[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Friot: "Les syndicats sont des organisations de classe très précieuses"

Friot

Brève publiée le 10 juillet 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.marianne.net/debattons/entretiens/les-syndicats-sont-des-organisations-de-classe-tres-precieuses

L'économiste Bernard Friot revient sur la question du travail, de l'emploi et du salaire, qu'il estime essentielle.

Propos recueillis par Marion Messina

Marianne : Votre travail est connu depuis quelques années grâce à vos conférences gesticulées et vos vidéos sur internet. Pour vous, l’intellectuel d’aujourd’hui doit-il s’adresser directement au peuple avec ces nouveaux canaux ? Cela révèle-t-il l’existence d’une "culture parallèle" aux médias traditionnels ?

Bernard Friot : D’expérience personnelle, ce sont des livres qui me font bouger, car ces livres opposent à mes idées reçues la résistance des arguments, et la durée de confrontation, qui sont nécessaires aux déplacements des représentations. Il n’y a pas de culture sans l’effort intellectuel de la lecture d’ouvrages, et les médias sont nécessaires comme passeurs entre les livres et le public. Fleurissent sur internet – mais aussi sur papier - des médias qui rendent compte de mes livres (me viennent à l’esprit Hors texte, Ballast, Socialter, le Media, Basta !, Là-Bas si j’y suis, Reporterre, ou Thinkerview mais il y en a d’autres évidemment) alors qu’à l’exception de L’Humanité et du Monde diplomatique (et parfois Radio-France) les médias anciens les ignorent. Vous évoquez les vidéos : elles jouent un rôle essentiel, qu’elles soient l’œuvre de vidéastes comme Usul, dont la video sur le salaire à vie a été décisive dans la diffusion de mon travail chez les jeunes, ou qu’elles soient tournées lors de débats ou de séminaires et permettent d’élargir l’audience des nécessaires rencontres directes.

Un chercheur ne lance pas des bouteilles à la mer, il doit s’adresser directement au public que visent ses ouvrages. La conférence gesticulée, en inscrivant tant l’exposé que le débat dans une mise en scène, crée les images et les affects nécessaires aux échanges dont les spectateurs pourront être ensuite porteurs dans leur entourage, et c’est pourquoi, grâce à Franck Lepage et à l’Ardeur, je la pratique (en prenant mon pied). Et je n’oublie pas, bien sûr, les mises en scènes professionnelles dont ont la chance de bénéficier les travaux des chercheurs lorsque s’en emparent des réalisateurs de bande dessinée, des cinéastes ou des auteurs de théâtre : Judith Bernard, avec Amargi ! pour ce qui me concerne, fait à la fois sur internet avec Hors texte et au théâtre avec les pièces qu’elle écrit et joue avec sa compagnie ADA-théâtre, un formidable travail de passeur.

Les syndicats doivent s’ouvrir très délibérément aux travailleurs indépendants et aux chômeurs.

Les syndicats ont été derrière la mise en place de la nouvelle société française au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Leur perte d’influence actuellement risque-t-elle de favoriser le travail de sape mené par le gouvernement ? Y a-t-il des alternatives aux syndicats qui auraient leur force de frappe ?

Pour m’en tenir aux seuls syndicats dont l’ambition est non seulement de défendre les intérêts des travailleurs, mais de sortir du capitalisme, comme la CGT, la FSU ou Solidaires, ce sont des organisations de classe très précieuses à conforter, pas à remplacer ! Je pense que ces syndicats de transformation sociale ne peuvent plus éluder d’affronter la bourgeoisie capitaliste sur un front nécessaire à la conquête de l’appropriation de l’outil de travail : l’auto-organisation du travail concret. Cesser de mobiliser le temps militant à des discussions avec des directions qui n’ont plus rien à négocier que des reculs de droits, et le consacrer à la suppression de la souffrance au travail, c’est-à-dire à l’exercice collectif de décisions sur ce qui va être produit et comment.

Certes cette auto-organisation se heurtera à la non maîtrise de l’investissement et à l’hostilité déterminée tant des actionnaires que des prêteurs, des cadres dirigeants et de l’État, mais seul un tel apprentissage très conflictuel confortera la dignité des travailleurs, les sortira de la plainte et du découragement, les confirmera dans l’obligation de prendre le pouvoir sur l’investissement et donc la propriété de l’outil par expropriation des actionnaires. C’est aussi – et c’est pour moi très important – la condition d’une entrée dans les syndicats de tous les promoteurs de productions alternatives qui, parce qu’ils sont très attachés à leur maîtrise du travail concret, contestent l’acceptation de fait, par les syndicats, de productions contestables. Les syndicats doivent s’ouvrir très délibérément aux travailleurs indépendants et aux chômeurs souvent à l’initiative de ces alternatives.

Vos travaux sur la Sécurité sociale font de son organisation le pivot d’une société alternative. Pouvez-vous nous parler de votre idée de Sécurité sociale de l’alimentation ?

Je ne suis pas le seul porteur de cette idée : le collectif Agrista d’Ingénieurs sans frontières, Réseau salariat, en lien avec la Confédération paysanne et des organisations comme le Civam, participent à la réflexion de ce qui pourrait, pour l’alimentation, entrer dans un vaste ensemble de sécurités sociales sectorielles concernant le transport de proximité, le logement, l’énergie, la culture, et s’étendre à toute la production.

Je viens de parler des alternatifs : ils sont nombreux dans la filière de l’alimentation, qu’il s’agisse de la production d’outils agricoles réparables, de la production de biens alimentaires bruts ou transformés, de la distribution et la restauration. Nous pouvons nous appuyer sur eux pour actualiser, en la transposant dans ce champ, la formidable création d’une production de soins libérée du capital (sauf pour le médicament hélas) engagée dans les années 1960 par la hausse du taux et le déplafonnement de la cotisation-maladie du régime général.

Augmentons par exemple les salaires d’une cotisation de sécurité sociale de l’alimentation d’un montant de 120 milliards, compensée par 120 milliards de non versement de dividendes ou de non remboursement de dettes d’investissement. 80 milliards correspondraient à un abondement mensuel de la carte vitale de sorte que chaque personne dispose de 100 euros par mois pour des achats alimentaires. Comme pour la prise en charge des soins de santé, ces 100 euros ne pourront être dépensés qu’auprès de professionnels conventionnés sur les critères suivants : production bio, paiement des travailleurs à la qualification personnelle, financement de l’investissement sans appel au crédit (bancaire ou du marché des capitaux), propriété de l’entreprise par les travailleurs.

Les 40 milliards restants seront utilisés pour augmenter la production alternative à l’agro-business : achat de terres, soutien aux paysans souhaitant passer au bio, salaire à la qualification personnelle et subvention de l’investissement pour tous les alternatifs actuels. À ce niveau d’intervention (la moitié de la consommation alimentaire), nous sommes en capacité d’engager une dynamique de sortie de la folie de l’agro-business, d’autant que les travailleurs des entreprises capitalistes de la production et de la distribution alimentaire, devant la crise provoquée par l’effondrement de la moitié du chiffre d’affaires, seront poussés à s’emparer de ces entreprises de sorte qu’elles deviennent, elles aussi, éligibles à la sécurité sociale de l’alimentation.

Vous êtes membre du Parti communiste. Aujourd’hui quel est l’avenir de vos idées dans la politique politicienne ?

Le Parti communiste, et c’est sa force même s’il est aujourd’hui très affaibli, n’est pas un outil au service des ambitions de pouvoir de quelques personnalités, si c’est ce que vous entendez par politique politicienne. C’est un trésor militant en déshérence parce que, dans le champ qui me préoccupe, celui du salaire et de la sécurité sociale, il ne s’est pas consacré à généraliser les conquis tant économiques que sociaux de 1946, dont il est à l’origine. Même cette magnifique histoire, évidemment évacuée de l’histoire officielle, n’est pas transmise dans le parti. Dès que les militants ont l’occasion de renouer avec elle et de voir son actualisation possible, comme par exemple la sécurité sociale de l’alimentation évoquée plus haut, ils sont partants ! Le constat est le même dans les autres organisations politiques anticapitalistes.

C’est à la conquête du salaire comme droit politique qu’il s’agit de consacrer l’activité des organisations internationales de travailleurs, par des accords combatifs de toutes échelles entre syndicats, et non pas dans des instances tripartites internationales du type de l’OIT qui sont des lieux où il y a très peu à gagner en termes de droits effectifs et beaucoup à perdre en termes de capacité d’autonomie des travailleurs.

L’emploi au niveau mondial est menacé selon certains spécialistes par la robotisation et la virtualisation croissantes des activités humaines. Faut-il adopter une stratégie de repli avec une modification de la loi française, du protectionnisme, le retrait des institutions internationales pour gagner en liberté de mouvement ou au contraire se fédérer avec d’autres peuples pour une nouvelle OIT ?

Il faut arrêter avec la fable de l’emploi menacé au niveau mondial : il n’y a jamais eu autant d’employés, pour le meilleur et pour le pire de notre avenir sur la planète compte tenu de la folie écologique du mode de production capitaliste. Ce qui ne justifie pas du tout le mot d’ordre de "plein emploi", avec ce qu’il porte de fuite en avant dans l’exploitation capitaliste du travail. Certes l’emploi, comme l’a montré Claude Didry dans L’institution du travail paru en 2016 à La Dispute, a été (et demeure, en tactique défensive de requalification en emplois de situations de faux indépendants) une belle conquête de la CGT avec, dans le code du travail de 1910, l’interdiction de la sous-traitance et l’obligation fait aux capitalistes de devenir employeurs.

Mais à l’initiative toujours de la CGT, cette conquête, qui a permis de faire du poste de travail le support des droits salariaux, a été dépassée, dans la fonction publique, dans les entreprises à statut, ou encore avec le régime général de sécurité sociale, par une conquête plus importante : le salaire à la qualification personnelle, dans lequel c’est la personne même qui est le support de ces droits. C’est à la conquête du salaire comme droit politique qu’il s’agit de consacrer l’activité des organisations internationales de travailleurs, par des accords combatifs de toutes échelles entre syndicats, et non pas dans des instances tripartites internationales du type de l’OIT qui sont des lieux où il y a très peu à gagner en termes de droits effectifs et beaucoup à perdre en termes de capacité d’autonomie des travailleurs.