[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    RUINE, MACRON, FÉTICHE - LES HABITS DE L’EMPEREUR

    Brève publiée le 22 juillet 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    On s’est interrogé ce mois-ci sur le succès de la série américaine et britannique Chernobyl, « un immense succès surprise » (Télérama), en l’associant à la question climatique, aux fake news ou à qualité artistique de la série. On n’a pas eu la malice d’y lire un reliquat de guerre froide et cette sorte de « plaisir d’offrir » qui n’a pourtant pas manqué de faire mouche côté russe. Plus généralement, il me semble que Tchernobyl est l’un des noms les plus courants d’un engouement de l’époque pour un objet à l’histoire pluriséculaire mais à l’actualisation contemporaine tout à fait remarquable : la ruine. Detroit, Pripiat, les « friches », l’île de Hashima, Mad Max, l’Europe de l’Est via la photographie des années 1990, le cinéma catastrophe récent, le mobilier postindustriel forment une seule et même nébuleuse d’objets et d’images dont je pose qu’elle s’éclaire d’être saisie depuis cette catégorie de la ruine. J’ai essayé d’entrer dans le détail de cet amour, qui se distingue nettement de la tradition de la ruine antique, dans un petit essai : Ruine. Invention d’un objet critique paru aux éditions Amsterdam en mai. À la lumière de ce désir de ruines, le succès de Chernobyl n’est pas une surprise.

    https://lundi.am/Ruine-Macron-fetiche-Les-habits-de-l-empereur