[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Euro, la défaite de Macron

Brève publiée le 24 juin 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.liberation.fr/debats/2019/06/24/euro-la-defaite-de-macron_1735871

Bruno Amable professeur à l’université de Genève

Avec l’échec d’un budget spécifique pour la zone euro, c’est toute la stratégie européenne du chef de l’Etat qui est remise en question.

La poursuite de la construction européenne est, avec la transformation néolibérale du modèle socio-économique français, l’un des principaux axes de la politique d’Emmanuel Macron. A peine élu, ce dernier avait plaidé pour la mise en œuvre d’un budget spécifique à la zone euro et la création d’un poste de ministre des Finances commun afin de disposer d’une capacité de stabilisation macroéconomique. Ce projet a fait face à l’opposition plus ou moins ouverte de l’Allemagne, ainsi que d’un groupe de pays du nord de l’Europe qui voyaient derrière ces initiatives une «solidarité à sens unique» qui allait les transformer en financeurs des autres pays.

Plaçant son action en Europe dans la continuité du mythique axe franco-allemand, les efforts en vue d’un accord avec Berlin avaient modestement débouché sur la déclaration commune de Meseberg en 2018, qui prévoyait, sans beaucoup plus de détails, un budget commun pour la compétitivité, la convergence et la stabilisation. Non seulement le thème était-il relégué vers la fin de la déclaration, mais l’objectif de stabilisation se voyait mis en dernier dans la liste des fonctions de cet hypothétique budget.

La suite de l’histoire devait aboutir à l’accord validé la semaine dernière, qui établit un instrument budgétaire, mais pour la compétitivité et la convergence uniquement. Exit la stabilisation. Pratiquement aucun des objectifs initiaux n’a été atteint : il ne s’agit pas de ressources propres à la disposition d’une autorité autonome pour engager des dépenses de stabilisation macroéconomique dans la zone euro, mais d’une partie, a priori très modeste puisqu’on parle de 17 milliards d’euros, du budget européen qui servira à récompenser les pays mettant en œuvre les sempiternelles réformes structurelles (néolibérales). Cet échec a amené certains, notamment la ministre des Finances espagnole, à dire qu’il aurait mieux valu ne pas avoir d’accord plutôt que cet accord-là, dont la simple existence risque d’empêcher tout progrès ultérieur.

Quel est le bilan de l’action politique d’Emmanuel Macron dans cette affaire ? Il a besoin d’afficher la poursuite de la construction européenne comme objectif principal afin de stabiliser le bloc social sur lequel il s’appuie, le bloc bourgeois, composé de groupes sociaux unis en grande partie autour de cette construction. De ce point de vue, l’accord de la semaine dernière est un échec. Loin d’imprimer sa marque à «l’Europe», Macron subit la domination de l’Allemagne alliée à un vaste ensemble de pays unis autour d’une stratégie économique conservatrice.

Non pas que tous les éléments de cette stratégie contrarient les objectifs de Macron. Les «réformes structurelles» sont aussi au centre du projet macronien ; il n’y a pas à cet égard de conflit entre la conception néolibérale de ces réformes et le projet de Macron pour le modèle socio-économique français : libéralisation du marché du travail, activation-démantèlement de la protection sociale, privatisations, etc.

Mais l’incomplétude de la zone euro, maintes fois soulignée par de nombreux économistes, reste un risque en cas de crise majeure. Les conséquences d’un choc récessif mal maîtrisé pour des raisons tenant à la faiblesse structurelle en matière d’intervention au sein de la zone pourraient menacer la poursuite de transformation du modèle socio-économique par les «réformes».

On peut se demander pourquoi Macron n’a pas cherché à bâtir une alliance avec d’autres pays que l’Allemagne pour s’opposer à la ligue des pays du Nord. Les pays du sud de l’Europe auraient pu soutenir un projet de budget européen plus sincèrement que l’Allemagne. Sur le fond, les objectifs économiques de l’Italie ne diffèrent pas tant que cela de ceux de la France.

Mais au-delà de la crainte des conséquences qu’une association affichée avec les pays du Sud pourrait entraîner sur la prime de risque et le coût de la dette publique, des raisons plus fondamentales font qu’une telle alliance est peu probable. La consolidation de la base sociale de Macron passe par un soi-disant dépassement de l’axe gauche-droite au profit d’une opposition entre les «progressistes» et les «populistes». Une proximité trop grande avec un gouvernement où figure en bonne place la Ligue de Matteo Salvini viendrait brouiller le message. L’alliance avec l’Espagne soulèverait des difficultés différentes : un front commun avec un gouvernement de gauche pour s’opposer à la rigueur budgétaire à l’allemande poserait problème au regard de l’élargissement vers la droite de la base sociale d’En marche.