[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Européennes: les consignes de vote des figures des gilets jaunes

Gilets-jaunes

Brève publiée le 19 mai 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/europeennes-les-consignes-de-vote-des-figures-des-gilets-jaunes_fr_5cdd5bc0e4b01571365cd49d

Le mot d'ordre est simple: barrer la route à Emmanuel Macron d'une manière ou d'une autre.

Pour les européennes, les figures des gilets jaunes appellent avant tout à faire barrage...

“Chacun fait ce qu’il veut mais...” À l’approche des élections européennes, plusieurs figures des gilets jaunes n’hésitent pas à prendre publiquement la parole pour inviter les citoyens à voter. S’ils ne vont pas jusqu’à indiquer quel bulletin glisser dans l’urne, le mouvement étant ce qu’il est grâce à son immense diversité d’opinions et son rejet général de la politique, tous se rejoignent sur un point: faire barrage au président de la République

Plus de six mois après l’émergence de la fronde et ses premiers “Macrondémission”, ces gilets jaunes ne veulent pas rater l’occasion de mettre un coup d’arrêt à la politique du chef de l’État. Et pour cela, l’échéance la plus proche est le scrutin du 26 mai. Alors les appels à se rendre aux urnes se multiplient au même rythme que les sondages annoncent une abstention au zénith. Comme c’est souvent le cas pour les scrutins européens.

Pour mobiliser le gros de la troupe des gilets jaunes, tous les visages connus (ou presque) avancent à l’unisson et martèlent un deuxième message clair: ne pas voter pour les petites candidatures au détriment des forces politiques qui peuvent faire de l’ombre à Emmanuel Macron. Exit donc les listes estampillées gilets jaunes, qui, en plus de ne pas avoir la possibilité de faire vaciller la majorité (selon les derniers sondages), suscitent la polémique au sein même du mouvement.

Appels au vote utile

“J’appelle au vote, j’appelle surtout pas à l’abstention, l’abstention c’est voter Macron, ça rime, aussi bien pour le vote blanc, on évite, et surtout je m’inscris dans un vote anti-Macron”, détaillait par exemple Jérôme Rodrigues, une des figures de ce mouvement en marge d’une manifestation lyonnaise. Et le contestataire, blessé à l’œil lors de l’acte XI, d’enfoncer le clou en gardant toutefois un peu de mystère sur le bulletin que lui-même glissera dans l’urne: “j’appelle aujourd’hui aux européennes à faire un vote anti-Macron, quitte à ce qu’il finisse deuxième (...) qu’il redevienne un petit peu terre à terre et qu’il vienne nous servir nous plutôt que les plus riches.”

“Faire redescendre” le président de la République d’un étage? C’est en effet l’objectif affiché des leaders non-officiels de la contestation. Se souciant très peu des enjeux européens de cette élection, les gilets jaunes veulent se servir du scrutin comme d’une nouvelle arme de contestation. Rien de très surprenant dans une élection polarisée par le Rassemblement national et l’image même du chef de l’État. Comme certains de ses opposants, à l’image de la France insoumise, Emmanuel Macron n’hésite pas à faire de ce scrutin un référendum sur sa personne en étant omniprésent sur la fin de la campagne

Gageons toutefois que Maxime Nicolle (alias Fly Rider) ou encore Éric Drouetn’ont pas eu besoin de l’implication du chef de l’État dans la campagne pour voir en cette échéance une façon de mettre un coup d’arrêt démocratique à la politique de la majorité. Parmi les visages connus de la fronde, François Boulo ou encore Priscillia Ludosky se sont également exprimés tour à tour en ce sens. Seule Jacline Mourau, l’une des premières figures rapidement mises à la marge de la mobilisation, a indiqué qu’elle voterait blanc. 

Sondage gilet jaune

Toujours mobilisé sur les réseaux sociaux et dans la rue, Éric Drouet n’a pas hésité à publier un sondage sur sa page Facebook “la France en colère!!!” -rassemblant plus de 300.000 contestataires- pour aider les gilets jaunes à identifier “les listes européennes qui sont en tête” et qui “ont une chance de contrer Macron.” “Peu importe quelles sont vos opinions. Vous aurez un aperçu des plus grosses listes en tête. Comme ça à vous de voir pour qui voter, le choix vous appartient”, explique-t-il dans une vidéo qui accompagne le sondage. 

Et à ce petit jeu là, c’est la France insoumise qui arrive en tête devant le Rassemblement national (avec pratiquement le double de suffrages) et l’UPR de François Asselineau. Dans la lignée de ce vote contre le président de la République, le choix qui arrive en quatrième position est baptisé ”SURTOUT ALLEZ VOTER SINON C’EST POUR MACRON.”

@LAFRANCEENCOLERE

Sondage créé par Éric Drouet sur la page Facebook "la France en colère"

Ne surtout pas choisir... les gilets jaunes

Mais qu’en est-il des listes estampillées gilets jaunes et portées par le chanteur Francis Lalanne et le forgeron Christophe Chalençon? Elles ne mobilisent pas les foules et c’est peu de le dire. Ces deux candidatures, censées répondre directement aux revendications portées par le mouvement suscitent, quasi exclusivement, des critiques et autres moqueries. 

Les leaders médiatiques appellent en effet à se déporter de ces candidatures. Et ce pour de nombreuses raisons. La première est que leur poids à l’issu du scrutin ne devrait pas -sauf retournement de situation dantesque- être en mesure d’affaiblir le chef de l’État. Pire, en s’éparpillant, les gilets jaunes ont conscience qu’ils affaibliront les partis capables de barrer la route du président de la République. 

Leurs listes souffrent également d’une double difficulté inhérente au mouvement: le rejet de tout représentant officiel et l’impossibilité de construire un projet cohérent et satisfaisant pour l’ensemble des contestataires, tant la fronde est hétéroclite. 

Certains s’en prennent même nominativement aux têtes de liste en sortant des cadavres du placard, dans des méthodes rappelant celles, justement, du jeu politique qu’ils honnissent. Ainsi, une sympathisante du mouvement n’hésite pas à rappeler que Christophe Chalençon, le candidat principal de la liste Évolution citoyenne, est accusé de ne pas s’être acquitté de son loyer depuis plusieurs années.

De la même manière qu’elle n’a eu de cesse de couper toutes les têtes qui dépassaient pour se lancer dans l’arène politique, de Jacline Mouraud à Ingrid Levavasseur, la base du mouvement rejette toutes les candidatures aux européennes. Un engagement que certains vivent même comme une trahison à la doctrine apolitique qui a permis de rameuter des Français de tous horizons et entraîné le succès de la fronde.

“Vous êtes en train de trahir des dizaines, des centaines voire de milliers de personnes qui avaient confiance”, s’emportait par exemple Maxime Nicolle en janvier, lors de la rumeur autour d’une liste menée par Ingrid Levavasseur, avant d’appeler comme ses camarades à se rendre aux urnes pour affaiblir Emmanuel Macron. Chacun fait ce qu’il veut, donc. Mais pas trop quand même.