[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Un lycéen condamné à 10 mois de prison, dont 6 ferme

lycée Répression

Brève publiée le 15 décembre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Dégueulasse. 10 mois de prison pour avoir balancé des trucs sur des flics. Rien. Aucun dégât, aucune blessure infligée. Justice de classe. Justice dégueulasse.

Ce monde nauséabond doit disparaître.

http://www.courrier-picard.fr/155269/article/2018-12-14/un-premier-lyceen-condamne

Dix mois de prison dont quatre avec sursis. Une condamnation que ce lycéen de 18 ans a réellement saisie au terme de deux explications précises, celles répétées de la présidente du tribunal correctionnel et de son avocat. Présenté en comparution immédiate à Beauvais, ce jeune homme, scolarisé en terminal logistique au lycée Lavoisier de Méru, a participé lundi aux manifestations lycéennes. Reconnu sur des photos prises par les gendarmes, Mamadi S. a d’abord été recherché par les militaires, avant de se rendre de lui-même à la brigade de gendarmerie de Méru, ce jeudi 13 décembre, pour répondre de ses actes. Car il reconnaît une bonne partie des faits qui lui sont reprochés.

Il est 9 heures, lundi 10 décembre, quand le jeune prévenu arrive au lycée à pied. Selon les forces de l’ordre, très vite, il est identifié comme l’un des principaux meneurs. Sur les clichés, on le voit porteur d’une veste noire, au liseré fluo, dissimuler son visage durant la déambulation des jeunes, prendre un pétard dans le sac d’un individu ou encore jeter des projectiles en direction des forces de l’ordre à un autre moment de cette matinée très agitée. « Au départ, on voulait manifester pour réclamer des moyens », témoigne Mamadi S. peu loquace devant le tribunal correctionnel quant aux revendications, reconnaissant s’être senti « emporté ». Par le passé, il a déjà participé à des face-à-face police/jeunes. « C’était quand j’étais mineur, là je sais que les risques sont plus durs. » Vivant dans une famille, où chauffage et eau chaude ont été coupés, « il se lève tous les matins pour aller au lycée et veut poursuivre ses études », insiste Me Tabart. « Le seul mobile de la manifestation, s’en prendre aux gendarmes », résume pour sa part le ministère public, qui a été suivi dans ses réquisitions, hormis le mandat de dépôt.

Parmi la vingtaine de jeunes violents, sept ont au moins été interpellés, dont des mineurs. Si Mamadi S. est le premier participant aux manifestations lycéennes à être condamné dans l’Oise, deux autres majeurs seront présentés devant le tribunal correctionnel le 26 décembre et le 11 janvier prochains.