[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

CIF : les salariés manifestent à Paris contre l'extinction de l'établissement

lutte-de-classe

Brève publiée le 22 octobre 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Environ 300 salariés du Crédit Immobilier de France (CIF), au bord de la faillite, ont manifesté lundi après-midi à proximité de l'Assemblée nationale où étaient auditionnés le PDG puis des représentants du personnel de l'établissement, a constaté une journaliste de l'AFP.

A l'appel de l'intersyndicale, les salariés, brandissant des pancartes « nos emplois = vos maisons » ou « Bercy, touche pas à mon CIF, le chômage c'est pas mon kiff », sont venus de toute la France apporter leur soutien à leur PDG, Michel Bouvard, nommé le 10 octobre, avec lequel ils se sont dits « en phase ».

M. Bouvard a été auditionné par la commission des finances de l'Assemblée, aux côtés notamment de Ramon Fernandez, directeur général du Trésor.

Il a expliqué à l'issue de cette audition que le CIF avait « 10 jours » pour présenter un nouveau projet, selon les syndicats.

« Nous avons demandé un délai supplémentaire de trois mois », a toutefois déclaré à l'AFP Ida Magneron, déléguée SNB-CFE-CGC, à l'issue de l'audition de l'intersyndicale, précisant que la prochaine étape était de se tourner vers la commission européenne.

« Les députés nous soutiennent dans notre mission sociale », a-t-elle aussi dit.

Au bord de la cessation de paiement, le CIF, spécialisé dans le crédit immobilier aux ménages plutôt modestes et employant 2.500 personnes, a dû se résoudre fin août à demander la garantie de l'Etat. En échange de ce soutien, les pouvoirs publics lui ont imposé une gestion « en extinction », c'est-à-dire sans possibilité d'accorder de nouveaux prêts.

Les salariés réclament un adossement à la Caisse des dépôts ou à la Banque Postale, ou « la création d'une banque publique d'accession sociale à la propriété », selon Cynthia Paillard, responsable clients du CIF Rhône-Alpes-Auvergne.

« On finance des prêts pour des CDD, des personnes en intérim. Près de 50% de nos clients touchent l'APL en Bretagne et 43% des dossiers n'ont pas d'apports personnels », a affirmé Sabine Legros, directrice des risques et du contrôle interne pour la Bretagne.

L'ex-porte-parole du NPA Olivier Besancenot, venu soutenir les salariés du CIF, a précisé que liquider le CIF reviendrait à faire « un cadeau supplémentaire aux banques sur une part d'activité dont elles vont s'accaparer » sans que les familles concernées puissent bénéficier des mêmes prestations.