[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Ce lundi 11 mars, Bouteflika a renoncé : qu’il dégage !

    Algérie

    Brève publiée le 12 mars 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://aplutsoc.org/2019/03/11/revolution-algerienne-premiere-victoire-ce-lundi-11-mars-bouteflika-a-renonce-quil-degage/

    الشعب يريد سقوط النظام Ach-chaab yourid isqât al-nizâm

    Le peuple veut la chute du régime

    Révolution algérienne, première victoire : ce lundi 11 mars, Bouteflika a renoncé : qu’il dégage !

    Ce sont la généralisation des manifestations et la grève générale qui l’ont imposé. Puissance de la grève générale !

    Les manœuvres du régime se poursuivent : ils veulent toujours organiser des élections présidentielles, mais … dans un an. Et en attendant Bouteflika resterait président en titre et on aurait le coup de la « conférence nationale » avec des représentants non élus. Pour les Algériens, ça ne va pas se passer comme ça :

    •  Démantèlement et jugement de la Sécurité militaire et de l’appareil mafieux au pouvoir !

    •  Que partout se forment des comités prenant en charge les besoins immédiats et l’administration, c’est ainsi qu’une assemblée constituante réellement souveraine peut être élue.

    •  QU’ILS DÉGAGENT TOUS !

    Le combat continue et va donc affronter de nouveaux obstacles. Mais d’ores et déjà, les leçons et les fruits sont très riches.

    Première leçon, premier fruit : la grève générale peut faire démissionner le président !  Cela, c’est valable pour la France. A bons entendeurs …

    Autre leçon : le même jour où Bouteflika renonce, le slogan des révolutions, « le peuple veut la chute du régime« , retentit à Alger comme à … Deraa. Oui, Deraa, la ville martyre de la révolution syrienne, reconquise par le régime de Bachar après avoir été bombardée par Poutine, s’est soulevée aujourd’hui : contre l’humiliation suprême d’une statue géante d’Afez el Assad, le père de Bachar ! Deraa est dans la rue, celles et ceux qui n’ont rien à perdre défient les tortionnaires et leur crachent à la figure que la révolution syrienne est vivante !

    Deraa, Alger, Khartoum, la voila la révolution : c’est aussi un soufflet pour tous les tenants de l’ordre établi qui ne veulent surtout pas qu’un « printemps arabe », un printemps démocratique, un printemps prolétarien, se produise aussi en Algérie.

    C’est trop tard, messieurs les policiers, messieurs les petits idéologues, la vielle taupe vient, une fois de plus, de saper le sol sous vos pieds !

    Vive la révolution algérienne ! Deraa, Alger, Khartoum, et Paris : « Le peuple veut la chute du régime ». La démocratie, c’est la destruction de l’État du capital !

    11-03-2019