[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Les salariés d’un magasin Leader Price découvrent qu’ils perdent leur travail en regardant le planning

    lutte-de-classe

    Brève publiée le 28 décembre 2018

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Les onze employés Leader Price de Fleurance (Gers) ont appris leur licenciement en découvrant leur planning dix jours avant Noël pour une fermeture de leur magasin le... 28 décembre. Trois salariés ont accepté un reclassement chez Casino propriétaire de cette chaîne discount.

    Les fêtes de Noël 2018 ont un goût amer pour les salariés du magasin Leader Price de Fleurance dans le département rural du Gers (région Occitanie). Les onze employés de cette supérette ont été mis devant le fait accompli. Ils ont été prévenus il y a à peine dix jours à la fois de leur licenciement et de la fermeture définitive de leur magasin le 28 décembre prochain. Tous ont appris la triste nouvelle "en découvrant leur planning" rapporte le quotidien régional La Dépêche.

    Le motif des licenciements est a priori économique. En cause, la forte concurrence locale, notamment la présence de Carrefour et Lidl, explique la direction de cette enseigne du groupe Casino pour justifier la fermeture de son magasin.

    Six des onze employés ont refusé un reclassement

    "Quand je suis arrivé en avril dernier, les chiffres n’étaient pas bons, mais depuis six mois nous remontons la pente. Mais il est trop tôt pour en percevoir les fruits" explique la responsable du magasin, en poste depuis six mois, selon le quotidien régional. 

    Trois des onze salariés licenciés ont accepté un reclassement proposé par le groupe Casino, mais six autres ont refusé en raison de contraintes géographiques, les postes étant proposés dans des magasins situés dans d'autres villes.

    F.Bergé
    Source