[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Européennes: LFI se lance dans la fabrique de sondages

    France-Insoumise

    Brève publiée le 29 mars 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2019/03/29/25001-20190329ARTFIG00088-europeennes-lfi-se-lance-dans-la-fabrique-de-sondages.php

    Agacés par l'opacité et les manipulations présumées des instituts de sondage, les Insoumis ont décidé de réaliser leurs propres enquêtes d'opinion.

    Avec les Insoumis, chaque campagne apporte son lot de produits «maison». Il y a eu la chaîne YouTube, la radio, le site vidéo et désormais, ce sont les sondages. Pour cette campagne des européennes, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon a en effet décidé de fabriquer ses propres enquêtes d'opinion. Selon le premier sondage qu'ils viennent d'effectuer en interne, leur score à deux mois des européennes «est à deux chiffres», très éloigné donc des actuelles estimations situées entre 7 et 8%.

    «Nous utilisons les mêmes méthodes que celles des instituts pour des sondages en ligne, nous nous procurons le même type de fichiers qu'eux et nos militants dédiés connaissent parfaitement les techniques», indique un cadre dirigeant du mouvement. «Au moins avec notre propre sondage, dit-il, les méthodes de redressement sont transparentes et pas inconsidérées». Député LFI du Nord, Adrien Quatennens complète pour Le Figaro : «Ceux qui se sont mis à la tâche sont des gens compétents avec des techniques extrêmement rigoureuses».

    «Cela nous permet de savoir où nous en sommes vraiment»

    Impossible pour eux d'être plus précis sur le résultat et les techniques employées en raison des strictes réglementations de la Commission des sondages. Il faut en effet prévenir en amont de la publication du sondage, publier une fiche technique avec des mentions très précises, envoyer une notice à la commission pour que le sondage soit expertisé... D'ailleurs, Le Figaro n'est en aucune façon en mesure de vérifier ce sondage.

    «Le fait de fabriquer notre propre enquête ne résout pas le problème des autres sondages qui distillent une influence politique, mais il nous permet au moins de savoir où nous en sommes vraiment», indique-t-on à LFI. On y dénonce, entre autres, «des redressements effectués sur la base des européennes de 2014 et non pas de la présidentielle de 2017 où nous avons obtenu près de 20% des voix». En 2014, le mouvement de Mélenchon était associé aux communistes dans le Front de gauche et ils avaient obtenu 6,6% des voix, soit moins qu'à la présidentielle de 2012 (11,1%). Un score pourtant sensiblement identique à celui des européennes de 2009 (6%) et de 2004 (5,2% pour le seul PCF).

    «Si c'est avéré, ce serait nouveau»

    «Les sondages ne sont pas réservés aux instituts qui en font leur profession et si un parti se lance en respectant les règles de l'art, pourquoi pas», indique-t-on à la Commission des sondages. À les entendre cependant, «si c'est avéré, ce serait nouveau». Directeur général adjoint de l'institut de sondage Opinionway, Bruno Jeanbart n'est pas plus surpris que cela. «C'est une pratique courante à l'étranger, dans le parti des conservateurs en Grande-Bretagne par exemple, ou aux États-Unis». Il s'étonne plutôt qu'en France, personne ne s'y attelle même si, souligne-t-il, «aux États-Unis, l'expérience montre que les données sont plutôt moins bonnes». Mais Jeanbart se défend des accusations de LFI. «Nous ne sommes pas opaques, toutes nos données sont rigoureusement publiées», dit-il, précisant utiliser «comme à peu près tout le monde, la présidentielle de 2017 pour le redressement et pas les européennes de 2014».

    Un autre acteur du secteur admet cependant que, contrairement à OpinionWay, «quelques instituts ne publient pas toutes les données brutes des sondages, profitant des failles de la loi votée en 2017». Et il admet, à la suite de LFI, que le premier sondage sur une potentielle liste des «gilets jaunes» aux européennes (publié en décembre) ayant été commandé par LREM, cela peut «éveiller quelques doutes».

    «Ils devraient plutôt s'interroger sur leur stratégie»

    Pour Jérôme Sainte-Marie, à la tête de Pollingvox, l'intérêt pour un parti ou un mouvement de faire ses propres sondages en interne est faible. «Financièrement, indique-t-il, cela vous coûte sans doute aussi cher, voire plus cher, que de le confier à une société indépendante, si vous le faites selon les normes». Il y voit surtout «un coup de communication», voir «une fonction psychologique de réassurance». «Je comprends que les sondages soient douloureux pour eux mais ils devraient plutôt, dit-il, s'interroger sur leur stratégie».