[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Près d’Arles, un projet autoroutier menace la dernière steppe d’Europe

    écologie

    Brève publiée le 19 mars 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://reporterre.net/Pres-d-Arles-un-projet-autoroutier-menace-la-derniere-steppe-d-Europe

    Arles étouffe sous les gaz d’échappement. La solution serait un contournement autoroutier. Mais il balafrerait la Camargue et la plaine de Crau, encourageant la construction de hangars logistiques gigantesques.

    • Arles et Saint-Martin-de-Crau (Bouches-du-Rhône), reportage

    « Quand on étend du linge blanc, dans le quartier de la Roquette, on le retrouve gris », raconte Robert Rocchi. L’Arlésien est porte-parole de la coordination des comités d’intérêt de quartier et de village d’Arles (Bouches-du-Rhône). « Quand j’habitais le long de la 2 X 2 voies, le matin, la table dehors était noire », rapporte de son côté Cyril Girard, administrateur d’une association locale de protection de la nature, Nacicca [1].

    Si l’on a bien en tête l’image d’Arles comme cité antique classée au patrimoine mondial de l’Unesco, on sait moins qu’elle étouffe sous les gaz des véhicules qui la traversent chaque jour via la nationale 113. La 2x2 voies qui relie Saint-Martin-de-Crau à Arles, dans les Bouches-du-Rhône, est l’unique tronçon non autoroutier le long de la Méditerranée française. Et donc s’ajoute à la circulation locale un trafic international de camions reliant l’Italie, l’Espagne et le premier port français de marchandises, celui de Marseille-Fos. En 2010, le trafic avait été évalué par les services de l’État à près de 63.000 véhicules par jour. On serait désormais aux alentours des 80.000 véhicules par jour alors qu’Arles compte un peu plus de 50.000 habitants. « Cela crée une nuisance sonore, des embouteillages, de la pollution, et c’est dangereux, poursuit Robert Rocchi. Il y a dix jours un camion citerne a heurté un autre camion à moins de 100 mètres des habitations. Il faut sortir ces véhicules de la ville ! »

    Depuis 25 ans, la solution promise par l’État est –- excusez du jeu de mots –- une arlésienne : un contournement autoroutier annoncé en 1995, 2004, 2010… À chaque fois, le projet a été lancé puis oublié dans les tiroirs de l’administration. Mais il vient de franchir un nouveau pas décisif. La député LREM de la circonscription, Monica Michel, a obtenu son inscription dans le projet de loi d’orientation des mobilités, qui sera discuté par les sénateurs à partir du 19 mars. Une enquête publique aurait lieu en 2021, les travaux commenceraient en 2023. Les associations de riverains poussent un ouf de soulagement. Mais les écologistes, eux, s’alarment.

    « La steppe de Crau est la dernière d’Europe. Elle faisait plus de 100.000 hectares avant que l’on commence à la défricher. Maintenant il n’en reste que 25.000 » 

    La nouvelle autoroute ferait 26 kilomètres. 13 kilomètres consisteraient en l’aménagement de l’actuelle N113 en autoroute, à partir de Saint-Martin de Crau. Puis un décrochage de 13 kilomètres serait construit afin d’éviter la ville d’Arles par le Sud. Le coût du projet avait été évalué lors de la dernière relance du projet par l’État à 730 millions d’euros, qui seraient en partie financés par la mise en concession du tronçon. La chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône avait estimé, en 2014, que l’autoroute impacterait environ 900 hectares de terres, dont 700 d’agricoles, 52 hectares de foin de Crau et 50 hectares de vergers. Trois exploitations agricoles pourraient être détruites par l’aménagement et une cinquantaine touchées, le tout dans un département où 1.400 hectares de terres agricoles sont englouties chaque année.

    Le projet à l’étude de contournement autoroutier d’Arles.

    Et puis l’autoroute traverserait en partie la plaine de la Crau et longerait la limite nord du parc naturel régional de la Camargue. « Le périmètre du parc a même été repoussé il y a quelques années pour ne plus inclure le tracé du contournement autoroutier », dénonce Cyril Girard. Au volant de sa voiture, il nous promène sur les petites routes, là où la construction de l’autoroute est prévue. Une grande partie de la zone reste classée Natura 2000. Haies, bosquets et clôtures divisent la plaine en autant de prairies. Certaines sont fauchées car on y récolte le foin de Crau, seule AOC octroyée à un aliment destiné au bétail. Il est vendu jusque dans la péninsule arabe pour les chevaux de course. D’autres accueillent des moutons, des taureaux de Camargue ou des vaches. « La steppe de Crau est la dernière d’Europe. Elle faisait plus de 100.000 hectares avant que l’on commence à la défricher. Maintenant il n’en reste que 25.000, poursuit le naturaliste. Elle abrite des animaux très particuliers tels que le petit criquet de Crau, qu’on n’observe nulle part ailleurs dans le monde, ou le ganga cata, un oiseau qui n’est présent en France qu’ici. La tradition plurimillénaire d’élevage ovin a permis de main tenir une activité agricole tout en préservant l’environnement. »

    Le foin de Crau, seule AOC octroyée à un aliment destiné au bétail.

    « Cette autoroute massacrerait une partie de la Camargue et de la Crau », dénonce également Marie-Hélène Bousquet, vice-présidente d’une association mobilisée depuis le début contre le projet de contournement, l’ACEN (Arles Camargue Nature Environnement). Sans nier le problème de pollution de l’air arlésien, l’association propose des solutions alternatives au contournement. « Nous militons pour que le trafic international des camions soit interdit sur la N113 et qu’il fasse le détour par les autoroutes plus au nord, l’A7 et l’A9. Nous sommes aussi pour la mise en place de limitations de vitesse, de murs anti-bruits et de revêtements silencieux. Ce sont des mesures immédiates. » À plus long terme, l’association propose aussi de réactualiser un projet autrefois écarté par l’État pour cause de coût trop élevé : la construction d’un pont sur le Rhône pour la traversée d’Arles, plutôt que le contournement. Autant de propositions qu’ils ont défendues auprès du directeur de cabinet de la ministre des Transports, Élisabeth Borne, le 21 janvier dernier.

    Vendredi 1er mars dernier, les associations écologistes locales ont même obtenu le soutien des députés européens EELV Michèle Rivasi et José Bové, venus pour une conférence de presse dans le centre-ville d’Arles. « Il ne faut pas se leurrer, si on fait le contournement, il y aura encore plus de camions, a averti Michèle Rivasi. Alors que dès aujourd’hui, le préfet pourrait prendre des mesures et y interdire le trafic de camions internationaux. » « On n’a jamais construit une autoroute pour avoir moins de trafic, a approuvé José Bové. Emmanuel Macron a déclaré il y a quelques jours au Salon de l’agriculture qu’il ne fallait plus que les terres agricoles soient artificialisées. Hé bien, banco, qu’il applique ce qu’il dit ! »

    L’eurodéputée Michèle Rivasi et des opposants au contournement autoroutier d’Arles, vendredi 1er mars.

    « Ces politiques n’ont rien à voir avec Arles et sont en campagne pour les élections européennes, maugrée Robert Rocchi, de la coordination des associations d’habitants. Certes, les écologistes soulèvent un vrai problème qui est le trafic routier, mais ce qu’ils ne comprennent pas c’est qu’il y a urgence. » Il considère la solution de l’interdiction des camions internationaux comme irréaliste : « C’est déjà le cas à Saintes-Marie-de-la-Mer, mais ils attendent 10 heures du soir et ils passent quand même. Et puis je ne comprends pas en quoi leur faire faire un détour de 50 kilomètres réduirait la pollution ! »La députée LREM Monica Michel enfonce le clou. « L’autoroute A7 est déjà saturée », ajoute-t-elle. « Quant au tracé, l’État a fait énormément d’études et s’est donc décidé pour le meilleur. Il faut maintenant que les Arlésiens ne soient plus soumis à la pollution et aux accidents. »

    La plaine de la Crau.

    Les écolos, eux, dénoncent cet acharnement à défendre le contournement. « Cela fait 25 ans qu’on leur fait croire que cette autoroute va changer leur vie, ils ne jurent plus que par elle, mais elle n’est toujours pas là, regrette Cyril Girard. Les décideurs préfèrent laisser pourrir la situation pour que l’autoroute s’impose alors qu’il y a des choses à mettre en place tout de suite ! Et pendant ce temps, les habitants sont pollués et en mauvaise santé. » Les écologistes pointent le fait que Monica Michel a été directrice commerciale du port de de Marseille-Fos avant son élection, tandis que son mari a été, il y a maintenant plusieurs années, directeur du port. La députée aurait donc poussé le projet dans le cadre du développement de la zone portuaire. « Cette affirmation met gravement en cause mon intégrité, proteste Mme Michel. Je n’ai pas d’autre préoccupation que la santé des Arlésiens. Par ailleurs, les camions ne représentent que 15 % du trafic. Et tous ne vont pas au port ! ». Michèle Rivasi soutient, elle, que « cette autoroute n’est pas faite pour la santé des Arlésiens, mais pour la santé des porte-conteneurs du port de Marseille. »

    Les contours de centaines de milliers de mètres carrés de hangars logistiques 

    Car quelles que soient les intentions de Mme Michel, les écologistes font le lien avec une zone toute proche de la N113 et du projet d’autoroute. Juste au sud du centre-ville de Saint-Martin-de-Crau, un drôle de paysage se présente au visiteur. L’horizontale steppe de Crau est ponctuée de parallélépipèdes aux angles nets, alignés sur environ quatre kilomètres le long de la nationale. Lignes et angles droits dessinent les contours de centaines de milliers de mètres carrés de hangars logistiques. Maisons du monde, Decathlon, Castorama, Transgourmet y ont des entrepôts taille XXL. L’enseigne du géant belge de la logistique Katoen Natie y est aussi omniprésente. Le lieu est idéal : une surface plane pour construire, et située non loin du port industriel de Marseille-Fos. Eux aussi grignotent la plaine de Crau, à une telle vitesse que les militants ont fini par surnommer leur ville Saint-Parpaing-de-Crau. « Les hangars ont commencé à se multiplier dans les années 2010, raconte Jean-Luc Moya, de l’association Agir pour la Crau. Ils font entre 100.000 et 150.000 mètres carrés alors que la moyenne en France est de 18.000 m². » Son association a attaqué plusieurs permis de construire, et gagné certains procès, notamment en démontrant qu’ils étaient construits sur des habitats d’espèces protégées et n’avaient pas les dérogations nécessaires. « Plus on construit de ces plateformes, plus on encourage le transport de marchandises par camion », pointe Michèle Rivasi. Les écologistes plaident donc pour la limitation de ces constructions intempestives et le développement du transport de marchandises par voie fluviale et ferroviaire, plutôt que routière.

    L’un des innombrables hangars de la zone logistique de la périphérie de Saint-Martin-de-Crau.

    « Nous aussi, on est pour le fluvial et le ferroutage, réagit Robert Rocchi. Mais face au problème de ces plateformes logistiques, on n’a pas la solution localement. C’est illusoire de croire que l’on pourra influer sur leur développement en décidant de faire ou pas le contournement. » Cyril Girard, lui, persiste : « On sacrifie la terre de Crau et sa tradition d’agropastoralisme pour mettre des hangars qui importent de la viande de Nouvelle-Zélande, cela détruit plus que ne crée des emplois ». Les services de l’État poursuivent de leur côté l’instruction du projet, malgré les protestations. Ils ont récemment attribué les nouvelles études à un cabinet. Si, cette fois-ci, l’État tient son calendrier, le premier coup de pioche devrait être donné en 2023, et l’autoroute serait en service en 2025 ou après.

    La zone logisitique de Saint-Martin-de-Crau en 2017.

    Sébastien et Déborah, deux Gilets jaunes venus soutenir les opposants au contournement, secouent la tête. « Il y a quinze ans, Saint-Martin, c’était la Crau. Maintenant, cela fait mal au cœur. On nous parle de taxe carbone alors qu’on est prêt à détruire la faune et la flore pour une autoroute. »