[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Allemagne : Un groupe de soldats d’élite néo-nazi démasqués

    Allemagne

    Brève publiée le 12 novembre 2018

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://secoursrouge.org/Allemagne-Un-groupe-de-soldats-d-elite-neo-nazi-demasque

    Un groupe secret formé d’environ 200 militaires de la Bundeswehr, des forces spéciales et des membres de l’association des soldats d’élite Uniter planifiaient d’éliminer des politiciens, des leaders d’organisation défendant les demandeurs d’asile et des migrants. Le complot prévoyait rassembler des hommes politiques impopulaires dans un lieu de meurtre un « jour J ». La liste d’éventuelles victimes reprend entre autre le nom de Dietmar Bartsch, le chef de file du parti Die Linke au Bundestag. Des dépôts secrets d’armes et de carburant avaient également été aménagés.

    Un lieutenant-colonel du Service de sécurité militaire (MAD) avait tenté de faire obstruction à l’enquête en mettant en garde les conspirateurs contre des perquisitions et en les informant sur le déroulement de l’enquête en général. Des poursuites judiciaires auraient été engagées à son encontre par le tribunal de Cologne. La conspiration aurait été mise au jour dans le cadre d’une enquête sur l’affaire d’un soldat qui préparait des attaques terroristes contre les autorités allemandes. Ce soldat avait livré de fausses informations au service de migration, affirmant notamment qu’il était un réfugié syrien, dans le but de rejeter la responsabilité des attentats sur des migrants musulmans

    ------------------------------------------------

    https://fr.sputniknews.com/international/201811111038848050-allemagne-conspiration-militaires-elimination-politiques/

    L’Office fédéral de police criminelle aurait découvert un complot de militaires allemands visant l’élimination d’hommes politiques indésirables, selon l’hebdomadaire Focus. Selon le journal, qui fait référence aux documents de l’enquête, le complot impliquait des militaires de la Bundeswehr et des soldats d’élite Uniter.

    Le magazine Focus, en se référant aux dossiers du BKA, annonce qu'en Allemagne, l'Office fédéral de police criminelle (BKA) a découvert un réseau de conspirateurs militaires qui préparaient l'élimination d'hommes politiques allemands..

    La Bundeswehr serait prête à recruter des étrangers

    © AP PHOTO / MARKUS SCHREIBER

    Le média indique que le groupe réunissait des militaires de la Bundeswehr et des forces spéciales, ainsi que des membres de l'association des soldats d'élite Uniter.

    Selon ses informations, le «jour J» les conspirateurs se proposaient de «rassembler des hommes politiques impopulaires dans un lieu de meurtre».

    La liste d'éventuelles victimes n'a pas été divulguée, mais il a été établi que Dietmar Bartsch, le chef de file du parti Die Linke au Bundestag, figurait parmi les cibles principales.

    En outre, des dépôts secrets d'armes et de carburant ont été aménagés, relève Focus, ajoutant que les actions qui devraient suivre l'élimination des hommes politiques étaient discutées au cours de réunions secrètes.

    Des soldats allemands. Image d'illustration

    © AP PHOTO / MATTHIAS SCHRADER

    Focus a signalé qu'un lieutenant-colonel du Service de sécurité militaire (MAD) avait tenté de faire obstruction à l'enquête en mettant en garde les conspirateurs contre des perquisitions et en les informant sur le déroulement de l'enquête en général. Des poursuites judiciaires auraient été engagées à son encontre par le tribunal de Cologne.

    Selon le média, la conspiration a été mise au jour dans le cadre de l'enquête sur l'affaire du soldat Franco A., qui préparait des attaques terroristes contre les autorités allemandes. Ce citoyen allemand avait livré de fausses informations au service de migration, affirmant notamment qu'il était un réfugié syrien, dans le but de rejeter la responsabilité des attentats sur des migrants musulmans.

    Ces informations interviennent avant la tenue des élections européennes de 2019 qui auront lieu entre le 23 et le 26 mai 2019 afin d'élire les députés européens représentant les 27 États membres de l'Union européenne. 96 députés européens doivent être élus pour représenter l'Allemagne au Parlement européen.