[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Algérie : “Pourquoi voulez-vous exclure… le peuple ?”

    Algérie

    Brève publiée le 20 mars 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://npa2009.org/actualite/international/algerie-pourquoi-voulez-vous-exclure-le-peuple

    Crédit Photo: DR

    Par Mahmoud Rechidi, porte parole du Parti socialiste des travailleursD'un côté, chacun des acteurs politiques claironnait ses sérénades de louanges et autres prosternations devant la maturité politique, le civisme et l'exemplarité de la mobilisation du peuple algérien. De l'autre côté, maintenant que le régime a été contraint de reculer, du moins dans la forme, sur ses premières intentions de passage en force et semble vouloir négocier, ces mêmes acteurs politiques avancent des propositions et autres feuilles de route pour une "transition démocratique" mais sans aucun mandatement ou même un avis du peuple.

    Le problème n'est pas dans le fait que des courant proposent des plates formes et des feuilles de route (CNC, HNT, ACS, etc.) pour la transition. Bien au contraire, il nous faut un grand débat devant le peuple et sans exclusif. Le problème réside dans leur démarche qui exclue à priori le peuple, seule source de légitimité démocratique, de choisir l'une des propositions avancées.

    Veulent-ils négocier exclusivement avec le régime honni, et sûrement avec l'armée, pour avoir un strapontin dans la gestion de la "transition" ?

    Ainsi, pour ces courants politiques, la règle du jeu de ladite “période de transition”, sera fixée sans le peuple et sera le fruit d'un marchandage entre ces officines et le régime qu'on veut dégager. Dans leurs propositions, il y a comme une minorité de supers algériens, peut être dotée d'une intelligence surnaturelle, qui décidera de qui est sage et mérite d'être dans un "comité de sages", qui est compétent et mérite d'être dans un "haut comité de transition", qui est neutre et mérite d'être dans un "gouvernement provisoire" et enfin qui est indépendant et mérite d'être dans une "commission électorale indépendante".

    Comme si les termes et les modalités démocratiques de la représentativité du peuple pendant la transition relèvent des questions purement techniques et non pas éminemment politiques !

    Une fois la règle du jeu (loi électorale, etc.) d'une période transitoire fixée dans ces conditions antidémocratiques, ils proposent au peuple d'aller juste voter formellement dans le cadre de ce fait accompli décidé par ces "experts" des périodes de transition.

    Cette démarche, quelques soient les bonnes intentions de ses promoteurs, sera engagée sur la base d'une usurpation de la volonté de notre peuple. Par conséquent, elle ne peut en aucun cas déboucher sur la fameuse " 2éme république" garantissant la satisfaction des aspirations démocratiques et sociales de notre peuple.

    Il n'y a qu'une seule véritable solution démocratique radicale et conséquente !

    Seule une alliance des structures de l'auto organisation naissante avec les syndicats combatifs des travailleurs et étudiants, ainsi que les associations des femmes et les organisations de lutte du mouvement social d'une part et, d'autre part, le maintien des manifestations et la mobilisation populaire, ainsi que le recours de nouveau à la grève générale le cas échéant, qui finira par imposer un rapport de force politique définitif et fera émerger les structures populaires garantes d'une transition véritablement démocratique.

    C'est ce processus, à l'évidence constituant, qui imposera l'élection d'une ASSEMBLÉE CONSTITUANTE SOUVERAINE (ACS) et représentative des aspirations démocratiques et sociales de la majorité de notre peuple travailleur, de notre jeunesse, des femmes algériennes et de tous les démunis et les opprimés de notre pays. Ainsi, ce ne sera pas les intérêts d'une infime minorités de patrons oligarques et de milliardaires généralement corrompus, ni ceux des puissances étrangères et leurs multinationales prédatrices qui nous seront imposés par la force de l'argent et de l'autoritarisme.

    Le peuple algérien qui vient de se soulever n'acceptera plus jamais l'édification d'une Algérie où régnera l'esclavagisme moderne, l'oppression sociale, la privatisation de nos richesses nationales et nos propriétés collectives ! 
    Le peuple algérien qui vient de se soulever n'acceptera plus jamais l'usurpation de sa dignité, de ses libertés, de sa souveraineté et son indépendance nationale !

    Vive le Hirak des travailleurs et du peuple algérien !
    Vive la lutte car seule la lutte paye !