[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    L’abandon programmé de l’industrie française

    Brève publiée le 10 juin 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouvelles-de-leco/les-nouvelles-de-leco-du-lundi-03-juin-2019?fbclid=IwAR1PrCGW4z0Vx2fRSwSBfvi-_vGjWJGiP1-ehm8LArVhjdcLczpQvVXTU2w

    Les annonces de plan sociaux et de licenciements se sont multipliés ces derniers jours dans le secteur de l’industrie. La France est aujourd'hui l'un des pays les moins industrialisés d'Europe. Une situation largement due aux choix politiques de nos dirigeants depuis trente ans.

    .

    .• Crédits : AFP

    C’est semble-t-il un classique des lendemains d’élection : après avoir respecté une période de réserve, visant à ne pas influencer les élections et surtout, à ne pas desservir le pouvoir en place, les annonces de suppressions d’emplois se sont multipliés dès les élections européennes passées. 

    Ainsi dès le 28 mai, surlendemain des résultats, le géant américain General Electrics, annonçait la suppression de 1044 postes en France. Au moment de la reprise d'Alstom, le géant américain s'était pourtant engagé à conserver les emplois de la branche énergie et à créer au moins 1.000 postes pendant trois ans, sous peine d'indemnités. L'accord de reprise, qui prenait fin au début de l'année, a donc en partie libéré General Electric de ses obligations, qui s’est empressé d’annoncer les emplois supprimés.

    Le même jour, le repreneur de l’usine Whirlpool à Amiens annonçait le placement du site en redressement judiciaire, mettant en péril le travail de 167 personnes. On peut ajouter à cette triste liste, la situation incertaine des salariés de l’usine Ascoval à Saint Saulve, ou encore la fermeture annoncée de l’usine Ford de Blanquefort. On ne compte plus ces dernières années, les annonces et les plans de licenciement dans le secteur de l’industrie.

    La France est d’ailleurs l’un des pays européens où l’activité industrielle est la plus faible. Le secteur industriel de la France ne représente ainsi que 11% de son activité économique, contre 15% en Italie ou 25% en Allemagne. En réalité, la France se place même en queue du peloton européen, puisque seuls Chypre, la Grèce et Malte font pire en  matière de production industrielle.

    Mais comme le rappelle un article de Médiapart, cette situation est loin d’être due au hasard. La journaliste Martine Orange explique ainsi comment l’impuissance de l’État en matière de stratégie industrielle a été préparée depuis plus de trente ans. 

    Elle rappelle ainsi que « le pouvoir, qui avait déjà abandonné depuis longtemps les grands plans industriels pompidoliens, tira sans remords un trait sur les outils de son action publique comme le Plan, le Crédit national, ou encore le soutien par la commande publique ». Ainsi, entre 1980 et 2007 l’industrie française a perdu plus de deux millions d’emploi, sans jamais que l’on ne remette en cause la stratégie adoptée au sommet de l’État. 

    Certains estiment ainsi que l’État devrait jouer un rôle de stratège afin de soutenir les secteurs stratégiques de l’économie. Si l’État n’a pas vocation à construire des usines, il peut néanmoins intervenir pour s’assurer que des pans entiers de l’économie ne soient pas détruits par le cynisme du marché. On se rappelle trop bien des reprises et des rachats d’entreprises, passées sous pavillon étranger ou simplement découpées, avant d’être revendues suivant les logiques d’une économie financiarisée. 

    Que ce soit dans le domaine de l’industrie automobile ou dans celui de la transition écologique, l’implication de l’État peut être nécessaire afin, par exemple, de permettre la reconversion des travailleurs, en leur offrant la possibilité de se former, de monter en compétences, pour accompagner la transformation de l’économie plutôt que de la subir. 

    Hélas, au nom de la lutte contre les déficits et du respect de la concurrence libre et non faussée, imposés notamment par les institutions européennes, la France s’est trouvée fort dépourvue dans un environnement de compétition mondialisée. 

    Pourtant, comme le note l’article de Mediapart, la France ne semble pas en passe de faire marche arrière et s’en prend désormais à l’un des derniers atouts sur lequel s’appuie encore l’industrie : à savoir les services publics, que les gouvernements successifs n’ont cessé de remettre en cause au nom du respect de la rigueur budgétaire et de la passion pour la privatisation. 

    Voir toutes les vidéos