[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Révolution, projet et démocratie. Notes et réflexions sur le Hirak algérien

    Algérie

    Brève publiée le 8 octobre 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://npa2009.org/idees/international/revolution-projet-et-democratie-notes-et-reflexions-sur-le-hirak-algerien

    Crédit Photo: Titi Haddad

    À son septième mois de mobilisation, le mouvement de protestation populaire algérien, se place désormais dans la longue durée et dans un débat et questionnement plus conceptuel qu’événementiel. Les termes révolution, démocratie, processus constituant, classe sociale, oligarchie, « issaba1 », bourgeoisie… sont les mots clés qui structurent le débat et l’action.

    Le mouvement populaire en cours n’a pas d’idéal à réaliser a priori. À l’instar de tous les mouvements qui ont jalonné l’histoire moderne de l’humanité, il cherche d’abord à dégager des nouveaux rapports politiques et sociaux, autrement dit, la meilleure voie pour un développement culturel, économique et social. C’est d’ailleurs cet objectif de « développement des forces productives » que se sont assigné les révolutions qui ont traversé le 20e siècle, révolutions qui ont toutes concerné les sociétés et pays arriérés en termes de développement économique (Russie, Chine, Algérie, Vietnam, Cuba…). Assistons-nous aujourd’hui à un blocage du développement de ces forces productives et qui serait le prélude à une révolution sociale2 ? Si la motivation qui a suscité le mouvement s’est située, à ses débuts, sur le terrain « de la dignité retrouvée3 », elle va crescendo se placer dans une critique de ce qui est appelé « Système ». C’est ce qu’exprime le mot d’ordre fondamental du mouvement « Klitou l’bled ya serraquin » (vous avez volé le pays) et la dénonciation de la « issaba ». Le régime en place s’est saisi de cette critique pour la maintenir à ce niveau moral, avec ses implications juridiques et éviter d’aller dans une critique du système économique néolibéral. C’est une plaque tournante du mouvement. Certains considèrent que Gaid Salah essaye de « se rapprocher du vrai peuple qui réclame des actes », et que le dénoncer serait « un abandon des aspirations des masses au jugement des pourris et des politiciens corrompus ». Un des membres influent du « Panel4 », le journaliste A. Belhimer, considère « que l’armée accompagne une révolution pacifique5 ». Ce qui constitue un soutien, voire un appel, à l’institution militaire. D’autres considèrent que Gaid Salah est « en phase d’intimidation » du mouvement de protestation. En inculpant, toutes catégories sociales et professionnelles confondues, du jeune homme accusé de soulever l’emblème « amazigh » à l’homme d’affaire ou entrepreneur et industriel, « c’est peut-être le prélude de quelque chose de plus grave ». Il ne faut surtout pas minimiser ce risque. Le souligner, c’est surtout alerter et rappeler que la population a le droit de connaitre les motifs des incarcérations et d’exiger des procès en toute transparence. Cette revendication démocratique est même potentiellement révolutionnaire dans le contexte où toute concrétisation d’une revendication transitoire de ce genre engage des ruptures, notamment dans la Justice.

    Ceci se traduit politiquement par deux positions qui s’affrontent. La première prône le passage par une présidentielle qui rétablisse au plus tôt une stabilité politique du régime. La deuxième réclame une rupture et par conséquent une période de transition vers une nouvelle situation en diapason avec les aspirations du peuple en mouvement, avec comme point de mire une assemblée constituante souveraine. Cette dernière idée était ultra minoritaire au lendemain du 22 février. Il ne s’agissait pas d’attendre qu’un rapport de force au service des démunis soit établi pour revendiquer cette assemblée. Il s’agissait d’acculer le pouvoir et d’empêcher qu’un consensus et compromis soit trouvé entre le pouvoir et les fractions de l’oligarchie, et d’armer le peuple en lutte d’un mot d’ordre politique pour concrétiser le « départ du système ». C’est ce qui arrivé en partie. L’idée du processus constituant a gagné une partie de la société civile et politique. Mais quel que soit le dénouement de cette phase de lutte, présidentielle ou constituante, il reste à construire ce processus qui mène vers une émancipation sociale et politique. Pour cela, il nous faut souligner ses contradictions voire l’impasse dans laquelle il se retrouve aujourd’hui. 

    Le paradigme « gramscien »

    En pleine crise du capitalisme mondial de 1929, Gramsci parle de « crise de l’autorité » ou « crise d’hégémonie » du capitalisme européen, en écrivant que « Si la classe dirigeante ne bénéficie plus d’un consensus en sa faveur, c’est-à-dire qu’elle n’est plus “dirigeante” mais “dominante”, exerçant uniquement la force de coercition, cela signifie précisément que les masses se sont détachées de leurs idéologies traditionnelles, et ne peuvent continuer à croire à ce en quoi elles croyaient jusque-là6 ». Cela signifie que les conditions politiques pour un dénouement révolutionnaire ne sont pas encore réunies. Ce qu’il considère être une impasse historique où « La crise consiste dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître7 ». Cette situation d’impasse entre un pouvoir honnis, incapable de gouverner et un mouvement populaire qui n’en est pas encore capable produit le bonapartisme, note G. Achcar8… Ce fut le cas, toute proportion gardée, de H. Boumedienne en 65. Aujourd’hui, l’alarmisme de certains milieux, notamment néolibéraux, afin de trouver une solution rapide dans une élection présidentielle, agit dans ce sens, trouver un « Bonaparte » et éviter une intervention des masses organisées. Toutefois, notre situation actuelle est différente des celle de 1965 ou de janvier 91 et elle est encore loin de l’Italie de Gramsci. La crise n’est pas aussi aigue, ni sur le plan économique, ni, à un degré moindre, sur le plan politique. C’est une crise qui est survenue cependant après des décennies de démantèlement du « contrat social » sur lequel l’hégémonie du capitalisme dÉtat engagé par Boumediene en 65 a été bâtie. Se pose alors la question de savoir si cette situation est une conséquence de la crise générique du capitalisme que connait aujourd’hui le monde, ou plutôt le produit d’une crise spécifique du système étatique, rentier et patrimonial, qui caractérise cette partie du monde9. Quoiqu’il en soit, l’action à court terme suggère une exigence démocratique sans retenue. 

    Démocratie de classe ou critique de classe de la démocratie ? 

    Par démocratie, il faut entendre la conquête du pouvoir politique. « Le présupposé de la démocratie, c’est la politique », confirme D. Bensaid10. C’est la condition de départ pour tout développement économique et une émancipation sociale. C’est à ce niveau que se situe l’enjeu immédiat de toute révolution. Cet enjeu est bien mis en exergue par le « Hirak » algérien. Le débat sur la constitution ou la présidentielle exprime bien cet enjeu conjoncturel. Procéder au contraire par une plateforme de revendications culturelles, sociales et économiques adressées au pouvoir est une forme de reconnaissance de la légitimité de ce pouvoir ! Il ne s’agit pas de partir d’une vision métaphysique de la démocratie. Il s’agit bien de partir de la réalité.  Chaque homme, femme, groupe, association ou parti politique, selon la position de chacun dans l’échiquier social qui est structuré selon les couches et classes sociales, développe sa critique de la démocratie. Il y a une critique de classe de la démocratie et non une démocratie de classe, de même que pour Marx, sur le plan méthodologique, « il n’y a pas une économie politique de classe, mais une critique de classe de l’économie politique11 ». L’attitude la plus démocratique est celle d’organiser une assemblée constituante souveraine qui verra le peuple mobilisé construire un nouveau départ à partir d’un nouveau rapport de force social et politique. Et c’est en fonction de ce nouveau rapport de force qu’une nouvelle dynamique peut être envisagée. Cette nouvelle réalité ne sera évidemment pas la fin de l’histoire, mais permettra d’engager ou de continuer le même combat démocratique et social sur de nouvelles bases et de nouvelles règles. Et pour paraphraser D. Bensaid, c’est aller toujours plus loin, transgresser en permanence ses formes instituées, chercher à étendre en permanence et dans tous les domaines l’accès à l’égalité et à la citoyenneté12. La deuxième attitude qui prône le passage par une élection présidentielle tente de freiner cet élan. Elle protège les intérêts de l’oligarchie au pouvoir.

    Pour une irruption des masses populaires

    Toutefois, la forme d’organisation et de protestation, la nature même du mouvement, l’absence d’organisation à partir du lieu de travail et du lieu de résidence, quartiers urbains et villages, le maintient  dans une fragilité et dans une attitude défensive et de dénonciation, incapable de prendre des initiatives offensives dans le sens de conquête de pouvoir. L’appel à des formes d’auto-organisation par les forces de « l’alternative démocratique » est juste et nécessaire pour un avenir plus entreprenant. Mais sa réalisation est loin d’être acquise. Et quand bien même elle sera effective, sa portée démocratique et subversive au service de la majorité et des démunis dépend en dernière instance de sa composante et de son contenu. Autrement dit une lutte permanente. La simple existence d’une auto-organisation n’est pas une garantie absolue d’une solution réellement démocratique. La critique au service des classes dominées et démunies doit se rappeler de l’exemple des « Aârouch », cette structure d’auto-organisation qui a émergé lors de la révolte de 2001 qui a touché la Kabylie, comme elle doit se rappeler aussi de l’exemple iranien de 1979. En cette rentrée sociale, Gaïd Salah relance son projet politique de présidentielle après avoir, semble-t-il, consolidé ses assises au sein de l’institution militaire et sécuritaires. Il anticipe en même temps sur la réforme économique libérale à venir qui revoit la règle 49/51 régissant les investissements étrangers en Algérie (elle limite à 49 % la part du capital d'une entreprise algérienne que peut détenir un investisseur étranger). Ce projet bute toutefois sur l’absence de personnel politique crédible pour l’engager sereinement. De son côté, le mouvement populaire se contente de sa « guerre de position » et de refus. Il gagnerait à se redéployer dans les lieux de travail et les espaces de vie quotidienne pour une meilleure action plus active et plus animatrice. 

    Mais quoi qu’il en soit, le dénouement de cette contradiction ouvrira la voie à une transition vers de nouveaux horizons plus prometteurs, compte tenu de la brèche ouverte dans le système. L’engagement politique révolutionnaire n’est pas fondé sur une quelconque certitude scientifique progressiste mais sur un pari raisonné sur l’avenir13. Au début il y a eu l’indignation, l’indignation de devoir se prosterner devant un mort-vivant. L’indignation est une force irréductible écrivait le philosophe français D. Bensaid14. « L’indignation est un commencement. Une manière de se lever et de se mettre en route. On s’indigne, on s’insurge, et puis on voit15 ».

    Nadir DJERMOUNE16

    • 1.Bande de malfaiteurs, en arabe.
    • 2.Le même type de question est posé par G. ACHCAR à propos des mouvements de révoltes qu’ont connu un certains nombre de pays arabe en 2011-2012.
    • 3.Voir sur cette question notre article « première victoire de la dignité retrouvée » in, https://www.contretemps.eu/algerie-premi...
    • 4.Structure mise en place par le gouvernement en vue d’engager des négociations avec les oppositions politiques pour l’organisation des élections.
    • 5.Voire sur cette question les propos de A. BELHIMER, membre du panel, dans, « Lahouari Addi, Dire que l’armée accompagne le hirak est faux, Belhimer », in, https://www.dzvid.com/2019/09/01/lahouar.... Mais si, dans cet échange, L. ADDI a raison de dire que « l’armée n’accompagne pas le “Hirak”, mais elle fait tout pour l’étouffer », quand il souligne que « L’autre courant , (de l’armée) qui regroupe de jeunes généraux, pense qu’il est temps de se retirer du champ de l’État et faire ce que les Turcs ont fait", il fait carrément un appel à l’autre fraction supposée de l’institution militaire pour accompagner le Hirak.
    • 6.Cité par G. ACHCAR, « Phénomènes morbides » : qu’a voulu dire Gramsci et quel rapport avec notre époque ? », Dans https://www.contretemps.eu/phenomenes-mo...
    • 7.Ibid.
    • 8.Ibid.
    • 9.Voire G. ACHCAR, le peuple veut, édit. Actes sud, 2013.
    • 10.D. BENSAID, Démocratie : le scandale permanent, https://www.contretemps.eu/democratie-sc...
    • 11.Voir M. TAFURI, Projet et Utopie, édit. Dunod, Paris 1979, P. 153
    • 12.D. BENSAID, Op. Cit.
    • 13.D. BENSAID, « éloge de la résistance à l’aire du temps », cité » par M. LOWY, « un communiste hérétique », in, Daniel Bensaid l’intempestif, édit. La découverte, Paris 2012, P. 26.
    • 14.Ibid.
    • 15.Ibid.
    • 16.Architecte/urbaniste et enseignant universitaire. La version complète est sur https://www.contretemps.eu/revolution-de...