[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Mobilisation des gilets jaunes et d’une partie de la CGT ce samedi

    CGT Gilets-jaunes syndicalisme

    Brève publiée le 27 avril 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Des milliers de manifestants au départ de Montparnasse à 13h à Paris. Des militants CGT lutte de classe et des gilets jaunes. Absence lamentable de la direction de Solidaires qui a refusé d'appeler à la manif (pour ne pas froisser Martinez ?)

    Des milliers de manifestants à Strasbourg.

    C'est une première riposte aux déclarations de Macron de jeudi. Un apéritif avant les mobilisations du premier mai !

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/04/27/deux-jours-apres-les-annonces-de-macron-les-gilets-jaunes-mobilises-a-paris-et-strasbourg_5455740_3224.html

    Deux jours après les annonces d’Emmanuel Macron censées répondre à la crise sociale, les « gilets jaunes » comptaient, samedi 27 avril, se remobiliser à travers le pays pour protester, cette fois, contre le « blabla » présidentiel.

    • « Tous ensemble » à Strasbourg

    Après Toulouse pour l’acte XXIII, Strasbourg était l’épicentre du mouvement samedi. A un mois des élections européennes, un appel « international » à manifester à partir de 13 heures en direction du Parlement européen a été lancé sur les réseaux sociaux. Les organisateurs espèrent attirer notamment des Allemands et des Belges.

    Selon la préfecture du Bas-Rhin, 2 000 « gilets jaunes » ont convergé en début d’après-midi vers la place de l’Etoile, non loin du centre-ville, en entonnant La Marseillaise, ou encore des « Tous ensemble. Zusammen ». Toute manifestation a été interdite dans certains secteurs du centre historique de la ville, sur le parvis de la gare ainsi qu’aux abords des institutions européennes – Parlement européen mais aussi Cour européenne des droits de l’homme et Conseil de l’Europe. Des tirs de lacrymogène ont été effectués « en raison d’une tentative de passage en force dans une zone interdite à la manifestation », selon un communiqué du préfet.

    Les manifestants « gilets jaunes » à Strasbourg continuent de réclamer le référendum d’initiative citoyenne (RIC) qu’Emmanuel Macron a fermement écarté deux jours auparavant, lors de sa conférence de presse.

    Les manifestants « gilets jaunes » à Strasbourg continuent de réclamer le référendum d’initiative citoyenne (RIC) qu’Emmanuel Macron a fermement écarté deux jours auparavant, lors de sa conférence de presse. PATRICK HERTZOG / AFP

    Un drapeau allemand a été aperçu parmi les drapeaux français, et des manifestants belges, allemands, suisses, luxembourgeois et italiens ont été vus par les journalistes présents sur place. Des manifestants brandissaient aussi une banderole « Hollande + Bayrou = Macron » ou une caricature de « Macron Picsou » tandis qu’une dizaine de fourgons de la police protégeaient les bâtiments municipaux voisins.

    Interrogé par l’AFP, Pascal, un pré-retraité strasbourgeois de 58 ans, a estimé qu’il n’y avait « rien eu de concret » dans les annonces du président Macron lors de sa conférence de presse à l’Elysée jeudi soir. « Ça m’a remotivé », a-t-il expliqué, jugeant que le chef de l’Etat s’en était tenu à du « blabla ».

    Le journaliste indépendant Gaspard Glanz est par ailleurs à Strasbourg pour y couvrir la manifestation. Placé en garde à vue après l’acte XXIII à Paris pour avoir fait un doigt d’honneur après avoir été poussé par un policier, ce reporter de 32 ans a été interdit de paraître dans la capitale tous les samedis en attente de son procès, qui se tiendra le 18 octobre.

    • A Paris, « riposte générale » et « marche sur les médias »

    A Paris, une manifestation de convergence entre syndicalistes et « gilets jaunes » est partie du quartier de Montparnasse sous le mot d’ordre de « Riposte générale », à l’appel notamment de la CGT, qui entend réunir syndicalistes, « gilets jaunes »« gilets roses », blouses blanches, chômeurs ou encore étudiants. Plusieurs milliers de manifestants s’y sont joints pour opposer une « riposte générale » au gouvernement et au Medef.

    Le carré de tête de la manifestation, à l’initiative de fédérations et unions départementales CGT – mais en l’absence du secrétaire général de la confédération, Philippe Martinez – marchait derrière une banderole proclamant : « Face à une attaque globale, riposte générale. » Mais c’étaient des « gilets jaunes » qui ouvraient la marche, dans un cortège très étiré et avançant au pas de course entre Montparnasse et place d’Italie.

    Dans une autre manifestation, plusieurs centaines de « gilets jaunes » participent à la « marche sur les médias », dont le parcours, débutant à la Maison de la radio, doit passer devant les locaux de plusieurs grands médias audiovisuels français, dont TF1-LCI, France Télévisions, BFM-TV, CNews, pour se finir près du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), appelant à un « traitement médiatique impartial ».

    Voir l'image sur Twitter

     

     

    Une pancarte proclamant « le droit d’informer pour Gaspard Glanz » était aussi visible dans le cortège. « Les policiers veulent arrêter les journalistes indépendants parce que ce sont les seuls à dire la vérité. Les médias traditionnels ne disent pas la vérité », a estimé dans le cortège Julien, un boulanger de 29 ans à Grigny (Essonne). « Les journalistes des grands médias, peu importe ce qu’on leur dira, ça se retournera toujours contre nous », ajoute-t-il.

    • Lyon, Toulouse, Cambrai… également mobilisées

    Opération escargot sur le périphérique lyonnais, marche nocturne à Cambrai (Nord), déploiement d’un gilet jaune géant au sommet de la Roche de Solutré (Saône-et-Loire)… Des plus petites aux plus grosses, des manifestations sont également annoncées aux quatre coins de la France.

    A Toulouse, il est à nouveau interdit de manifester sur la place du Capitole de 10 heures à 21 heures, mais un appel des « gilets jaunes au centre » a néanmoins été lancé pour le début d’après-midi. A Lille, Rennes ou encore Rouen, les manifestations sont également interdites dans le centre.

    Vendredi, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a déploré que la réaction des « gilets jaunes » aux annonces d’Emmanuel Macron ait été « déjà écrite » avant l’intervention du chef de l’Etat. « De toute façon, je ne suis pas sûr que [leurs] revendications, que je ne connais plus, aient attendu une quelconque réponse », a ajouté le ministre, en marge d’un déplacement à Fuveau (Bouches-du-Rhône).