[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

"Il n’est pas surprenant que le mouvement ait pris dans les zones rurales ou les villes moyennes"

Gilets-jaunes

Brève publiée le 18 novembre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/11/16/gilets-jaunes-il-n-est-pas-surprenant-que-le-mouvement-ait-pris-dans-les-zones-rurales-ou-les-villes-moyennes_5384202_3224.html

Alexis Spire est directeur de recherche au CNRS. Il a publié, en septembre, Résistances à l’impôt, attachement à l’Etat, aux Editions du Seuil. Dans un entretien au Monde, il analyse le mouvement des « gilets jaunes » avant la mobilisation de samedi 17 novembre.

Cette mobilisation des gilets jaunes est-elle originale ou s’inscrit-elle dans d’autres mouvements historiques contre les hausses d’impôts ?

C’est un mouvement qui ne ressemble pas tellement aux mobilisations des années 1980-1990 autour des prix du carburant, qui étaient surtout portées par des syndicats de transporteurs et des professionnels de la route.

Il diffère aussi du mouvement des « bonnets rouges » qui était impulsé dès le départ par le Medef local et la FDSEA [fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles], et qui était ancré territorialement, en Bretagne.

Dans le cas des gilets jaunes, il n’y a pour l’instant aucune organisation qui structure le mouvement et les foyers de la contestation sont très dispersés. Ce sont les réseaux sociaux et le très fort écho médiatique qui rendent possible l’existence de cette mobilisation qui prétend rester à distance de toute forme d’organisation politique et syndicale.

Certains ont parlé de nouvelle « jacquerie », d’autres de poujadisme…

On peut voir une parenté avec les jacqueries dans le sens où elles étaient des explosions populaires qui rassemblaient dans les campagnes bien au-delà des seuls travailleurs agricoles et qui n’avaient pas de représentant mandaté ni de vision cohérente de l’émancipation. Autre point commun, ces mouvements étaient dirigés contre la noblesse qui était vue comme une caste sourde aux difficultés rencontrées par le peuple.

La comparaison doit néanmoins être nuancée. L’Ancien Régime était le règne de l’arbitraire et les inégalités fiscales étaient criantes. Les jacqueries partaient à l’assaut des châteaux en s’alliant parfois aux bourgeois des villes. Elles s’accompagnaient d’une grande violence de la part des insurgés mais aussi dans la répression qui en découlait.

Un point commun avec le poujadisme est le même discours anti-élites, qu’elles soient politiques ou économiques. Le thème des petits contre les gros est un fil rouge des mobilisations contre l’impôt mais ça ne suffit pourtant pas à en faire un énième mouvement poujadiste, car ce n’est pas la même morphologie sociale.

En 1953, ce sont des indépendants qui s’opposent à un nouveau mode de contrôle fiscal mis en place par l’administration. En prétendant fédérer les automobilistes, le mouvement des gilets jaunes s’adresse à un public très large et peut rassembler des catégories socio-professionnelles qui ne sont pas habituées à manifester ensemble, notamment des salariés subalternes et des petits indépendants. Cette alliance qui ne va pas de soi rappelle davantage les bonnets rouges, mais rassemble beaucoup plus largement dans tous les territoires où on ne peut pas se passer de la voiture.

Les gilets jaunes parlent des hausses de prix du carburant comme d’une goutte d’eau ayant fait déborder le vase. Pourquoi maintenant ?

Le carburant est un déclencheur d’un sentiment général d’injustice fiscale. L’idée qu’il y a trop de taxes et de prélèvements n’est pas nouvelle, elle existe depuis des années et elle a été nourrie par la succession des scandales fiscaux : il y a eu les affaires Bettencourt, Cahuzac ou Thévenoud, les Panama Papers, Paradise Papers et autre Luxleaks. Plus récemment, la quasi-suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune [ISF] a accentué l’idée que ceux d’en haut s’en sortent sans rien payer quand ceux d’en bas supportent tout.

Mais l’enquête statistique que j’ai menée dans le cadre de mes recherches sur un échantillon de 2 700 contribuables, révèle que c’est tout le rapport à l’Etat et aux services publics qui est aujourd’hui grippé. Paradoxalement, le sentiment qu’il y a trop d’impôt et de taxes est plus partagé dans les classes populaires, davantage bénéficiaires des politiques sociales, que dans les classes supérieures.

L’une des raisons est que les contribuables du bas de l’échelle sociale ne voient plus la contrepartie de ce qu’ils payent. Il n’est pas surprenant que le mouvement ait pris dans les zones rurales ou les villes moyennes : ce sont ces territoires qui ont pâti du recul et de la dégradation des services publics depuis plus de dix ans.

Ils ont vu partir les tribunaux, fermer les hôpitaux et disparaître les trésoreries. La contrepartie de l’impôt n’est plus tangible. Ils ont l’impression d’être prélevés pour entretenir le train de vie somptuaire des élites politiques.

Donc il ne faut pas se méprendre sur le sens de cette contestation du système fiscal : il ne s’agit pas de revendiquer moins d’Etat. En cela, le mouvement actuel diffère du Tea Party apparu entre 2008 et 2010 aux Etats-Unis. Alors que le Tea Party était un mouvement libertarien, contre toute intervention de l’Etat fédéral, les Français sont encore très attachés aux services publics et au modèle de protection sociale.

Propos recueillis par Aline Leclerc