sortir Lénine de son formol pour adopter cette position. Le chef bolchevik ne propose d’ailleurs qu’une caricature des idées de ses opposants politiques. La gauche germano-hollandaise et le communisme de conseils n’éludent pas les dimensions objectives. Mais ils préfèrent s’appuyer sur la spontanéité de la révolte plutôt que sur l’encadrement autoritaire des partis.

Néanmoins, malgré son attachement quasi affectif à Lénine, Henri Lefebvre s’appuie sur la Commune pour sortir du vieux modèle avant-gardiste. Les prolétaires doivent se révolter pour reprendre le contrôle de leur vie. Seules les luttes autonomes et spontanées permettent d’ouvrir de nouvelles possibilités. La révolution doit abattre le capitalisme pour bouleverser tous les aspects de la vie.

Source : Henri Lefebvre, La proclamation de la Commune. 26 mars 1971, La Fabrique, 2018

Articles liés :

La Première Internationale : des débats et des luttes

Les plaisirs populaires de Montmartre

Henri Lefebvre et le romantisme révolutionnaire

Romantisme et lutte des classes

Pour aller plus loin :

Vidéo : Catherine Charbon et Henri Guillemin, La Commune, émission La Voix au chapitre du 18 juin 1971, mis en ligne sur le site des archives de la RTS

Vidéos : Henri Guillemin, La Commune de Paris, conférences mises en ligne sur le site des archives de la RTS

Radio : émissions sur Henri Lefebvre diffusées sur France Culture

Attila Kotànyi, Guy Debord, Raoul Vaneigem, Sur la Commune, brochure publiée en 1962 mise en ligne sur le site Infokiosques

Pierre Kropotkine, La Commune de Paris, brochure publiée en 1881 mise en ligne sur le site Infokiosques

Jacques Rougerie, Notes pour servir à l'histoire du 18 mars 1871, publié sur le site Commune de Paris de 1871

Jeanne Gaillard, La Commune. Le mythe et le fait, publié dans la revue des Annalesen 1973

« Macron aime Versailles », paru dans lundimatin#158, le 24 septembre 2018

Henri Lefebvre et Kristin Ross, Sur les situationnistes. Entretien inédit d’Henri Lefebvre avec Kristin Ross, publié dans la revue en ligne Période le 6 novembre 2014

Grégory Busquet, Henri Lefebvre, les situationnistes et la dialectique monumentale, publié dans la revue L'Homme & la Société n°146 en 2002

Nicole Racine, LEFEBVRE Henri, François, publié sur le site du Maitron en ligne

Daniel Bensaïd, Henri Lefebvre, une intelligence de ce temps, publié sur le site Daniel Bensaïd

Stuart Elden, Certains naissent de façon posthume : la survie d’Henri Lefebvre, publié dans la revue Actuel Marx n°36 en 2004 

Rémi Hess, La méthode d’Henri Lefebvre, publié sur le site de la revue Multitudes

Michel Trebitsch, La pensée de Henri Lefebvre, publié sur le site Rouge Midi le 17 juillet 2012