[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Équateur: a-t-on vraiment voulu s’en prendre au président Moreno?

    Equateur

    Brève publiée le 11 octobre 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.rfi.fr/ameriques/20191011-equateur-violences-manifestations-complot-lenin-moreno-maria-paula-romo

    Alors que la tension à Quito est encore vive, la situation se calme peu à peu dans d’autres régions du pays. Le gouvernement a, d’ailleurs, diffusé, jeudi 10 octobre, des images montrant une circulation normale et des routes ouvertes dans plusieurs villes du pays. Des bus circulent à nouveau dans Quito même si beaucoup sont encore attaqués par les manifestants. Alors que plus de 600 personnes ont été arrêtées depuis le début des manifestations, la ministre de l’Intérieur a indiqué que dix-sept d’entre elles pourraient avoir eu l’intention de s’en prendre directement au président Lenin Moreno.

    media

    Avec notre correspondant à Quito, Éric Samson

    Sur la photo qui accompagne le tweet de la ministre de l’Intérieur, des hommes sont agenouillés, bras tendus sur un mur, gardés par des policiers armés. Au total, dix-sept étrangers, en majorité Vénézuéliens, ont été arrêtés à l’aéroport de Quito. Ils seraient, selon la ministre, en possession d’informations sur les déplacements du président et du vice-président qui sont actuellement à Guayaquil et utilisent donc l’aéroport pour venir à Quito.

    Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

    Pour María Paula Romo, ces hommes n’étaient pas là par hasard : « Ce qui arrive n’est pas seulement un mouvement de protestation d’un secteur contre le gouvernement. Il s’agit aussi d’une tentative de déstabilisation avec le désir politique de générer le chaos dans le pays ».

    Thèse du complot

    Une thèse du complot qu’a aussi développé le président Moreno dans une entrevue à la chaîne de télévision colombienne NTN24 : « Nous n’avons aucun doute sur la présence de Vénézuéliens envoyés par Caracas et Maduro. C’est clair, on peut les identifier sur des photos et des images vidéos. Un grand mérite des indigènes est d’avoir identifié et expulsé de leurs rangs ces infiltrés dont certains appartiennent au gang criminel des Latin Kings ».

    Les autorités ont également dénoncé l’attaque de la caserne de La Balbina par plus de 600 personnes. Cinq militaires et un policier ont été blessés pour éviter que l’arsenal ne soit pillé lors d’une attaque vue par le régime comme une nouvelle preuve d’une opération de déstabilisation en cours.

    --------------------

    https://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/equateur-cinq-morts-dans-les-manifestations-au-moins-122-blesses_3653511.html

    Cinq civils, dont un dirigeant indigène, ont trouvé la mort durant les manifestations qui secouent l'Equateur depuis une semaine contre la hausse du prix de l'essence, ont annoncé jeudi 10 octobre les services du Défenseur du peuple, un organisme d'Etat.

    "La première victime est un homme qui a été écrasé dimanche dans la province d'Azuay (Sud). Les quatre autres sont décédées à Quito", a précisé l'institution, sans indiquer les circonstances des quatre nouveaux décès. Le précédent bilan officiel faisait état d'un mort et 766 arrestations. Par ailleurs, en une semaine, les manifestations ont fait au moins 122 blessés, selon la Croix Rouge.

    Rejet du dialogue avec le gouvernement

    Jeudi, la principale organisation indigène d'Equateur a rejeté le dialogue avec le gouvernement de Lenin Moreno, appelant à "radicaliser les actions"de protestation. Avant tout dialogue, les Indigènes –qui représentent 25% des 17,3 millions d'Equatoriens– demandent l'abandon de la fin des subventions au carburant, qui a fait bondir les prix à la pompe de plus de 100%.

    Le petit pays andin est secoué depuis début octobre par un mouvement social inédit depuis 2007, marqué par des blocages de routes et de puits pétroliers en Amazonie, des manifestations parfois violentes et des grèves. Début octobre, le gouvernement a adopté une réforme mettant fin aux subventions sur le carburant, qui a fait bondir les prix à la pompe de plus de 100%. Les manifestants en demandent le retrait.