[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Réflexions sur le 5 Février

CGT Gilets-jaunes syndicalisme

Brève publiée le 22 janvier 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://clubpolitiquebastille.org/spip.php?article238

Réflexions sur le 5 Février

Les Gilets Jaunes ont été successivement des antisémites, des « factieux », des « casseurs », leurs cortèges évidemment « infiltrés » - ah le terme – par des fascistes et l’Ultra Gauche (!).

Au 10ème Samedi, moins de violences, ce sont des « cortèges qui prennent des allures de cortège syndical » écrit, dépité, le journaliste du « Monde » qui aurait souhaité de nouvelles violences : mentir, truquer, pour disqualifier. La presse regrettait qu’il n’y ait « pas de service d’ordre », maintenant, il y en a…

Que dire d’autre, comment déconsidérer ? Le secrétaire d’état à l’intérieur dénonce la « guérilla urbaine » ! Donc le ministre de l’intérieur a compté, ils étaient, exactement au manifestant près, 84.000. Ni 83.999 ni 84.001 ! C’est un nouveau mensonge. Pour avoir vu passer le cortège parisien dans son entier, ils n’étaient pas 7.000 mais au moins 12.000… Au total, ce 10ème acte est un énorme succès. Le Figaro lucide laisse entendre qu’ils étaient 150.000 !

Quand la police n’attaque pas, ils n’y a pas de violence… Castaner ne sait plus quoi inventer. Et la vérité se fraie en chemin. Grâce au journaliste Duquesne qui a fait une véritable enquête sur les victimes de la répression. On sait maintenant que le flash ball est une véritable arme de guerre. La « grenade de désencerclement » ? Une grenade avec du TNT, une grenade de « guerre » précise le spécialiste Alain Bauer sur la 5 samedi soir… La « guérilla urbaine » existe : c’est le gouvernement qui l’organise.

Grand show de Macron baptise par anti-phrase « Grand débat ». À deux occasions, toutes les chaînes « d’informations » ont diffusé dans l’intégralité ses propos. Des maires aux ordres, le Tiers Soumis, ont posé des questions attendues (1). Et quasiment pas d’intervention contre la politique Macronienne. La République quoi !
Une entreprise de propagande à l’égal de celle auxquels on peut assister à Pékin, Moscou… Macron titube, donne l’illusion d’exister encore politiquement. Il rassemble sur sa droite, plume la volaille Wauquiez, mais ça ne fait ni une majorité, ni une assise sociale.

La CFDT implore d’être reçue pour collaborer au « pouvoir vivre », sans rire.
FO se tait.
La CGT s’inquiète car des militants commencent à rejoindre les G Jaunes et Samedi, ici et là on a vu des cortèges syndicaux. Petits cortèges mais présents.

Martinez a donc choisi l’offensive. Le 5 Février, on va voir ce qu’on va voir. Une journée d’action dirigée… contre les G Jaunes. Un mardi ! Pas un vendredi…
Des camarades veulent se placer sur le terrain des illusions pour les combattre. C’était une formule de feu Lambert qui aboutissent en général à couvrir les appareils syndicaux.

Le 5 est une honte ! Une prétendue journée d’action dirigée contre les GJ, pour soutenir le gouvernement. Oui, soutenir le gouvernement.

Que font les militants opposants dans la CGT ? On ne les entend pas. Ils doivent dire ce qui est : il faut rejoindre les Gilets Jaunes, sur les ronds-points et dans les manifestations.
La lutte contre la réforme des retraites, la mobilisation contre la réforme de la fonction publique, c’est maintenant ! Avec les Gilets Jaunes qui combattent déjà depuis deux mois et demi ! Il est temps de les rejoindre, de se rassembler, de s’unir. Militants de la CGT, réunissez vos sections, tenez des AG avec les salariés. N’attendez pas une autorisation des permanents, des bureaucraties : avec les Gilets Jaunes contre les réformes de Macron, pour sa démission.
Dans la CGT, FO, il faut cesser les manœuvres d’appareils, en finir avec les suppliques pour la presse générale. C’est le moment d’y aller ! Les salariés restent l’arme aux pieds. Ils attendent que les Gilets Jaunes gagnent ! Seul, c’est très difficile. Le rôle des militants d’avant-garde c’est calmement, d’expliquer. Il est temps de rompre avec la soumission aux directions.

(1) - Une maire a expliqué à la télévision que les questions ont été transmises, 8 jours avant à Macron !

21/01/19